Pas de douche froide sur les ventes résidentielles

Publié le 11/04/2017 à 13:46

Pas de douche froide sur les ventes résidentielles

Publié le 11/04/2017 à 13:46

[Fotolia]

L’automne dernier, le ministre des Finances fédéral a appliqué un autre resserrement hypothécaire. Plusieurs ont alors craint que ces nouvelles mesures aient l’effet d’une douche froide sur le marché de la vente de propriétés résidentielles au Québec, qui avait amorcé une reprise en 2016.


Rappelons que les nouvelles mesures ont pour conséquence de diminuer pour plusieurs ménages le montant maximal empruntable.


Or, les résultats de premier trimestre semblent indiquer que la reprise se poursuit et que la réglementation plus restrictive a été largement contrebalancée par une bonne tenue du marché de l’emploi.


Nombre de ventes résidentielles au Québec par type de propriété (1er trimestre)


Source: JLR


Pour le secteur de l’unifamiliale, les ventes au Québec ont bondi de 9% au 1er trimestre de 2017 relativement à l’année dernière. Le prix médian, lui, a crû de 3% selon les données de JLR. La croissance des prix demeure modérée, mais surpasse tout de même l’inflation ce qui indique une hausse de prix en terme réel.


En ce qui concerne les copropriétés, le nombre de ventes a progressé de 3% et le prix médian a gagné 2%. Les augmentations sont plus faibles que pour les unifamiliales. Ce secteur a davantage souffert du ralentissement immobilier des dernières années. La progression est toutefois intéressante surtout considérant les nouvelles règles concernant les prêts hypothécaires assurés.


Bilan par RMR


Dans l’ensemble, les ventes et les prix ont crû dans la majorité des régions et pour la plupart des catégories de bâtiment. La vente de copropriétés demeure toutefois difficile dans la RMR de Québec. On a enregistré une baisse de ventes (-10%) et du prix médian (-5%) au premier trimestre de 2017 relativement aux trois premiers mois de 2016.


À quoi s’attendre


Peu de transactions sont enregistrées au premier trimestre en comparaison au reste de l’année. Même si cette période peut être une bonne indicatrice de ce qui suivra, elle ne sera pas déterminante dans le bilan qu’on fera du marché immobilier en fin d’année.


Le prochain trimestre est celui où l’on enregistre le plus de transactions, alors c’est au cours des prochains mois qu’on constatera si les bonnes conditions du marché du travail permettront de compenser les nouvelles restrictions concernant les prêts hypothécaires assurées.


 


Pour plus de détails, vous pouvez lire le rapport complet de JLR.


Lire mes autres articles


Me suivre sur Twitter : @JFontaineJLR


 

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Faut-il taxer l'achat de propriétés par les étrangers à Montréal?

24/04/2017 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Toronto et Vancouver taxent les acquisitions par les non-résidents, mais Montréal est bien différente.

Condos: les copropriétaires assis sur une bombe à retardement

18/04/2017 | Daniel Germain

BLOGUE. Québec réaffirme son intention d’encadrer le marché de la copropriété. Hausse salée des frais de condo en vue?