Entrepreneuriat: gare aux gourous du conseil

Publié le 20/04/2016 à 10:13

Entrepreneuriat: gare aux gourous du conseil

Publié le 20/04/2016 à 10:13

L’entrepreneuriat n’a jamais été aussi à la mode. Grâce à différentes initiatives gouvernementales, à la transformation du marché du travail, à l’incertitude économique et au charisme de certains entrepreneurs à succès, se lancer en affaires est devenu pour des milliers de personnes une option de carrière au même titre que de devenir avocat ou informaticien.


Cet engouement envers le monde des affaires est réjouissant, mais gare aux offres qui inondent le marché entrepreneurial. Des conférences, des séminaires, des bootcamp, des coachs de croissance, des coachs de réussite… Bref, une petite industrie du conseil et de la formation a émergé et ses acteurs n’ont pas tous l’intérêt de l’aspirant entrepreneur au sommet de leurs priorités.


En une seule semaine, deux personnes m’ont demandé si je connaissais un bon mentor, trois autres m’ont offert des formations spécialisées et j’ai reçu sur mes réseaux sociaux une dizaine de publicités ciblées de livres et de conférences promettant le secret de la réussite en affaires!


Attention. Il faut faire la différence entre un profiteur qui vous promet mer et monde pour vous vendre des billets pour son évènement et ceux pour qui l’entrepreneuriat est une véritable cause.


Que ce soit dans une école, dans une entreprise ou dans un colloque annuel, il m’arrive souvent de donner des conférences qui portent sur mon expérience en affaires. J’essaye d’inspirer et de motiver, sans rien promettre. Je m’assure que chacun des participants comprenne les difficultés du parcours entrepreneurial et qu'avec de la persévérance, un peu de folie et un soupçon de chance, il est possible d’atteindre ses objectifs. Mais qu’il n’y a pas de garantie.


Je trouve dangereux tous ces «experts en entrepreneuriat» qui affirment que le succès et la richesse sont accessibles aux entrepreneurs positifs capables de visualiser les résultats espérés. Avec des titres comme «Le secret du succès» ou «Les 3 étapes pour réussir», ils sont prêts à tout pour vous faire croire qu’ils ont les clés du bonheur entrepreneurial. Être entrepreneur, c’est se lancer en affaires bien qu’on sache que les probabilités d’échouer sont plus grandes que celles de réussir. Être entrepreneur, c’est aussi accepter que la vie ne nous donne pas nécessairement toujours ce que l’on mérite. C’est la vie!


Quand on démarre son entreprise, on est prêt à tout pour réussir et on veut à tout prix prendre les meilleures décisions possible. Il est primordial de savoir s’entourer pour devenir meilleur. Le choix d’un mentor, d’une formation ou d’une conférence ne se fait pas à la légère.


Personne ne suivrait un cours de mécanique automobile avec quelqu’un qui n’a jamais ouvert un capot de voiture de sa vie. Personne ne suivrait un cours de cuisine avec quelqu’un qui n’a jamais mis la main à la pâte. Alors, soyez donc méfiants envers ceux qui promettent la lune en affaires!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois