Quand l'argent freine-t-il l'innovation?

Publié le 13/12/2012 à 09:31, mis à jour le 17/12/2012 à 14:51

Quand l'argent freine-t-il l'innovation?

Publié le 13/12/2012 à 09:31, mis à jour le 17/12/2012 à 14:51

Le couperet menace à tout instant... Photo: DR

BLOGUE. Lorsqu'on veut innover, deux éléments entrent toujours en ligne de compte : le talent de l'innovateur et les ressources, en particulier financières, dont celui-ci dispose. Bien souvent, dès qu'on parle aujourd'hui d'innovation, on en parle sous l'angle de la production d'idées neuves, de la composition de l'équipe en charge d'innover, ou bien de la méthode pour concrétiser son idée géniale. Plus rarement, on en traite en parlant d'argent. Oui, de l'argent nécessaire pour faire du neuf.


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Lourde erreur! Car, c'est bien connu, l'argent est le nerf de la guerre. Dans toute innovation, il y a quelqu'un qui a déboursé de l'argent (le propriétaire de l'entreprise, les actionnaires, l'État, etc.), dans l'espoir d'en retirer un gain. Et l'interrogation qui le taraude durant toute l'opération est très simple : «Dois-je continuer à payer, ou m'arrêter là, avant de perdre tout mon argent?». Bref, c'est une question, pour lui, de tolérance au risque.


Du coup, on peut se demander dans quelle mesure la tolérance au risque de l'investisseur pèse sur la possibilité d'innover, et surtout, d'innover radicalement. Trop craintif, ne risque-t-il pas de jouer de prudence, et dire ainsi «non» à un projet audacieux, qui pourrait se révéler le coup du siècle? Et trop peu craintif, ne risque-t-il pas de perdre sa chemise à financer des projets plus farfelus les uns que les autres?


Par conséquent, où se trouve le juste milieu, le point d'équilibre entre les risques encourus et les bénéfices potentiels? C'est justement ce qu'ont voulu savoir deux professeurs de gestion des affaires de la Harvard Business School (HBS), Ramana Nanda et Matthew Rhodes-Kropf. Le fruit de leur travail est présenté dans une étude intitulée Innovation and the financial guillotine. Un fruit on ne peut plus intéressant…

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Comment faire pour innover suprêmement?

13/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Innover suprêmement? C'est trouver une idée que personne n'a jamais eue. Une idée révolutionnaire.

Comment faire mieux avec moins

Édition du 15 Novembre 2014 | Denis Lalonde

Pour stimuler l'innovation, les entreprises auraient tout intérêt à soustraire des ressources plutôt que d'en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

4 tendances et 4 occasions d'affaires du consumérisme post-démographie

Près de 40 % des 1000 artistes préférés des 60 ans sont aussi ceux des 13 ans. La majorité des gamers sont des gameuses

Le Founder Institute Montréal cherche à débusquer jusqu’à 50 nouveaux entrepreneurs

Il y a 14 minutes | Julien Brault

e chapitre montréalais du Founder Institute a commencé ce lundi à accepter les candidatures de ...

Et si on s'employait plutôt à chercher plus de revenus?

23/11/2014 | René Vézina

L’ouverture des sociétés d’État québécoises au capital citoyen pourrait être une solution à envisager sérieusement.