D'où proviennent ceux qui achètent votre propriété?

Publié le 15/11/2017 à 10:54

D'où proviennent ceux qui achètent votre propriété?

Publié le 15/11/2017 à 10:54

[123RF]

i vous avez mis votre maison en vente, vous êtes-vous demandé d’où sont susceptibles de provenir les acheteurs de votre propriété? Il y a fort à parier que votre acquéreur habite déjà dans votre ville ou dans une municipalité avoisinante.


La probabilité que votre acheteur réside près de chez vous dépend toutefois de votre secteur. Certains endroits séduisent davantage les acheteurs internationaux alors que d’autres attirent plutôt les gens habitant déjà le coin.


Afin d’observer la mobilité des acheteurs à travers la RMR de Montréal, JLR a divisé le territoire de la région métropolitaine de recensement en 8 secteurs. Par la suite, la provenance des acheteurs a été déterminée en fonction de l’adresse qu’ils déclaraient au moment de l’acquisition.


Source: JLR

Quelques constats intéressants sont ressortis de l’étude.


Une préférence pour la proximité géographique


Dans la RMR de Montréal, 57% des acheteurs d’unifamiliales et de copropriétés habitaient déjà la zone où ils ont acquis leur propriété. Lorsque les acheteurs ne provenaient pas du même secteur, ils vivaient souvent dans les régions limitrophes.


Selon les données compilées à partir des actes publiés au Registre foncier du Québec, il y aurait peu de mobilité entre, par exemple, la Rive-Nord et Laval avec la Rive-Sud ou encore entre l’ouest et l’est de l’île. Ces différentes zones présentent plusieurs caractéristiques similaires en termes de proximité du centre-ville, de prix et de types de propriétés offertes, mais peu de gens achètent dans un secteur situé à l’opposé de celui où ils habitent.


La proximité géographique semble être un facteur déterminant dans le choix d’une demeure.


Des acheteurs étrangers au centre de l’île


Autre constat, peu importe le secteur, les étrangers acquièrent des propriétés plus dispendieuses. Le prix médian payé par les acheteurs provenant de l’extérieur du Canada pour une propriété unifamiliale dans la RMR de Montréal en 2016 atteignait 638 000$. Cette valeur est largement supérieure au prix médian de 300 000$ enregistré dans l’ensemble de la RMR tous acheteurs confondus.


Les acheteurs internationaux sont surtout présents dans la zone de centre-sud de l’île. Dans ce secteur, ils représentent 7% des acquéreurs. Encore là, ils paient généralement plus cher si l’on se fie au montant médian déboursé par ceux-ci pour l’achat d’une copropriété (360 000$) ou une résidence unifamiliale (1 150 000$) dans ce secteur.


Peu de mouvement sur la Rive-Sud


La Rive-Sud compte la plus grande proportion d’acheteurs habitant déjà dans la zone où ils ont acquis leur propriété (unifamiliales 66%, copropriétés 70%). Cette particularité s’explique entre autres par la superficie importante du territoire. Ainsi, il est possible de déménager d’un secteur plus rural vers un quartier à proximité du centre-ville tout en restant sur la Rive-Sud.


Vaudreuil-Soulanges attire des acheteurs de l’extérieur


Seulement 47% des acheteurs d’unifamiliales et de copropriétés à Vaudreuil-Soulanges déclaraient déjà vivre dans cette région au moment de l’acquisition. Le secteur semble populaire auprès des résidents de l’ouest de Montréal. Au total, 21% des unifamiliales et 25% des copropriétés acquises à Vaudreuil-Soulanges l’ont été par des personnes provenant de la zone Montréal-Ouest.


Bref, les gens ont une préférence notable pour le secteur où ils habitent déjà lors de l’achat d’une propriété, mais une région peut quand même espérer voir plusieurs nouveaux résidents provenant des zones à proximité. La semaine prochaine, je vous présenterai les endroits de prédilections des acheteurs provenant de l’île de Montréal. Restent-ils sur l’île ? Quittent-ils pour la Rive-Nord ou la Rive-Sud ? Pour acheter une copropriété ou une unifamiliale ?


Si vous désirez en savoir davantage sur un secteur de la RMR de Montréal, vous pouvez consulter l’étude complète de JLR.


 

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Immobilier: l'année 2017 se termine en force

17/01/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. La croissance des ventes de propriétés résidentielles s'est poursuivie au Québec au 4e trimestre de 2017.

Immobilier: moins de clés sous la porte en 2017

Mis à jour le 04/01/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE . L'année 2017 termine en force avec une baisse marquée du nombre de mauvaises créances pour le mois de décembre.