Ce truc puissant va booster votre motivation d'un seul coup!

Publié le 21/03/2018 à 06:06

Ce truc puissant va booster votre motivation d'un seul coup!

Publié le 21/03/2018 à 06:06

L'idée, c'est de s'inspirer d'une photo de Jeff Bezos... Photo: DR

On dit qu'une image vaut mille mots. Eh bien, c'est vrai. J'en veux pour preuve mon billet de blogue d'aujourd'hui, qui – comme vous allez vite le découvrir – ne comporte quasiment aucun texte, mais juste une photo. Oui, rien qu'une photo.


Au travail, votre moral est au plus bas, vous avez un coup de blues, ou encore vous vous posez mille questions existentielles. Bref, ça ne va pas. La solution? Prendre le temps de regarder l'image ci-dessous...


Pourquoi? Parce qu'il s'agit d'une photo dévoilant le bureau de Jeff Bezos, aux débuts d'Amazon, ce géant de la vente en ligne qui pèse de nos jours quelque 768 G$ US et qui vient de dépasser Alphabet au deuxième rang des plus grosses capitalisations boursières. À première vue, on y découvre un nerd – Jeff Bezos lui-même – installé devant un vieil ordinateur, dans un coin d'une petite pièce grise (les murs sont gris et sales, la moquette est grise, même les fenêtres ne donnent sur rien). À côté de lui, collée au mur, une banderole de papier sur laquelle il a été tagué «amazon.com». Et c'est tout.


Il faut savoir que cette photo a été prise en 1999. Cela faisait cinq années qu'Amazon – alors un simple site de vente en ligne de livres – avait été créé, et deux années qu'il avait été introduit en Bourse, au Nasdaq sous le nom «AMZN» et à un prix de départ de 18 $ US (aujourd'hui, le titre s'échange à plus de 1550 $ US).


Jeff Bezos ne s'attendait pas à réaliser de profits avant quatre ou cinq ans. En 1999, sa stratégie de croissance lente commençait à irriter nombre d'actionnaires, qui n'avaient été calmés qu'en raison du fait que l'avenir s'annonçait prometteur : le magazine Time venait de nommer Jeff Bezos Personnalité de l'année 1999, considérant qu'Amazon avait grandement contribué à populariser le commerce électronique.


Ce que ni Jeff Bezos – ni Time – ne savait pas, c'était que la bulle Internet était sur le point d'éclater, et qu'en conséquence nombre d'entreprises pionnières du Web allaient mettre la clé sous la porte dans les mois qui allaient suivre. Amazon a tenu le coup, pour finir par enregistrer ses tout premiers profits au dernier trimestre de 2001, à savoir 5 M$ US, soit 1 cent par action, sur un chiffre d'affaires dépassant le milliard de dollars.


Autrement dit, quelqu'un a beau oeuvrer jour après jour dans un bureau gris qui en déprimerait plus d'un, tout lui est possible dès lors qu'il est gonflé à bloc par l'objectif qu'il vise. Jeff Bezos rêvait d'une entreprise aussi puissante et démesurée que le plus long fleuve du monde, il était poussé par ce rêve fou, et peu lui importait d'être coincé des années durant dans un bureau gris pour mener à bien son projet : l'important, c'était sa motivation, pour ne pas dire sa foi, qui l'animait corps et âme, là où d'autres se seraient laissé miner par la grisaille environnante.


Voilà la leçon qu'enseigne cette fantastique photo. Les éléments ont beau sembler se liguer contre nous, le désespoir a beau se mettre à nous tourner autour, il convient de se dire qu'ils ne pourront rien contre nous si nous parvenons à garder le cap, à braver la tempête et à toujours percevoir les rayons du soleil qui filtrent à travers les nuages noirs. Comme l'a si bien fait Jeff Bezos.


Je vous le disais, une image vaut bel et bien mille mots. Le moment venu, plongez-vous un instant dans cette photo – au besoin, imprimez-la en couleur et affichez-la pas trop loin de votre bureau – et vous verrez que votre moral va remonter d'un seul coup. Comme par magie.


En passant, le philosophe britannique Karl Popper aimait à dire : «Être optimiste est un devoir moral».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


 

À propos de ce blogue

EN TËTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

10 choses à savoir lundi

23/04/2018 | Alain McKenna

Une cryptomonnaie pour enfants? Comment faire 10000$/mois avec Alexa. Ce geste qui rendra le Canada vraiment écolo.

GOLO : cet Instacart montréalais livre bien plus que de la nourriture

20/04/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. «Un outil de plus pour les petits commerçants qui craignent la menace d’Amazon.»

Blogues similaires

Ces communautés religieuses qui sont aussi activistes climatiques

19/04/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Le 27 avril, les actionnaires de TransCanada PipeLines voteront une proposition de 2 congrégations québécoises.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.

Viser les marchés étrangers, au-delà de Donald Trump

Édition du 21 Avril 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. L'entreprise Boulet, à Saint-Tite, est bien connue par les amateurs de bottes de cow-boy dont elle est ...