Et si vous positiviez un peu?

Publié le 05/02/2013 à 09:29, mis à jour le 05/02/2013 à 11:16

Et si vous positiviez un peu?

Publié le 05/02/2013 à 09:29, mis à jour le 05/02/2013 à 11:16

Rien qu'un sourire peut suffire... Photo : DR

BLOGUE. J'ai un petit test rigolo pour vous, aujourd'hui : redressez la tête et regardez tout autour de vous, pour observer discrètement vos collègues. Et puis, comptez le nombre de personnes qui sourient, ou du moins qui ont l'air d'avoir du plaisir dans ce qu'elles font. Allez-y, faites-le maintenant!


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Alors? Le constat est-il affligeant? Vous voilà déprimé pour la journée? La bonne nouvelle du jour, c'est qu'il y a moyen de changer les choses. Non pas en vous mettant à faire subitement le clown pour dérider tout le monde – quoi que… –, mais en commençant par positiver vous-même.


C'est ce que j'ai découvert dans une étude passionnante, intitulée The upward spirals in team processes: Examining dynamic positivity in problem solving teams. Celle-ci est signée par : Nale Lehmann-Willenbrock, professeure de psychologie à l'Université Vrije d'Amsterdam (Pays-Bas); Ming Ming Chiu, professeur d'éducation à l'Université de Buffalo (États-Unis); Zhike Lei, professeure de management à l'École européenne de management et de technologie (ESMT) de Berlin (Allemagne): et Simone Kauffeld, professeure de psychologie à l'Université technique de Braunschweig (Allemagne). Elle montre que le simple fait d'être positif au travail à des répercussions inimaginables…


Ainsi, les quatre chercheurs ont eu l'idée de filmer des réunions de travail d'employés pour voir dans quelle mesure les participants y positivaient, et l'impact que cela avait quand cela se produisait. Ils ont étudié deux PME allemandes, l'une œuvrant dans le secteur de l'énergie électrique, l'autre dans celui de l'automobile. Dans la première, ils se sont intéressés aux réunions de 28 équipes différentes, composées en général de 5 à 7 personnes; et dans la secondes, aux réunions de 15 équipes composées d'à peu près le même nombre de personnes. Chaque réunion durait entre 40 et 70 minutes, et visait toujours le même objectif, à savoir trouver des trucs pour améliorer la productivité de l'équipe.


Puis, les chercheurs ont visionné tous ces vidéos, à la recherche de signes de positivisme. De quoi? De signes de positivisme, c'est-à-dire «des comportements ou des déclarations démontrant une attitude ou une intention constructive, empreinte de confiance et d'optimisme, et se traduisant par une affirmation, un accord ou une permission», d'après l'étude.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

À quoi bon rester fidèle à votre employeur?

25/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Saviez-vous qu'en étant fidèle à son employeur un salarié s'appauvrit par rapport à celui qui lui est infidèle?

Comment faire le bon choix en dépit d'une mauvaise information?

24/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Vous avez un choix crucial à faire? Et ceux qui vous conseillent sont biaisés? Voici comment vous y prendre.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

4 tendances et 4 occasions d'affaires du consumérisme post-démographie

24/11/2014 | Diane Bérard

Près de 40 % des 1000 artistes préférés des 60 ans sont aussi ceux des 13 ans. La majorité des gamers sont des gameuses

Decode MTL veut faire de vous un programmeur en huit semaines de cours du soir

25/11/2014 | Julien Brault

Decode MTL, qui a accueilli ses premiers étudiants le 27 octobre, est le premier bootcamp de programmation à Montréal.

Et si on s'employait plutôt à chercher plus de revenus?

23/11/2014 | René Vézina

L’ouverture des sociétés d’État québécoises au capital citoyen pourrait être une solution à envisager sérieusement.