Le risque d'investir dans un titre vedette (blue chip)

Publié le 07/12/2018 à 14:25

Le risque d'investir dans un titre vedette (blue chip)

Publié le 07/12/2018 à 14:25

Le siège social de Procter & Gamble à Cincinnati.

Le siège social de Procter & Gamble à Cincinnati. (Photo: 123rf.com)

BLOGUE INVITÉ. Octobre a été particulièrement difficile pour les marchés. L’indice S&P 500 a été en baisse de 6,9% durant ce mois. Pendant les périodes comme celle-ci, certains commentateurs soutiennent que les investisseurs devraient «se mettre à l'abri» afin de protéger leur portefeuille. Une façon simple de se protéger consiste à convertir son portefeuille d’actions dans les sociétés de biens de consommation courante. Ces grandes entreprises telles Procter & Gamble (P&G) fournissent depuis longtemps des produits de première nécessité, comme du dentifrice, et offrent aux investisseurs par le fait même une stabilité accrue.


En apparence, ce type de transaction semble être une excellente idée. Dans tout le chaos d’octobre, P&G a progressé de 6,5%. Pourtant, quelques observations rapides nous démontrent les problèmes liés à l’idée que ce type de placement offre une protection additionnelle.


Tout d’abord, il est pratiquement impossible de savoir la direction des marchés au cours d'un seul mois. Pour profiter d’une telle transaction, il fallait prédire les mouvements des marchés avant même de négocier les actions. Rien de plus difficile selon nous. De plus, il faut ajouter des frais de transactions élevés.


Deuxièmement, rien n’indique que ces entreprises de haute qualité sont aussi durables qu’elles n'y paraissent. Prenons l'exemple de P&G. Même si les ventes organiques du dernier trimestre (+4%) ont été bien reçues par le marché, les ventes moyennes organiques des 5 dernières années ont été de seulement 1,6%. Comment une entreprise comme P&G peut-elle obtenir une croissance aussi faible pendant la moitié d'une décennie?


Une marque de commerce comme Gillette, de P&G, est solidement établie. Dans le passé, la société contrôlait la publicité sur les principaux réseaux de télévision ainsi que l’espace dans les rayons de nombreux magasins de détail. Aujourd'hui, la marque est encore renommée, mais celle-ci a perdu ses avantages d’antan. Internet et d'autres plateformes sont en train de niveler le terrain de jeu pour servir plus facilement les consommateurs. Le domaine des produits de consommation change très rapidement et Amazon a maintenant mis sur pied une multitude de marques privées.


Qu'en est-il du vaste avantage de P&G dans la distribution? La compagnie est encore dominante, mais moins qu’auparavant. Amazon a récemment acquis 20 000 fourgonnettes Mercedez-Benz pour améliorer son réseau de livraison. Ce réseau de distribution va être utilisé à la fois par Amazon et par les petits entrepreneurs pour renforcer sa relation avec la clientèle.


Avec ce nouveau regard sur le domaine des produits de consommation, P&G nous semble de plus en plus vulnérable. Se mettre à l’abri pour quelques mois afin d’obtenir la paix d’esprit peut être tentant, mais votre portefeuille pourrait en payer le prix à long terme. Pensez-y la prochaine fois que quelqu’un vous suggère de vous mettre à l’abri.


 


 Patrick Thénière, CIM, Associé Barrage Capital

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont analystes financiers et propriétaires de Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Serait-il temps de jouer Lowe's ?

Édition du 08 Décembre 2018 | François Pouliot

La fermeture de neuf magasins Rona au Québec a fait couler beaucoup d'encre dernièrement. Signal de faible intérêt ...

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne