Guy Kawasaki ne croit pas à la stratégie de Québec pour créer des emplois technos

Publié le 28/02/2014 à 10:40

Guy Kawasaki ne croit pas à la stratégie de Québec pour créer des emplois technos

Publié le 28/02/2014 à 10:40

L’ancien évangéliste en chef d’Apple, Guy Kawasaki, a pris la parole jeudi dans le cadre de la conférence Avaya Evolutions, au Palais des congrès de Montréal. [Photo : Julien Brault]

L’ancien évangéliste en chef d’Apple, Guy Kawasaki, croit que les subventions aux entreprises technos sont la preuve que nos politiciens n’ont pas de vision à long terme. C’est ce que l’homme d’affaires m’a confié jeudi en entrevue, après avoir pris la parole dans le cadre de la conférence Avaya Evolutions, au Palais des congrès de Montréal.


Guy Kawasaki considère que les subventions ne peuvent pas nuire, mais que la clef pour bâtir un écosystème techno est l’éducation supérieure : « Ce qui importe, c’est la qualité de vos écoles d’ingénierie; c’est là que je mettrais la plupart de mes efforts, car si vous avez de bons ingénieurs et de bonnes idées, tout le reste va venir. » À l’appui de son propos, il a évoqué Stanford, une université sans laquelle il estime que l’industrie du capital de risque en Californie n’existerait probablement pas.


Guy Kawasaki, toutefois, ne croit pas que la surenchère de subventions qu’on observe un peu partout dans le monde se substituera à une surenchère d’investissements en éducation : « C’est difficile pour les politiciens d’agir ainsi, car les bénéfices d’une telle politique ne seront pas récoltés avant 10 ou 20 ans. Et aucun politicien ne pense 10 ou 20 ans à l’avance, n’est-ce pas ? »


Malgré tout, Guy Kawasaki ne croit pas que la Silicon Valley a le monopole des start-ups technos. Dans les faits, il considère que la multiplication des écosystèmes technos dans le monde est inévitable : « Il y a du talent partout et, pour une entreprise qui vend aux consommateurs, il n’est pas plus difficile de faire du marketing numérique à partir de Mumbai que de la Silicon Valley. »


Selon Guy Kawasaki, il n’y a pas que des avantages à lancer une start-up dans la Silicon Valley. Si on y trouve de bons ingénieurs, leur coût prohibitif constitue un avantage compétitif pour le reste du monde : « Dans la Silicon Valley, si vous essayez d’engager les meilleurs ingénieurs, vous entrez en concurrence avec Apple, Cisco, Facebook et Twitter… À Montréal, vous n’êtes probablement pas en concurrence avec autant d’entreprises technos. »

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Montréal n'aura jamais été aussi «facile à vendre»

Édition du 23 Septembre 2017 | Alain McKenna

«Il y a vraiment un buzz autour de Montréal, et il n'est pas momentané», assure Stéphane Paquet, vice-président ...

Le capital de risque s’effeuille-t-il au Canada?

21/07/2017 | lesaffaires.com

INFOGRAPHIE. Avec 400 millions de dollars et 58 financements au second trimestre 2017, l'activité semble faiblir.

Blogues similaires

Propulser les régions en misant sur les hubs innovants

Édition du 23 Septembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Le vendredi 15 septembre, on inaugurait à Magog le Quartier de l'innovation, un lieu consacré aux ...

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

22/09/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. L'Hôtel Château Laurier Québec est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Souffrez-vous du terrible effet Zeigarnik?

Mis à jour à 06:06 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il s'agit d'un mal insidieux, qui frappe à peu près chacun de nous à notre insu. Voici comment vous en prémunir.