«La trop grande cupidité a démoli notre Tim»

Publié le 09/05/2018 à 11:13

«La trop grande cupidité a démoli notre Tim»

Publié le 09/05/2018 à 11:13

Les franchiseurs et surtout les investisseurs sont les fossoyeurs de l'enseigne, nous témoigne cet internaute de Les Affaires.


Je ne suis ni franchisé ni apparenté à aucune personne du domaine de la restauration mais j'étais client assidu.


Tous les jours et parfois jusqu'à 3 fois par jour.


Étant retraité depuis très longtemps, j’ai roulé à moto durant 48 ans, au Canada de l'est comme tout le nord-ouest américain, parcourant environ entre 15,000 et 20,000 km/année, surtout entre 2005 et 2013.


5 pontages et une auto-greffe cervicale m'ont forcé à calmer mes élans à moto.


Je demeure à Berthierville et nous, les motards, étions souvent en café-rencontres improvisés, la A-40♧, la 158 et la 138 étant un très beau point axial.


Tim Hortons étant installé à cette jonction, tout est en place pour faire faire un joli «plu$» au franchisé de l'endroit.


Et ça roulait super bien.


Souvent les samedis il s’y arrêtait pas moins de 200 motos et chaque jour de juin à septembre-octobre de 50 à 75 motards.


Comme vous pouvez deviner, rien qu'à nous qui ne prenions que la demi et même le tiers des places de stationnement, et ne prenions pas tous toujours que seulement qu'un café, (quand le gérant y était, il avait toujours un très beau et grand «$ourire»). 


Les pourboires aussi ça allait avec et les employé.e.s étaient toujours fiér.e.s de nous accueillir.


Mais nous croyons que la trop grande cupidité des franchiseurs et surtout des investisseurs a démoli le climat, ensuite la propreté et l'atmosphère de travail de la chaîne.


Résultats, il n'y a plus que la moitié de la clientèle de motocyclistes d'il y a 5 ans et pourtant au Québec, il y a 25 % de plus de motos sur la route.


Examinez bien la carte géo, il n'y a qu'une seule avenue ou presque dans l'axe Est-Ouest sur la Rive-Nord, l'A-40 et la R-138, deux routes longitudinales au fleuve St-Laurent qui se croisent à qui-mieux-mieux.


Il y a d'autres fast-foods autour de notre Tim, mais ce n'est pas là que s'arrêtent les motards.


Alors, s'ils ne viennent plus qu'à 30-40 % qu'avant et/ou moins longtemps et moins nombreux et qu'ils n'arrêtent pas plus chez les compétiteurs, où passent-ils...? Sur la Rive-Sud ?


Naan Naan Naan ! Ils arrêtent maintenant à Louiseville, ou aux 3-Rivières et à Repentigny.


Et beaucoup moins aux Tim Horton's qu'auparavant.


Cafés Morgan, Second Cup, etc...etc...! 


Vous pouvez, si vous y voyez un quelconque intérêt, faire parvenir ma lettre à RBI.


 


Yvan Vincent


 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés.

Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

10 choses à savoir vendredi

26/01/2018 | Alain McKenna

Whole Foods: Amazon victime de son succès? Les milléniaux menacent Costco, comment éliminer les bouteilles jetables.

Tim Hortons mate la rébellion des franchisés

22/09/2017 | François Remy

La direction de la chaîne de cafés a décidé de menacer les franchisés récalcitrants de rupture de contrat.