Cette Montréalaise s'apprête à commercialiser une sorte d'UberX de la masturbation

Publié le 04/03/2015 à 12:21

Cette Montréalaise s'apprête à commercialiser une sorte d'UberX de la masturbation

Publié le 04/03/2015 à 12:21

[Photo : courtoisie]

Véronique Verreault, la Montréalaise de 27 ans derrière le jouet sexuel Miss On the Go, croit avoir trouvé la solution pour aider les femmes à avoir confiance en elles. Il s’agit d’un jouet sexuel dont on peut confier le contrôle à de purs inconnus via l’application mobile qui y est associée.


«La confiance en soi, c’est de dire ce qu’on veut aujourd’hui, c’est de faire des choix, m’a expliqué Véronique Verreault, pdg de Miss VV’s Mystery. Tu es en plein meeting et tu portes ton Miss On the Go, moi je dis, félicitation, c’est ton choix à toi.»


Concrètement, Miss On the Go est un vibrateur qui se porte comme des boules chinoises (à l’intérieur du vagin, ai-je appris) et qui est doté d’une connectivité Bluetooth.


Pour financer la fabrication de l’appareil, qui sera assemblé au Québec, Véronique Verreault a lancé une campagne de sociofinancement sur Indiegogo, avec un objectif de 40 000$. On peut ainsi y précommander le jouet sexuel, qui devrait se détailler 169$, au prix de 95 $. Même si la start-up a reçu l’appui d’un ange financier, son financement n’a pas été une sinécure : « Toutes les portes auxquelles j’ai cogné, comme les CLD, me disaient 'Non, madame, on ne couvre pas votre industrie'», déplore la pdg de Miss VV’s Mystery.


Même s’il existe déjà plusieurs jouets sexuels pouvant être contrôlés à distance, celui de Véronique Verreault se démarquerait par sa forme: «Le Bluetooth, une fois à l’intérieur du corps, ça ne fonctionne pas. La solution, finalement, a été de mettre l’antenne dans le cordon d’extraction», explique Véronique Verreault.


Selon Véronique Verreault, le jouet sexuel permet de raffermir les muscles pelviens, comme le feraient aussi les boules chinoises. Ses utilisatrices peuvent ainsi le porter toute la journée si elles le souhaitent. En ajoutant la fonctionnalité de vibration, Véronique Verreault a en quelque sorte joint l’utile à l’agréable: «L’idée, c’était de donner une récompense immédiate à la femme. On parle de sensations agréables, mais subtiles. Je n’ai pas eu d’orgasme, mais ça excite.»


Entre Tinder et UberX


Développée par le studio montréalais Mobilogie, l’application mobile associée au produit permet bien entendu à l’utilisatrice de contrôler son vibrateur. Cependant, elle peut aussi choisir d’en confier le contrôle à un homme ou une femme ayant un profil sur le réseau social anonyme de l’application qui, comme Tinder, propose des utilisateurs situés à proximité.


Les femmes en couple pourront ainsi confier le contrôle de leur jouet à leur partenaire, mais les célibataires pourront vivre le fantasme de permettre à un ou une inconnue de les stimuler via ledit réseau social. Durant les ébats électroniques, les utilisateurs pourront aussi échanger des photos et des messages textes. «Même si c’est anonyme, l’aspect géolocalisation est important, car s’il y a une femme qui a envie d’aller plus loin un soir, c’est plus pratique d’être jumelé avec quelqu’un à 15 km que quelqu’un à 900 km», explique Véronique Verreault.


Lorsque l’utilisatrice en a assez, elle met fin à l’échange, puis évalue le fournisseur de service bénévole en lui attribuant entre une et cinq étoiles… comme à la conclusion d’une course avec UberX.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

RBC «récompense» les habitudes de vie saines des employés

18/07/2018 | lesaffaires.com

RBC Assurances vient de lancer une solution qui incite les employés à adopter de saines habitudes de vie ...

À la conquête de l'univers des signes

11/07/2018 | Martin Jolicoeur

Trois ans et un demi-million d'investissements plus tard, Seasign s'estime mûre pour la commercialisation.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Le monde des accélérateurs est-il trop consanguin?

BLOGUE. Les jeunes pousses du moment font la tournée des accélérateurs. Cette homogéniété sert-elle l'entrepreneuriat?

Voici le Top 10 du blogue «En Tête» en 2018 !

BLOGUE. #MeToo, l'avenir sombre des RH, la soif de bien-être au travail... Un palmarès qui réserve des surprises!