Comment faire pour penser autrement?

Publié le 29/05/2013 à 09:37, mis à jour le 29/05/2013 à 09:38

Comment faire pour penser autrement?

Publié le 29/05/2013 à 09:37, mis à jour le 29/05/2013 à 09:38

Considérer les choses autrement n'est pas aisé... Photo: DR

BLOGUE. Avez-vous déjà entendu parler de Daniel Dennett? Peut-être que oui, peut-être que non. Il s'agit d'un philosophe américain de 71 ans qui est considéré de nos jours comme l'une des sommités mondiales des sciences cognitives. Il vient tout juste de sortir son seizième livre – Intuition pumps and other tools for thinking (Norton, 2013) –, une véritable trousse à outils permettant de changer notre façon de penser, et donc de ne plus sombrer dans les pièges des arguments et des raisonnements fallacieux. Bref, un livre susceptible de décupler votre intelligence. Ni plus ni moins.


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Le tout nouveau livre du codirecteur du Centre d'études cognitives de l'Université Tufts (États-Unis) contient très exactement 77 outils permettant de penser autrement. En voici une sélection de sept d'entre eux…


1. Servez-vous de vos erreurs


«Quand vous réalisez que vous venez de faire une erreur, desserrez les dents, prenez une grande respiration et prenez le temps d'examiner les tenants et les aboutissants de cette erreur. Et ce, le plus objectivement possible. Ce n'est pas facile. Notre réflexe est plutôt de ressentir de l'embarras, voire de la rage contre nous-mêmes, et il faut parvenir à contenir toutes ces émotions.


«L'idéal est d'apprendre à savourer ses erreurs, de prendre plaisir à dénicher le détail ou l'instant qui vous a amené à vous tromper. Car cela vous permettra d'apprendre de vous erreurs, et donc de progresser. Et à force de réagir de la sorte, vous ne referez plus jamais deux fois la même erreur. (…)


«J'ai toujours été surpris par le nombre incroyable de personnes intelligentes qui, pourtant, sont prêtes à remuer ciel et terre pour ne pas avoir à reconnaître leur erreur publiquement. Elles sont alors prêtes à n'importe quel stratagème pour ne pas se retrouver dans une telle situation. Pourtant, avouer publiquement une erreur est ce qu'il y a de mieux à faire.


«Pourquoi? Parce que les gens adorent les personnes qui admettent publiquement s'être trompées. C'est une marque d'humilité, qui de surcroît ouvre la porte aux bonnes âmes qui aiment venir à l'aide de ceux qui connaissent des difficultés. Donnez cette chance à ces personnes secourables! Ça vous permettra d'atteindre plus facilement vos objectifs.»

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Comment remettre les pieds sur terre après C2 Montréal

26/05/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une professeure du MIT MediaLab a découvert un truc génial pour concrétiser une idée neuve en projet prometteur

Un truc ultrasimple pour générer l'idée du siècle

19/05/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Vous croyez qu'il faut être flyé pour avoir des idées de génie? Erreur! Grave erreur! En voici la preuve...

Blogues similaires

L'investissement responsable guide les commandites de festivals

27/07/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. Les commanditaires de festivals utilisent un questionnaire qui vérifie aussi les retombées sociales.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

L'héritage de Bernard Morency : nous assurer une retraite décente

Édition du 08 Juillet 2017 | René Vézina

Le tiers des Québécois misent sur le jackpot à la loterie pour mieux profiter de leurs vieux jours. Invraisemblable ...