Rentrée des start-ups : du garage à l'auberge espagnole

Publié le 05/09/2014 à 14:32

Rentrée des start-ups : du garage à l'auberge espagnole

Publié le 05/09/2014 à 14:32

Le texte qui suit est signé par Laurent Maisonnave, qui a fondé Seevibes en 2011.


Stylo quatre couleurs, gomme double-face, cassette du Awesome Mix et tapis de souris antidérapant ne font plus partie de la trousse à outils des startups en 2014. Mais, comme un élève qui arrive sur les bancs d’école, l'entrepreneur doit bien préparer sa rentrée. J’ai une pensée pour les heureux élus qui prennent part à la nouvelle cohorte de FounderFuel cette semaine — j’étais dans leur situation il y a trois ans (#souvenir).


Avant de surfer sur la vague, les entrepreneurs doivent souvent trouver un bureau. La mythologie du garage est encore forte dans l’imaginaire des startups — merci à la série Silicon Valley. On imagine facilement une équipe coupée du monde, qui travaille nuit et jour, avec pour seul repas des céréales et du Red Bull.


Je vais peut-être vous décevoir, mais un garage ou un sous-sol ne sont pas les meilleurs endroits pour développer une compagnie. Le meilleur moyen de faire avancer son projet est de le confronter à la réalité. Dans l’idéal, vous rencontrez d’autres entrepreneurs qui partagent les mêmes défis. Je vous conseille fortement de trouver un espace de travail en partage. Montréal n’en manque pas ! Ce n’est pas une coïncidence si FounderFuel fait travailler ses équipes à la Maison Notman.


Lors de mon dernier séjour dans la Silicon Valley, j’ai découvert le chaînon manquant, la prochaine évolution... l’Auberge espagnole pour entrepreneurs. Vous allez me dire, ils l'ont-tu l'affaire, les Américains ! En l’occurrence, il s’agit de l’initiative d’un ressortissant belge installé à San Francisco. Guillaume De Dorlodot a créé le Startup BaseCamp, un loft dans SOMA transformé en espace de travail en partage, avec des chambres pouvant héberger jusqu'à huit résidents.


Au-delà de l’avantage de bénéficier d’un logement à San Francisco pour un tarif très abordable, le Startup BaseCamp est concept extrêmement bien adapté pour un entrepreneur qui arrive en ville. La dynamique avec les autres locataires-entrepreneurs est redoutable. On travaille sur son projet, on s’échange des contacts, on améliore son « pitch » et à l’occasion on partage une pizza et quelques bières en regardant le soleil se coucher sur la ville.


J’attends avec impatience la version montréalaise du Startup BaseCamp — avec des lits superposés sous les toits de la Maison Notman. Sans aller jusqu’à recréer Woodstock, ne serait-ce pas formidable d’avoir une grande communauté d’entrepreneurs sous le même toit ? On pourrait se retrouver chaque année en juillet à Montréal et appeler l’événement le Festival international du startup. Allez, fini de rêver, c’est la rentrée aujourd'hui !


 


À propos de Laurent Maisonnave


Laurent Maisonnave est pdg de Seevibes, une start-up montréalaise qui offre une service de mesure de l’audience sociale à la télé. Sur Twitter: @zelaurent



 

À propos de ce blogue

Dédié à l’écosystème de start-ups québécois, ce blogue accueille des billets rédigés par ceux qui sont dans le feu de l’action. Nouvelles technologies, capital de risque et entrepreneuriat font partie des thèmes abordés par ses contributeurs. Si vous souhaitez y contribuer, envoyez un courriel à julien.brault@tc.tc

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier