Des jeux de hasard aux jeux sociaux

Publié le 13/01/2012 à 10:19, mis à jour le 18/01/2012 à 10:33

Des jeux de hasard aux jeux sociaux

Publié le 13/01/2012 à 10:19, mis à jour le 18/01/2012 à 10:33

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. Le fabricant de machines à sous International Game Technology (IGT) a annoncé hier l’acquisition d’un éditeur de jeux sociaux. L’entreprise publique déboursera ainsi 500 millions de dollars américains pour mettre la main sur Double Down Interactive, qui exploite un populaire jeu de casino sur Facebook, Double Down Casino. Comme les casinos en ligne sont illégaux aux Etats-Unis, ce jeu permet à ses utilisateurs d’acheter des jetons avec de l’argent réel, mais ne permet en aucun cas d’encaisser quelque gain tangible que ce soit.


Le modèle d’affaires de Double Down Interactive est étonnant à première vue, mais ressemble étrangement à celui d’un vrai casino. Toutefois, ce sont les jeux sociaux qui ont le vent dans les voiles en rejoignant une tout autre clientèle. Zynga, le plus important éditeur de jeux sociaux, engrange des revenus annuels frôlant le milliard de dollars en vendant aux utilisateurs de jeux comme FarmVille des biens tels que du bétail virtuel.


On ne sait pas quel pourcentage des utilisateurs Double Down Casino utilisent leur carte de crédit pour se procurer des jetons supplémentaires. Du côté de Zynga, ce serait à peine 1 % des utilisateurs qui le feraient. Sachant qu’environ 0,6 % de la population adulte serait affectée par des problèmes de jeu compulsif, ce pourcentage semble tout à fait logique. Après tout, ne dit-on pas que les joueurs compulsifs jouent pour perdre ?

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Un président du CA indépendant pour Facebook?

17/10/2018 | AFP

Quatre trésoreries d'États se joignent à Trillium Asset management et demandent de séparer ce poste et celui de DG.

Facebook: des données de 29 millions de personnes compromises lors du dernier piratage

12/10/2018 | AFP

Facebook a précisé que les échanges sur Messenger n'étaient «pas accessibles aux attaquants».

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

La Piscine: 1er accélérateur québécois d'entreprises culturelles

16/10/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Comme New York, Montréal a un édifice flatiron.Vide depuis 20 ans, Le Rodier hébergera un accélérateur culturel.

Votre boss nuit-il à votre bonheur?

15/10/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Tout dépend de son style de leadership. S'il agit en «petit boss», gare aux dégâts. Mais s'il agit en coach,...