Quand Henry Mintzberg se mêle de développement durable

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Août 2017

Quand Henry Mintzberg se mêle de développement durable

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Août 2017

Quand Barack Obama est venu à Montréal, en juin, avez-vous, comme moi, applaudi avec vigueur à chacune de ses allusions au retrait honteux des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat ? Ça nous fâche, hein, quand les décideurs politiques barrent la route au bien être de nos sociétés ! Mais à part se fâcher, on fait quoi, au juste ?


On recycle, on composte, on réutilise, on ramasse. Quotidiennement. Mais on conduit, on déverse, on jette, on rachète. Quotidiennement. A zero-sum game ? Non. La somme de ce petit jeu n’est pas nulle, elle est négative.


Ici, on a le choix. On poursuit vers l’auto-flagellation (très peu pour moi) ou on opte pour la recherche de solutions (aaah, ça j’aime mieux).


Sur la question qui nous occupe, pas besoin de chercher très loin. Rendez- vous à l’université McGill. Vous y trouverez le professeur montréalais Henry Mintzberg, éminence du management. Une de ses ambitions, c’est justement la mobilisation de tous les acteurs de la société pour relever ses défis. Dans son livre Rebalancing Society (Rééquilibrer la société), paru en 2014, il présentait le secteur pluriel (vous et moi, citoyens) comme une force complémentaire aux secteurs privé et public, essentiel à l’équilibre de l’ensemble.


Depuis juillet, les préceptes de Rebalancing Society font partie intégrante d’un test international conçu pour évaluer et rehausser les connaissances de tout un chacun en matière de responsabilité sociale. Promu par plusieurs branches de l’ONU, le Sulitest (Sustainability Litteracy Test) est au développement économique durable ce que le TOEFL est à l’anglais. Il a été créé en 2014 à la Kedge Business School, en France, et il est maintenant utilisé par 619 universités et organisations, dans 57 pays. « Les deux gars qui l’ont créé étaient tout simplement intéressés par mes travaux et mon livre, m’a expliqué Henry Mintzberg. Le nouveau module basé sur mon livre permet d’élargir le concept de la responsabilité sociale des entreprises [RSE] à celui d’une société équilibrée par l’action citoyenne ». Le test comporte un tronc commun de 30 questions, le module « Mintzberg » de 14 questions, et un ou plusieurs modules régionaux optionnels.


« Globalement, le score moyen est de 55% de bonnes réponses et les résultats sont assez stables et uniformément distribués entre les pays et le type d’étude », m’a expliqué Aurélien Decamps, professeur associé à Kedge et secrétaire général de Sulitest. Il y a comme qui dirait une bonne marge pour l’amélioration.


Une version individuelle du test sera lancée prochainement. La version pour les entreprises existe depuis quelques mois. Une dizaine d’entreprises l’ont adopté, dont LVMH et L’Occitane, selon M. Decamps. Allez-y, mettez- vous et vos employés à niveau. Pour qu’ensuite les principes de la RSE ne soient plus cantonnés à un seul chapitre de votre rapport annuel et que votre entreprise participe à un mouvement collectif que même le président des États-Unis aura du mal à enrayer.


Julie Cailliau
Rédactrice en chef, Groupe Les Affaires
julie.cailliau@tc.tc

À propos de ce blogue

Julie Cailliau est éditrice adjointe et rédactrice en chef du Groupe Les Affaires, dont l’équipe de journalistes chevronnés publie le journal Les Affaires, le site lesaffaires.com et le magazine Les Affaires Plus. Elle est également présidente du conseil d’administration de la Fondation des prix pour les médias canadiens. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille, en France, Julie a pratiqué le métier de journaliste au sein de plusieurs publications françaises et québécoises. Dans une vie précédente, elle a œuvré à titre d’ingénieure en biotechnologies. Son « why », c’est d’apprendre et d’informer afin de nous permettre de faire les bons choix. La prise de conscience de l’urgence environnementale et l’émergence de l’entrepreneuriat social comptent pour elle parmi les tendances les plus réjouissantes actuellement.

Julie Cailliau

Sur le même sujet

Soutenables, durables, rentables : voici les nouvelles occasions d'affaires

Édition du 02 Juin 2018 | Diane Bérard

Les objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015 par l'ONU constituent un « gigantesque appel d'offres ...

Les 17 objectifs de développement durable et des exemples de contribution des entreprises

Édition du 02 Juin 2018 | Diane Bérard

Les cinq ODD sur lesquels se concentrent les entreprises (a)Les cinq ODD prioritaires aux yeux des citoyens ...