Cinq manières de mettre les médias sociaux au service des ressources humaines

Publié le 15/05/2012 à 15:14, mis à jour le 17/05/2012 à 13:44

Cinq manières de mettre les médias sociaux au service des ressources humaines

Publié le 15/05/2012 à 15:14, mis à jour le 17/05/2012 à 13:44

BLOGUE. Dans le cadre de la conférence #140MTL, qui s’est déroulée mardi à Montréal, de nombreux aspects de l’impact des médias sociaux en entreprises ont été abordés. Les médias sociaux sont en train de transformer toutes les fonctions des organisations. Puisqu’en règle générale, on entend surtout parler de l’impact des médias sociaux sur le service à la clientèle, les ventes et le marketing, j’ai cru bon d’exposer ici cinq façons dont les professionnels des ressources humaines peuvent s’approprier les médias sociaux.


1. Mesurer l’humeur des employés


Kathy Mandelstein, directrice des affaires sociales chez IBM, a soutenu que les ressources humaines pouvaient utiliser les médias sociaux pour mesurer leur humeur.


Il ne s’agit pas de faire un sondage pour mesurer la satisfaction des employés, mais bien de mesurer en temps réel leur humeur telle que révélée sur les médias sociaux. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le concept d’humeur du public, traduction libre de « public sentiment », il s’agit d’un facteur qu’on mesure généralement grâce à un algorithme, en associant des valeurs négatives, neutres et positives à différents mots.


Souvent mesurée sur les médias sociaux, l’humeur du public permettrait de prédire les grands mouvements de la bourse selon certains chercheurs. Dans un département des ressources humaines, une telle information permettrait de mesurer plus rapidement l’impact de tout changement organisationnel et d’éviter le biais souvent associé aux sondages internes.


À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

1 Québécois sur 4 a déjà quitté un emploi à cause du stress

16/08/2017 | Olivier Schmouker

La trop grande charge de travail en est la principale raison. Et malheureusement, pas la seule...

Le design du bureau nuit-il à vos employés?

16/08/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que certains types de bureau ne conviennent pas à tout le monde, selon une étude suédoise...

Blogues similaires

L'héritage de Bernard Morency : nous assurer une retraite décente

Édition du 08 Juillet 2017 | René Vézina

Le tiers des Québécois misent sur le jackpot à la loterie pour mieux profiter de leurs vieux jours. Invraisemblable ...

L'investissement responsable guide les commandites de festivals

27/07/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. Les commanditaires de festivals utilisent un questionnaire qui vérifie aussi les retombées sociales.

Le design du bureau nuit-il à vos employés?

16/08/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que certains types de bureau ne conviennent pas à tout le monde, selon une étude suédoise...