Juste pour le fun

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

Juste pour le fun

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Novembre 2018

[Photo : 123RF]

Ceux d'entre vous qui ont déjà fait appel à un coach d'affaires savent que pour tirer profit de la démarche, il convient de cultiver son attention sur le moment présent. Exercer son muscle de l'attention pour être capable, le moment venu, de saisir une occasion lorsqu'elle se présente.


Cultiver son attention peut sembler a priori un investissement risqué. En effet, le rendement n'est pas garanti, par définition, puisqu'il s'agit d'ouvrir son esprit à toute éventualité, sans objectif ni calcul.


Cependant, quand ça paye, ça paye bien. Et ses adeptes vous diront que ça finit toujours par payer.


La semaine dernière, j'ai pu admirer un cas patent d'attention payante. Laissez-moi vous raconter l'histoire de Monsieur Y. À la tête d'une petite entreprise de service en forte croissance, M. Y voyage fréquemment à New York. L'an dernier, sa vie a pris un drôle de tournant alors qu'il s'installait à bord d'un avion pour rentrer à Montréal.


L'avion est bondé et en retard. Puisqu'il est un bon client, la compagnie le surclasse en classe affaires. Il s'installe, savoure le confort, quand déboule une femme essoufflée et échevelée, sa voisine de siège. Elle est inquiète de manquer sa connexion Montréal-Shanghai. M. Y l'aide à reprendre son souffle et ils jasent le reste du vol de la culture chinoise. À l'arrivée, madame file pour attraper son autre avion et M. Y lui lance (à la blague, pensait-il) que si elle le manque, il se fera un plaisir de lui faire visiter Montréal.


Évidemment, puisque je vous le raconte, ce qui devait arriver arriva. Elle a raté son avion et profité du tour guidé par M. Y. De fil en aiguille, ce jour-là, il en apprendra autant sur la Chine qu'il pourra lui en apprendre sur Montréal. Une fois la dame repartie, il se donne 10 ans pour apprendre à lire, parler et même écrire le mandarin.


Il a déjà une année d'étude à son actif, à raison de deux cours privés par semaine et des exercices quotidiens. Il progresse constamment. Tellement que lorsque son chemin a croisé celui du consul de Chine à Montréal, dans un événement mondain récent, il a pu impressionner son interlocuteur avec quelques phrases en mandarin. D'une chose à l'autre, le consul, épaté, a fini par confier à M. Y un mandat pour le gouvernement chinois !


On s'entend, le mandat n'existait pas avant leur rencontre. M. Y a su créer une occasion pour son entreprise, résultat d'une succession de hasards heureux qu'il était prêt à saisir parce qu'il y était attentif. Et parce qu'il a décidé de consacrer du temps à relever un défi intellectuel corsé, juste pour le fun, sans trop savoir vers quoi ça le mènerait, mais avec la confiance que ça lui apporterait du bon.


Julie Cailliau
Éditrice adjointe et rédactrice en chef, Groupe Les Affaires
julie.cailliau@tc.tc
@julie140c

À propos de ce blogue

Julie Cailliau est éditrice adjointe et rédactrice en chef du Groupe Les Affaires, dont l’équipe de journalistes chevronnés publie le journal Les Affaires, le site lesaffaires.com et le magazine Les Affaires Plus. Elle est également présidente du conseil d’administration de la Fondation des prix pour les médias canadiens. Diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille, en France, Julie a pratiqué le métier de journaliste au sein de plusieurs publications françaises et québécoises. Dans une vie précédente, elle a œuvré à titre d’ingénieure en biotechnologies. Son « why », c’est d’apprendre et d’informer afin de nous permettre de faire les bons choix. La prise de conscience de l’urgence environnementale et l’émergence de l’entrepreneuriat social comptent pour elle parmi les tendances les plus réjouissantes actuellement.

Julie Cailliau

Sur le même sujet

Adjointes administratives : partagez vos astuces

BLOGUE. Aimeriez-vous savoir comment certaines adjointes parviennent à orchestrer leur agenda sans perdre leur souffle ?

Communiquer avec charisme, un art qui se développe

BLOGUE. Il suffit d’y consacrer les efforts, soutient Lyne Marie Germain, coach en communication.