Oui, boostons le salaire minimum!


Édition du 12 Août 2017

Oui, boostons le salaire minimum!


Édition du 12 Août 2017

L'avantage? Ça améliore la santé psychologique des personnes concernées... Photo: DR

L'Ontario a pris la décision en juin de porter le salaire minimum à 15 $ l'heure d'ici le 1er janvier 2019, et ce, après un premier bond de 11,40 $ à 14 $ qui doit survenir le 1er janvier 2018 (un bond phénoménal de 23 %, jamais vu au Canada ces deux dernières décennies). S'agit-il là d'une bonne ou d'une mauvaise idée ?


Pour le savoir, regardons du côté de Seattle... En 2015, le salaire minimum y est passé de 9,47 $ US à 11 $ US ; puis, en 2016, à 13 $ US ; et enfin, pour certaines catégories d'emplois, à 15 $ US. Deux récentes études d'économistes ont été publiées à ce sujet, riches d'enseignements :


> Michael Reich et son équipe de chercheurs de Berkeley ont noté que, pour chaque tranche de 10 % de hausse du salaire minimum, les salaires du personnel du milieu de la restauration avaient progressé en général de 1 %. Et ce, sans impact significatif sur le niveau d'emploi de ce secteur-là. Il n'y a donc pas eu, contrairement à ce qu'anticipaient nombre d'experts, de coupes sombres parmi le personnel des restaurants.


> Ekaterina Jardim et son équipe de chercheurs de l'Université de Washington à Seattle ont, eux aussi, constaté l'absence d'impact de cette mesure sur le niveau d'emploi dans le milieu de la restauration. Cela étant, ils ont mis au jour le fait que, tous secteurs confondus, la hausse de 2016 avait fait perdre en moyenne 9 % d'heures travaillées à ceux qui touchaient les plus bas salaires, pour un gain salarial de 3 % l'heure en général. Cela s'est traduit par un recul de leurs revenus mensuels de 125 $ US en moyenne cette année-là. Autre point intéressant : la hausse de 2015, plus modeste, n'avait eu, elle, aucun impact négatif particulier.


Conclusion ? Il est bénéfique de faire progresser le salaire minimum, pourvu que la hausse ne soit pas brutale. Dès lors, ceux qui touchent les plus bas salaires voient leurs revenus évoluer sans que cela entraîne de pertes d'emplois significatives.


Ce n'est pas tout. D'autres chercheurs ont regardé si l'appréciation du salaire minimum avait le moindre impact sur la santé des personnes concernées. C'est que certains considéraient a priori que celles-ci allaient profiter de leurs revenus plus élevés pour, entre autres, améliorer leur alimentation, tandis que d'autres prédisaient - authentique ! - qu'elles allaient, au contraire, avoir le réflexe de davantage boire et fumer...


Voici ce qu'il en est vraiment, selon deux études récentes :


> L'économiste Johanna Catherine Maclean et son équipe ont découvert que les Américains ayant bénéficié des hausses du salaire minimum survenues entre 1993 et 2014 ne se considéraient pas comme en meilleure santé pour autant, à une nuance près : en général, ils trouvaient que leur santé mentale s'était améliorée, sans pouvoir expliquer pourquoi au juste.


> L'économiste Aaron Reeves et son équipe ont, eux, considéré la hausse du salaire minimum qui s'est produite en 1999 en Grande-Bretagne. Leurs données ont confirmé que la mesure économique n'avait eu aucun impact particulier sur la santé physiologique des gens : pas de variation de la pression sanguine, pas non plus de tendance à fumer plus que d'habitude. En revanche, leur santé mentale s'était nettement améliorée : «L'atténuation des soucis financiers a fait reculer le niveau d'anxiété des gens de manière considérable. Nous avons pu mesurer ce recul et ainsi découvrir qu'il était comparable à celui de la prise d'antidépresseurs», soulignent-ils dans leur étude.


Autrement dit, relever le salaire minimum soulage les gens d'un poids colossal, celui des fins de mois où il faut toujours tirer le diable par la queue. Ce qui, l'air de rien, change la vie.


Parfait. À ceci près qu'il demeure une interrogation cruciale : et les dirigeants d'entreprise, dans tout ça ? Ne sont-ce pas eux qui trinquent, en fin de compte ?


La réponse est simple : oui et non. Oui, en ce sens qu'une hausse significative du salaire minimum impose à nombre de PME de s'ajuster ; la Canadian Federation of Independent Business (CFIB) a d'ailleurs annoncé que les chefs d'entreprise oeuvrant en Ontario allaient bientôt devoir effectuer, par la force des choses, «des coupes substantielles dans les heures travaillées et dans les emplois». Et non, en ce sens qu'elle favorise une redistribution des richesses ; des études montrent en effet que ceux qui ont de faibles revenus ont tendance à consommer dès qu'ils touchent un peu plus d'argent que d'habitude (nouveaux vêtements, nouvelles denrées, etc.).


Bref, rien ne sert d'augmenter le salaire minimum d'une poignée de cents tous les 1er mai, comme cela se fait au Québec depuis 2004. En effet, l'impact économique d'une telle mesure est négligeable. Mieux vaudrait adopter - enfin - une politique ambitieuse en la matière, c'est-à-dire à la fois audacieuse et calculée. C'est que l'électrochoc qui va secouer l'Ontario en 2018 - vraisemblablement trop puissant - risque fort de faire des dégâts qui prendront des années à être réparés.


*****


Espressonomie


Un rendez-vous hebdomadaire dans Les affaires et Lesaffaires.com, dans lequel Olivier Schmouker éclaire l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui, quitte à renverser quelques idées reçues.


Découvrez les précédents billets d'Espressonomie


La page Facebook d'Espressonomie


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement


 

À propos de ce blogue

ESPRESSONOMIE est le blogue économique d'Olivier Schmouker. Sa mission : éclairer l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui. Ce blogue hebdomadaire présente la particularité d'être publié en alternance dans le journal Les affaires (papier/iPad) et sur Lesaffaires.com. Olivier Schmouker est chroniqueur pour Les affaires et conférencier.

Sujets liés

Économie

Sur le même sujet

«La Terre est une entreprise se dirigeant vers la faillite»

17/11/2017 | lesaffaires.com

VIDÉO. Il est encore temps de sauver le monde «mais on veut pas trop en faire»...

Le client a toujours raison... plus que jamais!

Mis à jour le 13/11/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que son influence dépasse maintenant les produits et services pour toucher à l'entreprise elle-même.