Google est-il dangereux pour la démocratie?

Publié le 26/02/2013 à 18:20

Google est-il dangereux pour la démocratie?

Publié le 26/02/2013 à 18:20

BLOGUE. Google n’affiche pas les mêmes résultats à tout le monde, ceux-ci pouvant être influencés par votre historique de recherche, votre localisation et même qui sont vos amis sur Google +. Les autres moteurs de recherche, comme Yahoo ! et Bing, s’efforcent eux aussi de personnaliser leurs résultats.


De la même manière, les messages qui s’affichent dans votre fil d’actualités sur Facebook dépend bien entendu d’avec qui vous êtes amis et de quelles pages vous suivez, mais aussi, de vos interactions avec ces derniers. En d’autres mots, si vous n’interagissez pas avec quelqu’un et ne visitez pas son profil, vous risquez de ne plus voir ses mises à jour.


Cette personnalisation, qui s’étend à un nombre grandissant de sites Web, fait peur à l’activiste Eli Pariser, qui a publié un livre sur la question en 2011. Dans The Filter Bubble: What the Internet Is Hiding from You, il fait valoir que cette personnalisation du Web pourrait constituer un danger pour la démocratie. Selon lui, cette tendance a pour effet de conforter les internautes dans leurs idées, puisqu’ils sont de moins en moins exposés aux opinions qu’ils ne partagent pas. Si vous n’avez pas le temps de lire son livre, je vous invite à visionner la conférence qu’il a faite à TED.


Les arguments invoqués par Eli Pariser m’ayant marqué, je n’ai pu m’empêcher de les soulever lorsque je me suis entretenu avec Amit Singhal de Google à propos d’un autre sujet. Le vice-président responsable du développement de la recherche chez Google m’a assuré que son équipe avait déjà pensé à cet enjeu : « Nous croyons dans la valeur de la sérendipité et nous croyons qu’il est important que nos utilisateurs aient accès à de multiples points de vue », m’a-t-il répondu. Ainsi, m’a-t-il expliqué, l’algorithme de recherche de Google recourt à une certaine dose de hasard afin de favoriser les découvertes impromptues et favorise la diversité des sources.


Bien qu’il soit difficile de vérifier l’affirmation d’Amit Singhal, je suis disposé à le croire. Après tout, la devise de Google n’est-elle pas «Don’t be evil » ? Par contre, les craintes d’Eli Pariser sont tout particulièrement bien fondées lorsqu’il est question des médias sociaux en général et de Facebook en particulier. 


Lorsque j’entends quelqu’un dire qu’il s’informe principalement en cliquant sur les liens qui apparaissent dans son fil d’actualités sur Facebook ou Twitter, je ne peux m’empêcher de penser à Eli Pariser. Comme lui, je crois que si tout le monde faisait de même, les indécis n’existeraient plus et les débats ne serviraient plus qu’à échanger des attaques.


Et vous, pensez-vous que la personnalisation du Web est un danger ou une évolution vers des sites qui, vous comprenant mieux, répondent mieux à vos besoins ?

À propos de ce blogue

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE est le blogue de Julien Brault, journaliste spécialisé en technologies et en capital de risque. Sa mission : présenter les start-ups d'ici et d'ailleurs qui sont en train de transformer le monde et traiter des dernières innovations technologiques dans tous les domaines.

Julien Brault

Sur le même sujet

Facebook, Twitter ou Google: lequel choisir?

Édition du 16 Août 2014 | François Pouliot

L'avenir publicitaire favorise les titres Internet, c'est lĂ  que se trouve la croissance.Si vous ĂŞtes de l'industrie ...

Facebook achète la société de cybersécurité PrivateCore

08/08/2014 | AFP

Le réseau social en ligne américain Facebook a acheté la société de ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Les promesses ratées de RER Hydro

17/08/2014 | René Vézina

Faute d’appuis, RER Hydro est donc tombée en défaut de paiement face à ses fournisseurs.

Après la ville intelligente, la ville "humainement intelligente"

19/08/2014 | Diane BĂ©rard

Le concept de ville intelligente Ă©volue pour inclure des espaces publics virtuels.

Et si vous boostiez les salaires de vos employés...

BLOGUE. C'est la crise. Les entreprises rognent du coup sur les salaires. Mais est-ce là une stratégie gagnante?