Comment faire pour résister à la pression sociale?

Publié le 26/09/2012 à 09:11, mis à jour le 26/09/2012 à 20:24

Comment faire pour résister à la pression sociale?

Publié le 26/09/2012 à 09:11, mis à jour le 26/09/2012 à 20:24

Difficile de faire preuve d'indépendance d'esprit... Photo : DR.

BLOGUE. Qu'est-ce qui vous séduit tant que ça dans les médias sociaux comme Facebook, Twitter et autres LinkedIn? Le fait d'exprimer votre opinion et de la partager avec toutes les personnes qui sont dignes d'intérêt? Et donc, en un sens, d'être quelque part quelqu'un d'influent? Allez, soyez sincère, reconnaissez que j'ai vu juste.


Découvrez mes précédents posts


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Mais voilà, vous êtes-vous déjà posé la question suivante : «Est-ce vous qui influencez les autres via les médias sociaux, ou l'inverse, à savoir que la masse des autres finit par vous influencer?» Eh oui, peut-être êtes-vous, à votre insu, l'arroseur arrosé…


Comment le savoir? C'est justement ce que s'est demandé Yasuaki Sakamoto, un chercheur de l'Institut de technologie Stevens (États-Unis) spécialisé dans la prise de décision. Il a concocté pour cela une expérience très simple, mais riche en enseignements.


M. Sakamoto a demandé à 207 membres de la communauté en ligne Mechanical Turk d'Amazon de noter l'intérêt, à leurs yeux, de six articles tirés d'une autre communauté virtuelle, en l'occurrence Digg. Les participants à l'expérience ont été répartis en deux groupes.


D'un côté, ceux qui avait comme information la moyenne des notes déjà attribuées par des internautes à chacun des articles (par exemple, ils savaient que la moyenne était de 2, sachant qu'il était possible de noter de 1 – «extrêmement ennuyeux» – à 5 – «extrêmement intéressant»). De l'autre, ceux qui savaient combien d'internautes avaient aimé l'article (par exemple, un article affichait le chiffre de 82 J'aime, et un autre, 2 377 J'aime). Bien entendu, à chaque groupe correspondait ce qu'on appelle un groupe de contrôle, afin d'évaluer l'influence éventuelle de telle ou telle information.


Que s'est-il passé? Ces infimes informations, présentées en douce, sans aucune ostentation, ont-elles moindrement influencé les participants à l'expérience? Voici les résultats :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

C'est la panique générale chez les employeurs canadiens!

15/02/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Ils vivent une catastrophe économique, et n'ont aucune idée de comment s'en sortir, selon une étude de PwC.

Le bonheur en deux tatouages, selon Micael Dahlén

11/02/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il est professeur à l'École d'économie de Stockholm. Et il a trouvé comment embellir votre vie à tout jamais!

Blogues similaires

Alex Bastide: l'entrepreneur qui voulait retourner au gym

13/02/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. «La vie est devenue lourde. J'ai vécu de l'anxiété, du désespoir. Je ne voulais plus être propriétaire unique.»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...