Restons calme

Publié le 21/09/2012 à 10:19

Restons calme

Publié le 21/09/2012 à 10:19

Par Michel Marcoux

L’économie mondiale ne cesse d’évoluer, et tout se bouscule. En ce moment, les investisseurs commencent à peine à se remettre de la baisse vertigineuse du marché en 2008. L’Europe inquiète toujours autant les analystes, les États-Unis émergent difficilement d’une récession. Les prophètes se divisent, comme toujours, en deux camps: celui des optimistes et celui des pessimistes.


Malgré cette série d’événements imprévisibles, le marché canadien a progressé de 30% en 2009. A la fin décembre 2010, le marché affichait une hausse de plus de 10 %, alors que l’année 2011 se terminait en baisse de plus de 10 %.


Selon les dernières études de la firme Dalbar, les investisseurs ont de la difficulté à obtenir des rendements qui dépassent 25% des rendements inscrits par les indices de référence, ce qui n’a malheureusement rien de bien nouveau. Les investisseurs achètent et vendent au pire moment et multiplient les transactions coûteuses et inutiles.


Je n’ai rien d’un futurologue ou d’un prophète, mais je peux prédire une chose: peu importe votre stratégie de placement, si elle est bien planifiée et surtout si vous vous y tenez, vous en serez récompensé à long terme.

Si vous ne pouviez retenir que 3 conseils et les mettre en pratique votre vie durant, j’aurai atteint un but important comme conseiller financier.
1. Trouvez une stratégie qui vous convient et gardez-la, et ce, peu importe les aléas du marché boursier. La patience est une grande vertu dans le monde des placements. C’est vrai dans le marché boursier, obligataire, immobilier ou autres secteurs.
2. Retenez ceci : personne ne peut prédire l’avenir, ni vous ni aucun professionnel des placements. Le sachant, ne perdez plus votre temps à en parler ou à y penser.
3. Votre conseiller financier est votre meilleur allié. Le monde des placements est de plus en plus complexe, tout comme ce que l’on retrouve aujourd’hui sous le capot d’une automobile par rapport à il y a à peine 25 ou 30 ans. Certains d’entre vous continuent à s’y retrouver, mais la tâche est de plus en plus ardue. Les conseils d’un spécialiste sont irremplaçables et vous seront d’une grande utilité dans vos moments d’euphorie ou de déprime. Pourquoi vous en passer? Ils demeurent votre meilleur investissement, et les études de la firme Dalbar le démontre sans l'ombre d'une doute, avec un conseiller financier qui vous accompagne, vos rendements seront que meilleurs.


 

Sur le même sujet

Marchés émergents: opter pour une gestion active ou passive?

Édition du 29 Novembre 2014 | Yves Bourget

CHRONIQUE. Selon le Fonds monétaire international (FMI), les marchés émergents représentent désormais plus de la ...

Fonds communs: de nouvelles règles encadreront les rendements et les frais

Édition du 18 Octobre 2014 | StĂ©phane Rolland

Connaissez-vous vraiment le rendement annualisé de votre portefeuille de fonds communs? La question semble simple, ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.