Le remède

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Septembre 2016

Le remède

Offert par Les Affaires


Édition du 03 Septembre 2016

Steven Koltai est l'auteur du livre Peace through Entrepreneurship, paru cette semaine. Ça, c'est ce que je savais de lui au moment de prendre rendez-vous pour une entrevue. Depuis, ce que j'ai appris sur ce monsieur me fait prendre conscience du privilège que j'ai eu de jaser entrepreneuriat avec lui pendant près d'une heure.


Immigré aux États-Unis de sa Hongrie natale à un jeune âge, Steven Koltai roule sa bosse dans le monde des affaires depuis 30 ans. Il a été créateur de start-up, vice-président, stratégie et développement, de Warner Bros, consultant chez McKinsey, banquier d'affaires, ange investisseur... et conseiller en entrepreneuriat de Hillary Clinton, alors qu'elle était secrétaire d'État dans le gouvernement Obama (il reste un proche conseiller de la candidate démocrate).


C'est à cette époque qu'il a mis sur pied le Global Entrepreneurship Program, un programme gouvernemental destiné à soutenir l'écosystème de start-up dans les économies émergentes pour favoriser leur stabilité sociale. À son grand dam, les dollars n'ont pas suivi les bonnes intentions, comme il le déplorait dans Time en juin dernier. C'est donc à son compte, toujours à Washington, qu'il poursuit cet objectif.


Sa thèse est désarmante (c'est le cas de le dire) de simplicité : l'instabilité dans un pays ou entre des pays voisins n'est pas tant corrélée aux différends politiques, religieux ou liés à l'accès aux ressources naturelles, qu'elle ne l'est au taux de chômage ; or, plusieurs études ont démontré au fil des années que ce sont les PME et non les grandes entreprises qui créent l'essentiel des emplois, au net ; conclusion : pour asphyxier les conflits internationaux, qui pénalisent les économies les plus paisibles, comme la nôtre, le remède est tout simple, il faut soutenir la création d'entreprises.


C'est à ce moment de notre entrevue que j'ai dit à Steven Koltai que notre manchette cette semaine porte sur l'emploi et la diversification économique au Québec, région par région. «L'approche régionale est bonne, parce que, de la même manière que Portland n'est pas tout le Maine, Montréal n'est pas tout le Québec, a-t-il acquiescé. En fait, les régions rurales du Québec ou du Maine font face à certains enjeux très semblables à ceux des pays émergents.»


Ouch, il ne mâche pas ses mots ! Ça fait un peu mal. Plusieurs endroits du Québec en arrachent, certes, mais de là à établir un parallèle avec la République centre-africaine ou le Niger... Cette comparaison outrancière a toutefois le mérite de frapper l'esprit. Une chance, le remède à la désertification économique est connu : il s'appelle l'entrepreneuriat. Et il faut faire plus qu'en parler, il faut le soutenir et l'outiller. Peu importe le sigle : CLD, PME MTL, MRC, SADC... Mais de grâce, n'abandonnons pas nos PME.


Julie Cailliau 
Rédactrice en chef
julie.cailliau@tc.tc


Suivez Julie Cailliau sur Twitter @julie140c

À propos de ce blogue

Julie Cailliau

Sur le même sujet

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

À la une: le nouveau Cirque au travail

Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là. En manchette, Avril, une stratégie qui porte fruit.