REER ou CÉLI? Conseils et astuces

Publié le 22/01/2015 à 10:00

REER ou CÉLI? Conseils et astuces

Publié le 22/01/2015 à 10:00

À compter d’avril 2015, les frais de garde qu’assumeront les parents dont les enfants fréquentent les CPE seront dorénavant établis en fonction du revenu net familial. Les familles dont les revenus dépassent les seuils préalablement établis auront fortement avantage à contribuer à leur REER pour éviter une hausse de leurs frais de garde quotidiens.


De tous ces faits, il est important de bien évaluer les avantages selon votre situation. Une cotisation REER peut vous rapporter beaucoup immédiatement, mais vous pénaliser plus tard.


Votre conjoint est décédé en 2014 ?


Si votre conjoint possédait encore des droits de cotisation inutilisés à son décès, vous auriez intérêt à cotiser à un REER de conjoint, surtout si cette cotisation permet de réduire les impôts dans sa déclaration finale.


Vous pouvez cotiser, en son nom, dans l’année du décès et dans les 60 premiers jours de l’année suivant le décès. Cette astuce fiscale peu connue pourrait réduire la facture fiscale de sa déclaration finale à produire dans l’année d’imposition du décès.


Éviter les pressions


Rien ne sert de céder aux pressions que peuvent exercer sur vous les nombreuses publicités diffusées de toutes parts durant les mois de janvier et février.


Lorsque vous n’avez pas les économies suffisantes pour votre cotisation annuelle, les institutions financières vous offrent souvent d’emprunter pour financer votre cotisation REER. Faites vos calculs et votre budget avant d’accepter une telle proposition. Si vous n’êtes pas en mesure de rembourser rapidement ce prêt, n’y songez pas. Planifiez plutôt un prélèvement automatique de votre compte bancaire, selon vos capacités d’épargne.


De toute façon, alors que le taux d’endettement des ménages se situe à près de 164 %, les familles moyennes ont-ils vraiment les moyens pour épargner ? Avec toutes les mesures fiscales et augmentations de prix de plusieurs services qui entrent en vigueur en 2015, les familles à faibles et moyens revenus se sentent écrasées par ces frais à assumer.


Choisir de payer ses dettes avant de cotiser au REER peut également libérer beaucoup de pression sur les épaules des familles. Cotiser au REEE (régime enregistré d’épargne-études) pour récupérer les précieuses subventions gouvernementales peut aussi s’avérer plus urgent qu’une cotisation au REER.


Dans tous les cas, il importe de bien peser le pour et le contre des différentes options qui se présentent à vous. C’est la meilleure façon d’obtenir le maximum pour vos dollars si chèrement gagnés.

À propos de ce blogue

Josée JEFFREY est fiscaliste et planificatrice financière indépendante pour son propre cabinet FOCUS RETRAITE & FISCALITÉ INC. Elle offre des services-conseils et d’analyse en fiscalité pour les particuliers. Ses planifications financières sont axées sur la fiscalité et la retraite. Elle offre divers ateliers et conférences sur la fiscalité et la retraite. Elle a rédigé plusieurs chroniques dans plusieurs médias rattachées à son domaine. Elle n’est aucunement impliquée dans la vente de produits financiers de placement ou d’assurance. Site Web : www.focusretraite.ca

Sur le même sujet

Rembourser l'hypothèque ou garnir le CELI?

16/01/2019 | Daniel Germain

Une lectrice doute que ce soit plus rentable d'investir un héritage dans un CELI plutôt que de rembourser l'hypothèque.

Fonds négociés en bourse ou fonds communs de placement?

Qu'est-ce qui différencie ces deux vedettes de la saison REER?