Quand l'argent freine-t-il l'innovation?

Publié le 13/12/2012 à 09:31, mis à jour le 17/12/2012 à 14:51

Quand l'argent freine-t-il l'innovation?

Publié le 13/12/2012 à 09:31, mis à jour le 17/12/2012 à 14:51

Le couperet menace à tout instant... Photo: DR

BLOGUE. Lorsqu'on veut innover, deux éléments entrent toujours en ligne de compte : le talent de l'innovateur et les ressources, en particulier financières, dont celui-ci dispose. Bien souvent, dès qu'on parle aujourd'hui d'innovation, on en parle sous l'angle de la production d'idées neuves, de la composition de l'équipe en charge d'innover, ou bien de la méthode pour concrétiser son idée géniale. Plus rarement, on en traite en parlant d'argent. Oui, de l'argent nécessaire pour faire du neuf.


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Lourde erreur! Car, c'est bien connu, l'argent est le nerf de la guerre. Dans toute innovation, il y a quelqu'un qui a déboursé de l'argent (le propriétaire de l'entreprise, les actionnaires, l'État, etc.), dans l'espoir d'en retirer un gain. Et l'interrogation qui le taraude durant toute l'opération est très simple : «Dois-je continuer à payer, ou m'arrêter là, avant de perdre tout mon argent?». Bref, c'est une question, pour lui, de tolérance au risque.


Du coup, on peut se demander dans quelle mesure la tolérance au risque de l'investisseur pèse sur la possibilité d'innover, et surtout, d'innover radicalement. Trop craintif, ne risque-t-il pas de jouer de prudence, et dire ainsi «non» à un projet audacieux, qui pourrait se révéler le coup du siècle? Et trop peu craintif, ne risque-t-il pas de perdre sa chemise à financer des projets plus farfelus les uns que les autres?


Par conséquent, où se trouve le juste milieu, le point d'équilibre entre les risques encourus et les bénéfices potentiels? C'est justement ce qu'ont voulu savoir deux professeurs de gestion des affaires de la Harvard Business School (HBS), Ramana Nanda et Matthew Rhodes-Kropf. Le fruit de leur travail est présenté dans une étude intitulée Innovation and the financial guillotine. Un fruit on ne peut plus intéressant…

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

L'importance de la proximité dans la relation client

04/11/2015 | Valérie et Sylvia Gilbert

L'entrepreneur doit définir des moyens pour obtenir du feedback de ses clients. Voici pourquoi.

Le Cirque du Soleil: la créativité standardisée

07/10/2015 | Valérie et Sylvia Gilbert

BLOGUE. On croirait naturellement que la créativité s'accommode mal de la standardisation. Mais c'est tout le contraire.

Blogues similaires

Entrepreneuriat: les Canadiens aussi angoissés que les Chinois

11/02/2016 | Diane Bérard

BLOGUE. Les Canadiens ont aussi peur de l'échec que les Chinois, mais ils entreprennent autant que les Américains.

Pourquoi je regrette de moins en moins ne pas avoir étudié à l'université

11/02/2016 | Julien Brault

BLOGUE. Le diplôme universitaire ne suffit plus pour demeurer sur le marché du travail au 21e siècle.

Rona : les gagnants et les perdants

Édition du 13 Février 2016 | René Vézina

CHRONIQUE. Le choc a été si vif que les premières réactions à l'achat de Rona par Lowe's ont d'abord été ...