Connaissez-vous la croix de Tuominen?

Publié le 13/11/2018 à 10:30

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

Publié le 13/11/2018 à 10:30

Un soir d’automne, l’entrepreneur finlandais Saku Tuominen campe sur la petite île sauvage de Rakinkotka, au beau milieu du golfe de Finlande. Il est assis au coin du feu, en compagnie de son ami américain Fred Harburg, un ancien pilote de chasse devenu professeur à l’École de management Kellogg à Evanston (Etats-Unis).


L’heure est aux confessions, et Saku partage avec son ami ce qui le taraude depuis des années : il a tout essayé, et ne parvient toujours pas à vider entièrement sa boîte de courriels; chaque jour, il se jure de traiter tous les messages reçus, puis de les supprimer aussitôt, mais voilà, il en reste toujours quelques-uns en fin de journée, et ceux-ci s’accumulent, semaine après semaine, mois après mois.


Que faire? Y a-t-il une recette miracle? Un truc ultra simple pour en finir avec ce supplice quotidien?


Fred Harbug le regarde, les yeux ronds. Il n’en revient pas d’avoir une telle discussion dans ce coin de paradis. Il soupire, et dit : «Le problème n’est pas ton manque d’organisation au travail, mais plutôt ta volonté d’en faire toujours plus, tu ne penses pas?» Puis, il part se coucher sous sa tente, laissant Saku à ses réflexions.


Que lire cet automne? C’est simple : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


Mine de rien, cette discussion a bouleversé Saku. Il a en effet réalisé qu’il lui fallait carrément revoir de fond en comble son approche du travail, voir les choses sous un tout nouvel angle. Mais voilà, comment réussir une telle prouesse? Oui, comment s’y prendre concrètement pour parvenir à analyser un pan entier de sa vie d’un œil neuf, sans se tromper?


Saku Tuominen y a réfléchi deux années durant. Il en a parlé à ses proches, à ses chums, aux personnes de bonne volonté qui croisaient son chemin. Il a jeté ses idées sur le papier, il a réalisé mille croquis, il a fait un million de tests. Résultat? Un livre splendide sur lequel j’ai pu mettre la main, Juu ei – Pieni kirja priorisoinnista (Otava, 2018), que je me suis amusé à traduire et que je vais partager avec vous de ce pas, à tout le moins la substantifique moelle…


Ce livre dévoile un secret : une méthode inédite de prise de décision, applicable à n’importe quelle situation. Un moyen génial de manœuvrer dans la vie, en butant de moins en moins souvent sur des écueils comme, disons, la difficulté quotidienne à supprimer tous les courriels reçus. Et donc, de se sentir mieux, plus léger, voire – qui sait? – plus heureux.


C’est que Saku Tuominen a mûri la phrase lumineuse de son ami, et réalisé que dans la vie tout était avant tout question de volonté. Et par suite, que tout découlait de nos choix, petits comme grands : «Vivre, c’est décider», résume-t-il dans son livre.


Son secret, le voici :


Comme vous venez de le constater, il tient en une simple croix. L’axe vertical est intitulé «petit-grand» et l’axe horizontal, «lourd-léger», si bien qu’elle comporte quatre cadrans :


– Grand/Léger. Ce cadran correspond à ce qui est facile, plaisant, utile. Bref, à ce qui est captivant.


– Grand/Lourd. Ce cadran correspond à ce qui est exigeant, important, nécessaire. Bref, à ce qui est inquiétant.


– Petit/Léger. Ce cadran correspond à ce qui est facile, inutile, distrayant. Bref, à ce qui est insignifiant.


– Petit/Lourd. Ce cadran correspond à ce qui est assommant, sans importance, pénible. Bref, à ce qui n’est que souffrance.


Comment s’en servir? Eh bien, cette croix peut permettre de faire le bilan d’une situation donnée.


Prenons le cas de l’entraîneur-chef d’une équipe de hockey (un sport que nous aimons tout autant que les Finlandais) qui a besoin d’évaluer les forces et les faiblesses de celle-ci. Il lui suffit de considérer chaque joueur, un par un, et de le situer très précisément dans le cadran qui lui convient. L’idéal serait, bien entendu, que tous les joueurs figurent dans le cadran Grand/Léger, mais il serait étonnant que cela se produise; il y en aura bien quelques-uns à figurer dans le cadran Grand/Lourd, en raison du fait, par exemple, qu’ils jouent plus perso que collectif, nuisant ainsi à la chimie de l’équipe ; ou encore, quelques-uns à être dans les deux autres cadrans, signes qu’ils ne donnent pas leur 110% (Petit/Léger) ou qu’ils sont carrément un poids mort pour le groupe (Petit/Lourd).


En un coup d’œil, l’entraîneur-chef peut ainsi mettre le doigt sur les blocages dont souffre son équipe, des blocages qu’il peinait jusqu’alors à identifier avec précision.


Idem, un vendeur sait qu’il existe la règle classique du 80/20 : lorsque tout va bien, 80% de ses ventes proviennent de 20% de ses clients. Grâce à la croix de Tuominen, il peut vérifier d’un coup d’œil si cette règle s’applique, ou pas, à ses ventes actuelles, en positionnant chacun de ses clients réguliers dans les quatre cadrans : si jamais les 4/5e ne sont pas dans Grand/Léger, il convient de corriger le tir.


Ce n’est pas tout. L’essentiel de l’intérêt de la croix réside, en vérité, dans le fait qu’elle est… dynamique. Explication.


