La Montréalaise GradeSlam veut réinventer le marché du tutorat en ligne

Publié le 26/03/2014 à 12:11

La Montréalaise GradeSlam veut réinventer le marché du tutorat en ligne

Publié le 26/03/2014 à 12:11

[Photo : capture d'écran]

La start-up montréalaise GradeSlam a lancé mercredi son site Web de vidéos éducatifs destinés aux élèves du primaire au cégep. Le site Web se démarque toutefois des sites de vidéos éducatives comme Khan Academy, dans la mesure où sa mission principale est d’offrir du tutorat en ligne.


« Ce que nous voulons offrir est un site comme Khan Academy, mais sur lequel les internautes peuvent poser des questions directement aux tuteurs qui ont tourné la vidéo », explique Philip A. Cutler, pdg de GradeSlam. Détenteur d’un baccalauréat de McGill en éducation, Philip A. Cutler a lui-même fait du tutorat durant ses études. En 2009, il lançait Laurus Educational Services, une plateforme permettant aux parents de réserver en ligne des sessions de tutorat.


Les premiers tuteurs à collaborer à GradeSlam sont de fidèles collaborateurs de Laurus Educational Services. Ces tuteurs facturent un taux horaire variant entre 10 $ et 100 $. GradeSlam génère des revenus en percevant un pourcentage de leurs honoraires.


Les quelque 40 vidéos (en anglais) mises en ligne par les tuteurs de GradeSlam à ce jour, quant à elles, sont entièrement gratuites. En ce sens, la start-up démocratise l’accès au contenu éducatif supplémentaire comme le fait ChallengeU, une autre start-up québécoise visant le marché de l’éducation.


Pour l’instant, c’est du tutorat en personne qui est offert par l’entremise de GradeSlam. Toutefois, l’objectif de Philip A. Cutler est de permettre à ses tuteurs d’enseigner en vidéo-conférence par l’entremise de son site Web. 


Sur le plan conceptuel, l’idée derrière GradeSlam est bonne. Toutefois, son succès dépendra de la qualité des vidéos que le site Web proposera et de l’implantation de la fonctionnalité de vidéo-conférence, sans laquelle le concept perd son intérêt.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Ce Montréalais a décroché un poste à New York grâce à des cours en ligne ouverts et massifs (MOOC)

14/03/2014 | Julien Brault

Lorsque son poste a été aboli en décembre 2012, le Montréalais Timur Ridjanovic voulait ...

ExoPC n'est pas morte : rebaptisée EXO U, elle récolte 7M$

07/03/2014 | Julien Brault

L'entreprise a changé son nom et réalisé un placement privé.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Combien êtes-vous prêt à payer une tomate qui ne goûte pas l'eau?

16/11/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Voici une 3e tentative québécoise de bâtir un réseau de distribution pour petits agriculteurs locaux: Arrivage.

Leaders, voici pourquoi vos conseils ne sont jamais écoutés!

BLOGUE. À force d'agir en expert «qui sait toujours tout sur tout», les oreilles des autres deviennent sourdes.