Nantel: Veut-on encore des citoyens riches à Montréal?

Publié le 03/10/2013 à 13:15, mis à jour le 03/10/2013 à 14:41

Nantel: Veut-on encore des citoyens riches à Montréal?

Publié le 03/10/2013 à 13:15, mis à jour le 03/10/2013 à 14:41


1- A moins que tous le Québécois ne gagnent exactement le même revenu, il y a aura toujours, par définition, 1% de la population composée de personnes qui gagnent de plus hauts revenus. À quel seuil de revenus devient t’on moins suspect? Visiblement 178 000$ c’est déjà beaucoup trop.


2- Le Québec compte environ 16 000 médecins qui, selon ICIS, gagneraient en moyenne 253 539$ par année (3). Si, selon M. Tremblay-Pepin, le 1% représente 61 000 personnes, les médecins représenteraient donc 26% des citoyens que l’on devrait encore un peu plus imposer. Or, la donnée de l’ICIS indique que les médecins québécois sont déjà moins rémunérés que leurs consoeurs et confrères des autres provinces (4).


3- Chez le reste des 45 000 autres « un-pourcentistes », on peut présumer qu’il y a quelques pharmaciens, de petits entrepreneurs, un ou deux avocats et qui sait même quelques artistes ou animateurs de radio. Devraient-ils se sentir coupables pour autant?


4- Finalement si l’on réussissait à mettre tout ce beau monde sur un train en route pour, disons Toronto, il y aurait un autre 1% qui, par définition, émergerait dans les statistiques. Celui-ci, composé de l’actuel 2e pourcent, serait moins riche, mais serait-il moins suspect? De là on retourne à la première question.


Si je vous parle de ce sujet aujourd’hui, en pleine campagne municipale, c’est que dans le rapport de l’IRIS, on ne se contente pas de dénoncer ce 1%, on dénonce aussi le fait que celui-ci soit particulièrement concentré à Montréal. En voici un extrait :


«De plus, la progression du revenu moyen des plus riches Montréalais·e·s a été plus forte depuis 1982 que celle de leurs homologues des autres grandes villes du Québec. On peut penser que la différence entre les emplois occupés explique en partie ces écarts. Par exemple, Montréal est la seule place financière de la province. Les emplois dans ce secteur sont généralement mieux rémunérés que la moyenne. De plus, de nombreux sièges sociaux d’entreprises, dont ceux de multinationales, se retrouvent dans la métropole québécoise, ce qui suppose une présence plus nourrie de hauts cadres bien payés. En bref, la concentration de la richesse au Québec est aussi géographique et genrée, d’autres indices qui nous permettent de dire que nous sommes en face d’un véritable système des inégalités.»


Bref vous êtes déjà suspect si vous gagnez plus de 178 000$, mais en plus si vous habitez Montréal alors là vous en êtes presque odieux!


Ma question de la semaine à nos candidats et candidates à la mairie de Montréal; Souhaitez vous conserver, accroître ou diminuer le membership des gens qui gagnent plus de 178 000$ et qui habitent Montréal?


Pensez y bien mais pas trop longtemps parce que s’ils tombent sur le rapport de l’IRIS, le maire de Calgary ou la Directrice des ressources humaine du centre hospitalier Lakeridge Health d’Oshawa pourraient bien faire avec nos « un-pourcentistes » ce qu’ils ont fait avec nos minorités ostentatoires en les invitant à venir s’établir chez eux.


---


1-Posca, Julia et Simon Tremblay-Pepin (2013) « Les inégalités : le 1% au Québec » IRIS; Note socio-économique.


2-Entrevue de Simon Tremblay-Pepin à l’Émission « Pas de midi sans info » diffusée à Radio-Canada sur la première chaine le 1 octobre 2013.


3-ICIS Base de données nationale sur les médecins par province en 2010-2011


4-Voir Cameron Daphné « Les médecins québécois parmi les moins bien payés au Canada » La Presse 22 janvier 2013.


 

À propos de ce blogue

Jacques Nantel enseigne à HEC Montréal depuis 1981. Au sein de HEC Montréal, il fut successivement directeur du service de l'enseignement du marketing, titulaire de la Chaire de commerce de détail Omer DeSerres et directeur des programmes. En 2002, il devient le premier titulaire et fondateur de la Chaire en Commerce Électronique RBC Groupe Financier. De 2007 à 2012 il a occupé les fonctions de Secrétaire général de cette institution. Jacques Nantel est membre ou a été membre de plusieurs conseils d'administration d’entreprises et d’organismes dont : Groupe Vidéotron, PLB international, Groupe Renaud-Bray, Groupe Pierre Belvédère, Hotels Germain, BMO Advisory Board on Retirement, de l’OACIQ ainsi que de Centraide du Grand Montréal.

Jacques Nantel

Sur le même sujet

Ce qui freine vraiment la classe moyenne...d'ici

Mis à jour le 06/01/2018 | Les investigateurs financiers

BLOGUE INVITÉ. Les salaires de la classe moyenne ne progressent pas comme on le voudrait. Pourquoi?

Toujours plus de maisons écoulées à plus d'1 million $

12/12/2017 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Le marché de la propriété de luxe est en croissance au Québec et les acheteurs étrangers en sont friands.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

19/09/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.