Siri deviendra-t-elle le défaut du iPhone?

Publié le 07/12/2011 à 12:09

Siri deviendra-t-elle le défaut du iPhone?

Publié le 07/12/2011 à 12:09

BLOGUE. Il n'y a présentement qu'une seule raison à peu près logique pour acheter un iPhone 4S plutôt qu'un iPhone 4, ou encore un autre appareil, et elle a un nom : Siri. L'ennui, c'est que la lune de miel achève.


Quand Apple a dévoilé l'iPhone 4S, à peu près tout le monde a été un peu déçu par le manque de nouveautés par rapport à la version précédente. Certes, l'appareil est plus rapide et dispose de plus de mémoire, mais ça ne se reflète que très peu dans l'utilisation quotidienne.


C'est pourquoi Apple, et tout le monde en fait, a mis l'emphase sur Siri, l' « assistante personnelle » (la voix est féminine) contrôlée grâce à la reconnaissance vocale. L'essentiel des publicités d'Apple tournait autour de Siri et des milliers, voir des millions, de gens ont délaissé leur appareil précédent, même si c'était un iPhone 4 très semblable, en faveur d'un iPhone 4S, principalement à cause de Siri.


Personnellement, j'avais quelques appréhensions et j'avais très hâte de voir les premières critiques envers Siri. Elles ont été élogieuses. Le système, disait-on, fonctionne à merveille la plupart du temps.


Or, tout le problème est là: « la plupart du temps ». C'est en plein d'où provenaient mes appréhensions.


Au départ, on achète un système comme Siri et on est émerveillés, comme un enfant devant son nouveau jouet. C'est tout nouveau, c'est épatant. On va même jusqu'à essayer de rendre les copains jaloux avec quelques démonstrations. Les fois où ça ne marche pas sont anecdotiques.


Mais plus le temps avance et plus ces ratés, même s'ils surviennent une fois sur 10, sont agaçants. Et à la fin, on se rend compte que ce qui compte vraiment avec un appareil électronique, c'est que ça marche. Même si Siri échappe une question sur 20, on en arrive à ne tout simplement plus prendre la chance et à tout simplement se servir de son bon vieux clavier. Lui, il ne nous laissera pas tomber, on le sait.


C'est le cas avec plein de technologies du genre. La Kinect sur Xbox 360, par exemple.


Ce qui est particulièrement fâchant dans le cas de Siri, c'est que toute la campagne de marketing d'Apple est articulée autour de cela. Mais pire encore, c'est qu'à l'instant où l'on décide de cesser d'utiliser Siri, consciemment ou non, on se demande pourquoi on a acheté un iPhone 4S à 159$ plutôt qu'un iPhone 4 à 99$, voire moins.


À lire, trois critiques récentes de Siri:


- TechCrunch


- TechCrunch (encore)


- Gizmodo

Sur le même sujet

10 choses Ă  savoir vendredi

07:53 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Entrée fracassante d'Alibaba à Wall Street, le iPhone 6 en vente aux quatre coins du monde, la taxe «sucrée» de Wal-Mart

U2 fait perdre 100 M$ Ă  Apple

18/09/2014 | Olivier Schmouker

Apple doit faire machine arrière avec son offre gratuite du dernier album de U2.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

10 choses Ă  savoir vendredi

07:53 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Entrée fracassante d'Alibaba à Wall Street, le iPhone 6 en vente aux quatre coins du monde, la taxe «sucrée» de Wal-Mart

Marie-Josée Lamothe, de L'Oréal à Google

Édition du 20 Septembre 2014 | Pierre ThĂ©roux

Cette experte du marketing a passé près de 20 ans dans l’industrie de la beauté. Elle nous raconte son virage numérique.

Le Québec continue d'afficher un des taux d'inflation les plus faibles au pays

Il y a 51 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

En août, les consommateurs ont payé beaucoup plus pour les aliments et l'alcool, mais moins pour l'essence.