Savoir tirer profit des caprices de Mère Nature

Publié le 31/10/2012 à 10:06, mis à jour le 01/11/2012 à 00:06

Savoir tirer profit des caprices de Mère Nature

Publié le 31/10/2012 à 10:06, mis à jour le 01/11/2012 à 00:06

© Judith A. Brown | Dreamstime.com

BLOGUE. 


Sandy a terminé sa course en laissant derrière elle des dommages allant jusqu'à 50 milliards de dollars. Comme on le sait, une partie de la facture sera refilée aux assureurs. L'an passé, l'ouragan Irene a également produit des dommages d'envergure, même s'ils se sont avérés plus modestes que ceux causés par Sandy. 


Le lien qui suit (cliquer ici) démontre, par un graphique un peu plus bas, la fréquence des désastres naturels aux États-Unis, de 1980 à 2011. On remarquera la progression. Avec les années, le nombre de catastrophes augmente. Ajoutons à cela la densité de la population qui s'intensifie dans les villes, les désastres causent de plus en plus de dommages. Nous assisterons donc à une croissance de la fréquence et de la sévérité des réclamations auprès des assureurs. 


Pour l'investisseur, il s'agit d'un domaine cyclique pour lequel les opportunités seront toujours présentes. Lorsqu'une catastrophe survient, les primes liées à ce type de risque explosent. Les clients deviennent soudainement conscients des dangers que présentent Mère Nature, et acceptent volontiers de payer davantage pour se protéger financièrement. 

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont propriétaires de Barrage investissement privé, une firme montréalaise de gestion d'actifs.

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Une société qui devrait profiter de la hausse des taux d'intérêt

BLOGUE. On commence à parler de plus en plus de la hausse des taux d'intérêt aux États-Unis. À qui cela profitera-t-il ?

Berkshire: Buffett se déleste des obligations

06/03/2014 | Thomas Cottendin

Warren Buffett a réduit l'allocation des divisions d'assurance de Berkshire Hathaway en obligations à un ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Le dilemme de Prem Watsa

BLOGUE. Prem Watsa a oublié que son talent est de chercher des aubaines, pas de prédire le prochain marché baissier.

Osisko: le pas en arrière et le nationalisme de Québec inc.

BLOGUE. On devrait bientôt savoir si le cœur nationaliste de Québec inc. bat encore avec autant de force que jadis.

Bourse: Rogers et Telus perdent des appuis

Jeff Fan, de Banque Scotia, ne recommande plus l’achat de Rogers ni de Telus parce que leur croissance ralentit.