Imaginons un étudiant qui a de la facilité en biologie, mais qui ne s’y intéresse guère, lui préférant amplement la robotique. Pour lui, cette matière est facile, inutile, distrayante. Elle figure clairement dans le cadran Petit/Léger. Un beau jour, il tombe sur un documentaire qui montre que l’avenir en médecine appartient aux nanorobots, qui, injectés dans le corps du patient cancéreux, sauront se diriger vers la tumeur et l’annihiler sans dommages collatéraux. Et il se dit : «C’est moi qui vais inventer ça!» D’un coup d’un seul, le voilà passionné par la biologie, ce qui fait passer son intérêt pour cette matière dans le cadran idéal, le Grand/Léger.


Que note-t-on à travers cet exemple? Qu’il est possible de passer d’un cadran à l’autre, d’améliorer une situation donnée. Dans le cas présent, le simple fait que l’étudiant ait subitement gagné en intérêt pour la biologie a permis de faire glisser cette matière dans le cadran idéal, de la voir se faire aspirer par celui-ci. Une aspiration qui se traduit, concrètement, par un changement radical dans les habitudes de l’étudiant : du jour au lendemain, il s’est mis à travailler cette matière, et donc, à apprendre.


Prenons un tout autre exemple. Imaginez-vous au travail, en train d’accomplir une tâche que vous aimez, qui vous permet d’exprimer un talent qui vous est propre. Arrive un jour où il vous faut accomplir cette même tâche, mais voilà, vous avez fait la fête un peu trop tard la veille, ou bien vous vous sentez sérieusement enrhumé, et ce jour-là, cette tâche-là vous paraît pesante, pénible, épuisante : vous venez de passer du cadran Grand/Léger au cadran Grand/Lourd. C’est le signe qu’il vous faut lever le pied, relaxer au lieu de vous acharner et de mal faire votre travail. Autrement dit, la croix de Tuominen vous indique quelle action mener pour corriger le tir.


Poursuivons avec le même exemple, à ceci près que la lourdeur subite de la tâche en question provienne du fait que, vu que votre boss a repéré que vous tripez ainsi, il vous en donne toujours plus à faire. Arrive le moment où vous en avez beaucoup trop sur les épaules, vous commencez à flancher, ce qui était léger est malheureusement devenu lourd. Que faire? C’est simple, diminuer la lourdeur, et donc, vous alléger : ça peut consister à demander une meilleure répartition du travail au sein de l’équipe, ou bien à bénéficier de davantage de temps pour tout mener à bon port.


Bon. Pour le fun, considérons un dernier exemple. Imaginez que vous détestiez faire votre comptabilité, que chaque fois que vous vous dites qu’il va falloir consacrer votre soirée à vous assurer que tout va bien sur le plan financier, les bras vous tombent, votre tête dodeline, votre bouche se met à bailler d’elle-même. Que faire? Il faut faire passer cette tâche du cadran Grand/Lourd au cadran Grand/Léger. Par quel tour de magie? Saku Tuominen parle d’un ami qui était dans un tel cas et qui a eu l’idée de faire de ce moment pénible… un rituel. Il lui fallait avoir du plaisir à l’idée de se pencher sur des tableaux Excel, ce qui est passé par des conditions de travail agréables (je ne les connais pas, mais, disons une musique d’ambiance agréable et un shooter de vodka) et une récompense à la clé (j’invente encore, disons une sortie au cinéma avec ses chums). Et le tour est joué!


Vous voyez, maintenant? Cette croix est littéralement fascinante. Elle permet de tout voir sous un autre angle, et par suite, de trouver des solutions simples et évidentes à des problèmes qui nous paraissaient jusqu’alors insolubles.


Assez vite, Saku Tuominen a réalisé que des réactions s’imposaient souvent d’elles-mêmes pour quitter un cadran déplaisant :


– Grand/Lourd. Il convient de réfléchir vite pour vite effectuer le nécessaire changement, celui qui permettra de ne plus se sentir écrasé sous la lourdeur croissante.


– Petit/Léger. Il convient d’identifier ce qui nous intéresse dans le point considéré et de concentrer toute notre attention dessus afin de gagner en grandeur. Ou bien, de mettre «un peu de piquant», histoire de trouver un nouvel intérêt à celui-ci.


– Petit/Lourd. Il convient de dire carrément «non», et d’agir en conséquence.


«À l’usage, la croix m’a permis de penser moins, mais mieux. Elle m’a amené à assouvir mes passions et à expérimenter de toutes nouvelles choses. Elle m’a incité à aller à l’essentiel, toujours. Ce qui ne se serait jamais produit sans cela, je pense. En résumé, elle a simplifié ma vie», note en substance l’auteur.


Voilà. Vous connaissez maintenant l’essentiel de la croix de Tuominen. À vous d’en faire bon usage désormais. Et n’hésitez surtout pas à me faire part de vos témoignages, car je suis curieux de découvrir les incroyables merveilles que celle-ci peut permettre de réaliser.


En passant, le sociologue français Gustave Le Bon a dit dans Hier et demain : «Pour progresser, il ne suffit pas de vouloir agir, il faut d’abord savoir dans quel sens agir».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


 

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Attention... cette nouvelle dragonne est un cheval de Troie

12/12/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. La cofondatrice de Prana se soucie autant de l'utilité sociale des entreprises que de leur rentabilité.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...