Les 5 conseils de Robert De Niro pour voler de succès en succès

Publié le 11/08/2017 à 06:56

Les 5 conseils de Robert De Niro pour voler de succès en succès

Publié le 11/08/2017 à 06:56

Un succès fou: rares sont les acteurs aussi primés que Robert De Niro... Photo: DR

Taxi Driver, Le Parrain 2, Raging Bull, Voyage au bout de l'enfer... Il suffit de citer quelques titres de films pour tout de suite penser à lui. À son regard noir, tranchant comme un USM3. À son staccato d'insultes fleuries, balancées dans un indécrottable accent italo-new-yorkais. À sa présence physique si explosive qu'elle crève chaque fois l'écran. Oui, on pense aussitôt à Robert De Niro.


Mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


Je me suis longtemps demandé comment il se faisait que certains acteurs avaient une carrière formidable, et d'autres, quoi que tout aussi doués, en demi-teinte. Et tout s'est éclairé à la lecture d'un vieux numéro du magazine américain Esquire dans lequel De Niro faisait la une. C'est qu'il y présentait ce qui avait donné du sens à sa vie, et par la bande, ce qui avait fait qu'il avait connu un succès fou dans sa carrière professionnelle – je me permets de vous rappeler qu'il a d'ores et déjà décroché l'Oscar du meilleur acteur, l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle ainsi que deux Golden Globe, dont un pour l'ensemble de sa carrière...


Alors? Le secret de son spectaculaire succès? Il tient en cinq points, que je vais vous présenter en cinq conseils pratiques, dont vous pourrez vous inspirer dès aujourd'hui pour propulser votre propre carrière:


1. Suis ton instinct


«Quand un acteur s'apprête à passer une audition pour décrocher un rôle et me demande conseil, je dis toujours la même chose : "N'aie pas peur d'écouter ton instinct". Il se peut que cela l'empêche de décrocher le rôle en question, mais, au moins, tout le monde l'aura remarqué, de manière indélébile», dit Robert De Niro.


Si l'on ne se repose pas sur son instinct, on court un risque terrible, d'après lui : «Tu te retrouves alors dans la même situation qu'un réalisateur, en proie à toutes sortes de recommandations de la part des uns et des autres, continuellement contraint de peser le pour et le contre et obligé de se résoudre à faire des compromis. L'enfer!», dit-il.


L'intérêt de l'instinct, c'est donc de favoriser les décisions rapides. Et, la plupart du temps, justes. «Tout le monde le critiquait. Parce qu'il en faisait trop, ou pas assez. Mais à la fin de chaque journée qui passait, chacun était bien obligé de reconnaître en son for intérieur que les décisions d'Obama étaient les bonnes», illustre-t-il, sourire en coin.


2. Ose, tout en restant toi-même


«Si tu n'essayes pas, tu ne sauras jamais. C'est toujours ce que je dis aux gamins qui hésitent», dit-il. Ce à quoi il aime ajouter : «Le jour où tu tombes sur la bonne chaise, ça ne te prendra pas beaucoup de temps pour t'y sentir incroyablement bien».


Une approche qu'il résume d'une phrase : «Sois courageux, mais pas téméraire».


Autrement dit, il convient d'oser, encore et toujours. Mais à condition de s'écouter; et donc, de savoir quand s'arrêter, au moins le temps de reprendre son souffle.


Comment savoir, justement, si l'on est arrivé à bon port? «Il faut oser jusqu'au moment où tu te sens enfin heureux», explique-t-il. Autrement dit, c'est le fond de notre coeur qui nous le murmure, le moment venu. Ce dont on peut se rappeler à jamais grâce, selon lui, à cette pensée d'une incommensurable sagesse : «L'Italie a beau changer tout le temps, Rome sera toujours Rome».


3. Fais ce que tu dois faire


Pour voler de succès en succès, il convient – c'est une évidence – de passer à l'action. Comment? Tout bonnement en faisant bien ce qu'on sait bien faire : «Si tu n'y mets pas d'emblée le meilleur de toi, le résultat final ne sera jamais ce qu'il aurait pu être – et ça, de manière irréversible», affirme De Niro.


