La maison en garantie pour l'achat de la piscine

Publié le 03/06/2012 à 12:44

La maison en garantie pour l'achat de la piscine

Publié le 03/06/2012 à 12:44

Par Martin Provencher

La maison en garantie pour l’achat de la piscine


BLOGUE- L’immobilier est un pilier de l’économie. Au cours des 15 dernières années, cet important secteur d’activités a généré beaucoup d’investissements, d’emplois, de retombées économiques. La croissance des valeurs des immeubles, au sens large, a également contribué, de façon directe, à l’enrichissement de 60% de la population, propriétaires de leur toit. Cette augmentation de la valeur des actifs immobiliers a permis à certains d’investir davantage, à d’autres de réduire les intérêts payés en transférant certaines dettes de consommation dans nouveau prêt hypothécaire et pour d’autres encore, cci s’est traduit par une augmentation du style de vie par une consommation accrue de biens périssables.


La menace principale découlant de cette dernière situation est bien sûr l’endettement des ménages qui en ont profité pour contracter de « mauvaises dettes ». Celles-ci apparaissent, au bilan, dans la colonne du passif sans augmenter durablement les actifs en contrepartie : ordinateurs, matériel électronique, meubles, spa, véhicules, etc.


Là où la situation devient à la fois moins claire et plus précaire, c’est lorsque les institutions financières acceptent de consentir une hypothèque, avec déboursés subséquents, non en fonction de la valeur actuelle mais bien de la valeur futur du bien immobilier, ce que le Code civil du Québec permet depuis 19941. Cette situation peut rappeler celle ayant mené à la crise des subprimes et ce, à un élément près, soit la date des déboursés.


L’équilibre visé, entre d’une part soutenir l’économie en augmentant et en favorisant l’accès au crédit et d’autre part, en tentant de maintenir, voire  de réduire le taux d’endettement moyen des ménages, est un exercice délicat.


L’endettement des consommateurs a atteint un seuil extrême. Le contexte de reprise économique est à la fois lent et fragile (taux de chômage aux États-Unis qui a subi un premier recul en un an au mois de mai et une crise européenne qui ne cesse de s’empêtrer). S’ajoute à cela un apport massif de capitaux sur les marchés financiers avec l’arrivée à la retraite des Baby-boomers qui eux, pour obtenir une rente et la dépenser en consommant, doivent trouver des emprunteurs. On peut comprendre, sans l’accepter pour autant, que les institutions financières soient enclines à prêter avec largesse en tentant de diminuer et de minimiser leur risque en prenant des hypothèques en garantie.


Martin Provencher, auteur-conférencier en immobilier


www.martinprovencher.com


 


1 Des taux d’intérêt de 20% pour des dettes garanties par un immeuble, par Dominique Froment, Les Affaires, 26 mai 2012, p.i-6

Sur le même sujet

Immobilier: la SCHL note des risques de surévaluation à Montréal et à Québec

24/11/2014 |

Le risque de surévaluation des marchés immobiliers est «particulièrement manifeste» à Montréal et Québec, note la SCHL.

Le lien entre les prix de l'immobilier et de l'essence

24/11/2014 | Joanie Fontaine

BLOGUE. La comparaison entre les prix des résidences unifamiliales et de l'essence est frappante.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Fonction publique: Québec supprime 1 150 postes

Il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

Québec décrète une série de mesures visant à contrôler les dépenses gouvernementales et à réduire la taille de l'État.

Les vieux ratoureux qui profitent du système

BLOGUE. Pourquoi des riches arrivent à mettre la main sur une aide financière conçue pour les pauvres ?

Frais de garde: payer 35$ est plus rentable pour certains

BLOGUE. Les ménages à faible revenu auraient intérêt à payer 35$ pour des places en garderie privée. Voici pourquoi.