Siri deviendra-t-elle le défaut du iPhone?

Publié le 07/12/2011 à 12:09

Siri deviendra-t-elle le défaut du iPhone?

Publié le 07/12/2011 à 12:09

BLOGUE. Il n'y a présentement qu'une seule raison à peu près logique pour acheter un iPhone 4S plutôt qu'un iPhone 4, ou encore un autre appareil, et elle a un nom : Siri. L'ennui, c'est que la lune de miel achève.


Quand Apple a dévoilé l'iPhone 4S, à peu près tout le monde a été un peu déçu par le manque de nouveautés par rapport à la version précédente. Certes, l'appareil est plus rapide et dispose de plus de mémoire, mais ça ne se reflète que très peu dans l'utilisation quotidienne.


C'est pourquoi Apple, et tout le monde en fait, a mis l'emphase sur Siri, l' « assistante personnelle » (la voix est féminine) contrôlée grâce à la reconnaissance vocale. L'essentiel des publicités d'Apple tournait autour de Siri et des milliers, voir des millions, de gens ont délaissé leur appareil précédent, même si c'était un iPhone 4 très semblable, en faveur d'un iPhone 4S, principalement à cause de Siri.


Personnellement, j'avais quelques appréhensions et j'avais très hâte de voir les premières critiques envers Siri. Elles ont été élogieuses. Le système, disait-on, fonctionne à merveille la plupart du temps.


Or, tout le problème est là: « la plupart du temps ». C'est en plein d'où provenaient mes appréhensions.


Au départ, on achète un système comme Siri et on est émerveillés, comme un enfant devant son nouveau jouet. C'est tout nouveau, c'est épatant. On va même jusqu'à essayer de rendre les copains jaloux avec quelques démonstrations. Les fois où ça ne marche pas sont anecdotiques.


Mais plus le temps avance et plus ces ratés, même s'ils surviennent une fois sur 10, sont agaçants. Et à la fin, on se rend compte que ce qui compte vraiment avec un appareil électronique, c'est que ça marche. Même si Siri échappe une question sur 20, on en arrive à ne tout simplement plus prendre la chance et à tout simplement se servir de son bon vieux clavier. Lui, il ne nous laissera pas tomber, on le sait.


C'est le cas avec plein de technologies du genre. La Kinect sur Xbox 360, par exemple.


Ce qui est particulièrement fâchant dans le cas de Siri, c'est que toute la campagne de marketing d'Apple est articulée autour de cela. Mais pire encore, c'est qu'à l'instant où l'on décide de cesser d'utiliser Siri, consciemment ou non, on se demande pourquoi on a acheté un iPhone 4S à 159$ plutôt qu'un iPhone 4 à 99$, voire moins.


À lire, trois critiques récentes de Siri:


- TechCrunch


- TechCrunch (encore)


- Gizmodo

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

10 choses Ă  savoir lundi

08:38 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Le rebond du huard tire à sa fin, le détournement marketing de Star Wars, l'entreprise du siècle, l'épicerie du futur.

L'Apple Watch n'aime pas les poignets tatoués

Les personnes qui arborent un tatouage sombre au poignet pourraient avoir du mal Ă  utiliser la Apple Watch.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les aînés déclarent faillite avec de plus lourdes dettes que les plus jeunes

Il y a 18 minutes | La Presse Canadienne

Les aînés et les préretraités font partie d'une proportion grandissante de ceux qui déclarent faillite en Ontario.

Trudeau: baisse d'impĂ´t pour la classe moyenne, hausse pour les plus riches

Il y a 6 minutes | La Presse Canadienne

Un gouvernement libéral hausserait les impôts des plus riches pour financer des baisses d'impôt pour la classe moyenne.

Projet de monorail en Égypte pour un consortium qui comprend Bombardier

Il y a 21 minutes | La Presse Canadienne

Bombardier soutient que son consortium finalise ses discussions avec le gouvernement Ă©gyptien.