Le nouvel or bleu du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Avril 2016

Le nouvel or bleu du Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Avril 2016

Que d'eau, que d'eau, que d'eau... Photo: DR

Longtemps, on a dit que l'or bleu du Québec était son hydroélectricité. Mais, changements climatiques obligent, il se pourrait bien que la fortune de notre province découle plutôt d'une tout autre forme d'or bleu: l'eau transformée! Explication.


On ne parle plus aujourd'hui de sécheresses, mais de mégasécheresses pour désigner les pénuries d'eau prolongées qui frappent maintenant la planète. Un exemple frappant est celui de la Californie, qui manque tellement d'eau depuis quatre ans qu'elle a dû se résoudre à réduire ses superficies de culture de 9%. Même le Canada est concerné: en Alberta, 80% des fermes ont été victimes de la sécheresse en 2015.


Le Québec, quant à lui, peut se réjouir d'être «un pays de rivières et de lacs», puisqu'il détient à lui seul 3 % des réserves d'eau potable de la planète alors qu'il ne représente même pas 1% de la population mondiale. Mieux, il pourrait en tirer un profit phénoménal...


Le début de 2016 a été marqué ici par la crise du chou-fleur, qui a vu le prix de cette crucifère grimper à 8$ l'unité. Il s'agissait là de l'épiphénomène d'une tendance lourde: le prix du céleri a bondi de 42% en 2015, tandis que celui des oignons progressait de 16%. La hausse du prix des fruits et légumes a été en moyenne de 10% au Canada l'année dernière, selon le Food Institute de l'Université de Guelph, en Ontario.


Découvrez les précédents billets d'Espressonomie


Et la page Facebook d'Espressonomie


Pourquoi un tel bond? «La sécheresse californienne y est clairement pour quelque chose», indique une récente étude de Desjardins, en s'appuyant sur le fait qu'une grande partie de nos importations en fruits et légumes viennent de là-bas. «L'approvisionnement [californien] diminue, et à mesure que notre dollar baisse lui aussi, cela conduit inévitablement à une hausse des prix», indique Johannus Janmaat, professeur d'économie à l'Université de la Colombie-Britannique à Kelowna, cité dans l'étude.


Autrement dit, la Californie a soif, et nous en payons le prix alors même que nous avons plus d'eau que nécessaire. On pourrait se dire qu'il suffirait d'approvisionner l'État américain en eau québécoise pour que tout aille mieux: l'idée n'est pas si farfelue que ça, puisqu'elle avait été sérieusement envisagée durant la seconde moitié du 20e siècle par le Great Recycling and Northern Development Canal, un projet qui visait à approvisionner les États-Unis en eau douce canadienne. Mais il y a encore mieux à faire: profiter de l'occasion pour exporter massivement nos produits agricoles riches en eau!


C'est que l'affaiblissement de la compétitivité des produits californiens ouvre à nos producteurs de nouveaux débouchés aux États-Unis. Prenons l'État de New York, qui compte 20 millions d'habitants et qui est distant de 4 000km de la Californie: l'Association des producteurs maraîchers du Québec a senti le vent venir et a commandé l'an dernier une étude visant à y déceler de nouvelles occasions d'affaires.


Mil, luzerne, trèfle... Le Québec est également «un terroir à fourrages», grâce à son abondance d'eau. Il est récemment devenu un exportateur de foin sec, recourant à la compression des herbes pour minimiser les coûts de transport. Son principal débouché est la Nouvelle-Angleterre, mais d'autres horizons s'ouvrent à lui: l'Irlande a manifesté son intérêt pour s'approvisionner en fourrage québécois, son fournisseur habituel, l'Espagne, ayant vu sa capacité de production fondre à cause de la sécheresse. Même chose pour ce qui est de l'Arabie saoudite: des producteurs québécois de foin ont d'ores et déjà entrepris des démarches pour conquérir ce marché lucratif.


Bref, le Québec a tout à gagner à adopter une politique vigoureuse d'exportation de son eau transformée, son nouvel or bleu.


Une idée corroborée par Michael Burry, le «devin» américain qui avait vu venir avant tout le monde la crise des prêts hypothécaires à haut risque (subprimes) et qui en avait tiré un gain fou avec sa firme de fonds de couverture Scion Capital, comme l'a montré le film The Big Short : «L'eau est l'or de demain. Parce que transporter l'eau est impraticable pour des raisons physiques et politiques, à moins de la transporter par les fruits et légumes qui en sont gorgés. C'est pourquoi je suis sûr que les investissements les plus profitables à l'avenir concerneront les produits agricoles riches en eau», a-t-il confié en décembre au New York Magazine.


*****


Espressonomie


Un rendez-vous hebdomadaire, en alternance dans Les affaires et sur lesaffaires.com, dans lequel Olivier Schmouker éclaire l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui, quitte à renverser quelques idées reçues.

À propos de ce blogue

ESPRESSONOMIE est le blogue économique d'Olivier Schmouker. Sa mission : éclairer l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui. Ce blogue hebdomadaire présente la particularité d'être publié en alternance dans le journal Les affaires (papier/iPad) et sur Lesaffaires.com. Olivier Schmouker est chroniqueur pour Les affaires et conférencier.

Sujets liés

Économie

Sur le même sujet

Traiter l'eau du robinet: à quel prix?

11/09/2017 | Martine Roux

Le traitement de l’eau à domicile gagne des adepte. Mais attention à ne pas noyer votre budget dans un verre d’eau...

AquaHacking: sauver l'eau douce des Grands Lacs, une technologie à la fois

09/08/2017 | Alain McKenna

On doit aux Grands Lacs 40 millions d’emplois. Sauf qu’on les néglige. Ce hackathon compte changer ça.

OPINION Un exploitant d'érablière veut commercialiser de l'eau embouteillée
Édition du 20 Mai 2017 |
10 choses à savoir jeudi
27/04/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna
Eau contaminée: la tension monte à Washington
Mis à jour le 17/03/2016 | AFP