Votez... le plus grand pouvoir que l'on a!

Publié le 27/04/2017 à 12:08

Votez... le plus grand pouvoir que l'on a!

Publié le 27/04/2017 à 12:08

Un sentiment de fierté m’a immédiatement envahi lorsque je suis allé voter pour le premier tour des élections présidentielles françaises. Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis un hybride. De mère Saguenéenne et de père Bourguigon, je suis un pur mélange de sirop d’érable et de pinot noir !


Avant même mon arrivée au Collège Stanislas (mon alma mater!) je sentais l’excitation dans l’air. Les rues avoisinantes, pour la plupart du temps très calme, avaient des airs de grandes artères. Des milliers, voire des dizaines de milliers de Français de Montréal affluaient des quatres coins de la ville pour s’exprimer à travers leur vote. Un superbe moment de démocratie, mais aussi un symbole de pouvoir exceptionnel. Avoir le choix de voter. Un tout petit geste tellement puissant.


Dans certains pays, ce droit est surveillé, interdit, violé, voire mortel. Dans notre société, on le prend, comme beaucoup trop d’autres choses, pour acquis.


Cette foule m’a ouvert les yeux sur le pouvoir du vote. Non seulement celui politique, mais celui du consommateur. Car il y a plusieurs manières de voter. Oui aux urnes, mais aussi à la caisse.


En effet, l’achat d’un objet ou d’un service est un vote. Un choix que l’on fait délibérément après réflexion. Un choix avec une grande incidence qui reflète assez bien les habitudes et intérêts de celui qui l’exerce. On ne verra jamais un fervent écologiste acheter un VUS!


Pour un entrepreneur, bien que le vote politique soit de grande importance, celui du consommateur l’est encore plus. Personnellement, je ne pourrai jamais assez remercier les centaines de milliers de consommateurs qui «votent», année après année, pour mes produits.


En fait, il y a une immense similitude entre un politicien et un entrepreneur. À la recherche perpétuelle d’un vote, ils se parent sous leurs plus beaux atours afin de convaincre pour l’un l’électeur, pour l’autre le client.


On demande à l’un d’avoir des idées, de la compassion et un dévouement pour la société hors du commun et on attend de l’autre de nous offrir un produit de qualité qui répond à nos besoins.


Comme on a pu voir récemment, le vote devient de plus en plus difficile à aller chercher et surtout à prédire. Que l’on pense à l’élection de Trump, l’élimination des partis de toujours en France dès le premier tour du scrutin ou la sortie de la Grand-Bretagne de l’Europe, l’électeur est de plus en plus drastique et volatile dans ses choix.


Pour l’entrepreneur, le défi est pareil, à quelques exceptions près. La tendance d’aujourd’hui devient très rapidement l’obsolescence de demain. Après tout, ce n’est pas du tout surprenant. L’électeur et le client sont la même personne!


Ce qui est difficile pour un entrepreneur, contrairement à un politicien pour qui le vote survient tous les 4 ou 5 ans, c’est que le vote du client s’effectue tous les jours. Une pression quotidienne qui pousse l’entrepreneur qui veut continuer à connaître un succès, à devoir être au sommet de son art, à l’avant-garde des tendances et à l’écoute du public constamment.


 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Sur le même sujet

La France veut devenir une «startup nation»

20/11/2017 | François Normand

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Entrepreneurs, sortez du Québec!

16/11/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Pour une société aussi petite que la nôtre, l’exportation doit devenir une priorité.

OPINION Start-up: admettre l'échec est une réussite en soi
10/11/2017 | lesaffaires.com
Autopsie d'un échec
09/11/2017 | Nicolas Duvernois
Désirs et réalités
Édition du 11 Novembre 2017 | Julie Cailliau