19 trucs ultrasimples pour devenir un excellent orateur

Publié le 27/09/2012 à 09:10, mis à jour le 01/10/2012 à 14:05

19 trucs ultrasimples pour devenir un excellent orateur

Publié le 27/09/2012 à 09:10, mis à jour le 01/10/2012 à 14:05

Peter Sims est aujourd'hui un orateur accompli. Photo : DR.

BLOGUE. Rien qu'à l'idée de parler en public, vous sentez vos jambes trembler, des sueurs froides couler dans votre dos et votre respiration se mettre à haleter. Vous imaginez tous ces regards braqués sur vous, impitoyables, pour ne pas dire féroces. Et tous ces êtres, tapis dans l'obscurité, prêts à vous lapider à coups de de questions sournoises et de remarques acerbes. Pas vrai?


Découvrez mes précédents posts


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Eh bien rassurez-vous, c'est normal! Tout le monde est comme ça. Y compris ceux qui semblent parfaitement à l'aise de prendre la parole devant tout le monde, à moins qu'ils ne fassent partie du groupuscule des "beaux parleurs", vous savez, ceux qui aiment tant monopoliser l'attention, mais dont le discours sonne – sans qu'ils s'en rendent compte, les pauvres – si creux.


Voilà pourquoi j'ai été si touché, hier, par la confession de mon ami Facebook Peter Sims, auteur de l'excellent Little Bets – How breakthrough ideas emerge from small discoveries (Free Press, 2011) et conférencier on ne peut plus prisé des grands événements hypes. Il a avoué que ses débuts d'orateur avaient été pitoyables, et en a même fourni la preuve, à savoir le feedback qu'il avait reçu de l'organisatrice du premier événement où il avait pris la parole en public (celle-ci avait adressé ses commentaires à l'agente de Peter Sims pour ses conférences, et la lettre lui a été transmise).


En voici quelques extraits :


> «Peter s'en est bien sorti globalement, mais on aurait apprécié avoir été prévenu qu'il ne s'était jamais adressé à des étudiants auparavant et n'avait jamais participé à d'autres conférences de ce type. Je pense qu'il s'intéressait plus à assurer la promotion de son nouveau livre qu'à répondre aux questions des étudiants.»


> «Je pense que le tarif demandé pour sa conférence était exagéré. J'estime que ça valait au maximum 1 500 $ [Peter Sims précise qu'il avait été payé, en fait, 7 500 $]. Nous disposons d'un budget limité, et je suis convaincue que nous aurions pu mieux le dépenser.»


> «Il semblait manquer d'énergie. Il paraît que c'était dû au fait qu'il venait de prendre une semaine de congés.»

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Voici le meilleur truc pour atteindre un objectif ambitieux!

17/01/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une étude suisse a découvert ce qui permet de faire des étincelles dans une tâche barbante, mais importante.

Souffrez-vous (sans le savoir) du syndrome de l'échec programmé?

15/01/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le manager est bon. Son équipe est bonne. Et pourtant, c'est l'échec. Voici pourquoi.

Blogues similaires

Projet Royalmount: parlons de l'utilisation des terrains vacants

18/01/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Les terrains vacants occuperaient 260 M de pieds carrés sur l'île de Montréal. Des espaces moches à valoriser.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...