Et si vous diversifiez radicalement votre réseau de contacts?

Publié le 14/11/2012 à 09:23, mis à jour le 15/11/2012 à 14:12

Et si vous diversifiez radicalement votre réseau de contacts?

Publié le 14/11/2012 à 09:23, mis à jour le 15/11/2012 à 14:12

Plus on a de connexions, plus on évolue vite... Photo: DR

BLOGUE. Aujourd'hui, l'un des termes à la mode en matière de management est le mot «diversité». Celui-ci englobe un paquet de choses disparates : la disparité des sexes (ex.: le nombre de femmes qui occupent des postes de haute-direction), la disparité des ethnies (ex.: le nombre de personnes d'origine asiatique au sein de l'entreprise), etc. Et bien entendu, tout le monde s'entend pour dire que plus la diversité est grande, meilleur c'est, quel que soit le domaine concerné.


Découvrez mes précédents posts


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Mais voilà, est-ce si vrai que cela? La diversité n'a-t-elle que du bon? Et si oui, quels bénéfices apporte-t-elle véritablement? Ces interrogations, trois professeurs de finance ont osé se les poser, à savoir : Yiwei Fang, de l'École de commerce Stuart (États-Unis) ; Bill Francis, de l'École de management et de technologie Lally (États-Unis) ; et Iftekhar Hasan, de l'Université Fordham (États-Unis). Le fruit de leur travail est présenté dans l'étude intitulée More than connectedness: Heterogeneity of CEO social network and firm value. Cette dernière y donne des réponses on ne peut plus instructives…


Ainsi, les trois chercheurs ont eu accès à la base de données dénommée BoardEx de la firme Management Diagnostics. Cette base contient une foule d'informations sur les hauts-dirigeants des grandes entreprises américaines et européennes, en particulier des données démographiques (ex.: date de naissance, sexe, nationalité, etc.), des données professionnelles (ex.: postes occupés, firmes, etc.), des données scolaires (ex.: diplômes, universités, etc.), des données géographiques (ex.: pays fréquentés pour le travail,…), et même des données sociales (ex.: clubs, associations professionnelles, etc.).


Surtout, cette base recèle une précieuse information : les liens existants entre les différentes personnes qui y sont enregistrées. Par exemple, les liens professionnels (quand elles ont travaillé dans une même équipe,…), les liens scolaires (quand elles ont usé les mêmes bancs d'université,…), ou encore les liens sociaux (quand elles ont participé à la même opération de bienfaisance,…).

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Faire carrière en philanthropie, pourquoi pas?

22/09/2014 | Alexandre Raymond

BLOGUE. Qui aurait cru qu’un jour la philanthropie serait une avenue intéressante pour y faire carrière?

Et si vous écoutiez vraiment vos émotions au travail...

19/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La colère, l'angoisse, la peur… Au travail, nous taisons nos émotions fortes. Mais pourquoi donc, au juste?

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Ce que la mission économique Couillard en Chine ne dit pas

La plus grande banque chinoise, la ICBC, affiche le niveau le plus élevé de prêts non-performants depuis 2006.

Patrick Pichette accueille la Maison Notman au sein de Google for Entrepreneurs

24/10/2014 | Julien Brault

La Maison Notman, le haut lieu des start-ups à Montréal, devient aujourd’hui le deuxième hub ...

Des villes plus intelligentes pour des citoyens mieux servis

Édition du 01 Novembre 2014 | René Vézina

BLOGUE. Près de 200 personnes ont participé à la récente conférence Les Affaires sur l'enjeu des villes ...