Souvent, certains s'interdisent de passer à l'action parce qu'à leurs yeux les conditions ne sont pas optimales pour ce faire. Une attitude que condamne l'acteur américain sans sourciller : «Au cinéma comme ailleurs, il y a des contraintes budgétaires. Des contraintes qui font dire à certains qu'on ne peut pas faire ci, ni faire ça. Bullshit! Une contrainte, c'est une chance. Oui, une chance d'être obligé de trouver une autre voie pour continuer d'avancer. Une chance d'innover radicalement», lance-t-il.


L'important, c'est de ne pas lésiner sur les efforts, ni sur les ressources disponibles. Quand on y va, il faut y aller à fond. «C'est toujours la même histoire, on se demande sans cesse si telle ou telle chose mérite vraiment la dépense. Pourtant, c'est clair, on ne devrait même pas se poser ce genre de question : dès lors qu'on se met à chipoter, à économiser des bouts de chandelle, le spectateur le voit aussitôt à l'écran, ça lui saute aux yeux, il ne voit plus que ça; et tout est foutu...», explique-t-il.


4. Écoute les conseils qui te sont prodigués


«Plus tu vieillis, plus tu deviens prudent. Et ça, c'est pas bon», considère De Niro.


D'où l'intérêt d'être ouvert à ce que les autres ont à nous dire. «J'ai toujours considéré que c'était mon rôle de père de donner des conseils à mes enfants, dit-il. Mais maintenant que je suis grand-père, ce sont eux, mes enfants et mes petits-enfants, qui me donnent des conseils. Ils me disent : "Tu devrais faire ça...et ça... et ça". La plupart du temps, je ne trouve pas que ce sont de bons conseils, mais, à ma grande surprise, je découvre qu'il est agréable de se faire dire quoi faire. C'est un sentiment à la fois étrange et plaisant. Oui, je pense qu'il est bon d'être à l'écoute des autres...»


Comment savoir, donc, si un conseil est bon, ou pas? «Un bon conseil, c'est un conseil qui te permet d'éviter de continuer à t'enfoncer», indique-t-il. Et d'ajouter : «L'avantage de la vieillesse est que tu as traversé nombre de situations difficiles, si bien que tu sens immédiatement si un conseil est pertinent, ou pas, dans la situation où tu trouves au moment présent. Bref, tu vois plus clair dans ce qu'on te dit de faire».


5. Savoure le moment présent


«Qu'est-ce que la réalité? C'est le moment présent», dit De Niro.


«Maintenant est maintenant, ajoute-t-il. Hier était hier. Et le futur sera ce qu'il doit être. En conséquence, savoure à fond le moment présent. Parce que rien ne vaut l'ici et maintenant.»


Autrement dit, rien ne sert de cultiver ses regrets, rien ne sert non plus d'angoisser pour le futur, puisque seul existe concrètement le moment présent.


Du coup, pour être en mesure de voler de succès en succès, il est vain de se reposer sur ses lauriers (passé), tout comme il est vain de se projeter dans les projets à venir (futur). Non, ce qu'il faut, c'est vivre intensément ce que l'on est en train de vivre en ce moment-même. À 110%, en déployant toute la palette de ses talents. Sans frein, ni calcul. Alors naîtra d'elle-même la réussite.


Voilà. Tels sont les sages conseils de Robert De Niro pour qui entend voler de succès en succès dans sa carrière professionnelle. À vous, donc, d'en faire bon usage!


En passant, Robert De Niro aime à dire, d'un air malicieux : «Vous aurez tout le temps de vous reposer quand vous serez mort».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


 

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Comment pouvez-vous gagner en souplesse mentale?

Mis à jour le 11/12/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que la souplesse permet d'accomplir des prouesses, selon l'expert en psychologie positive Tal Ben-Shahar.

Devenir gestionnaire sans souffrir, c'est possible!

BLOGUE INVITÉ. Parfois, la transition vire au cauchemar. Fort heureusement, il y a moyen d'y mettre fin.

Blogues similaires

Tout ce que vous ignorez sur Louis Roy, PDG canadien 2017

08/12/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. Optel croît à un rythme débridé. De quoi clouer le bec aux sceptiques de la rentabilité des valeurs sociétales.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

Les pénuries de travailleurs sont réelles et vont s'aggraver

Édition du 09 Décembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Il ne se passe plus une seule journée sans qu'on fasse état de pénuries de travailleurs partout au Québec ...