Nantel: Veut-on encore des citoyens riches à Montréal?

Publié le 03/10/2013 à 13:15, mis à jour le 03/10/2013 à 14:41

Nantel: Veut-on encore des citoyens riches à Montréal?

Publié le 03/10/2013 à 13:15, mis à jour le 03/10/2013 à 14:41

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. OK, je vous le dit d’entrée de jeu, toute la question soulevée par le mouvement «occupy» dans lequel on adore tirer sur le fameux 1% des gens les plus riches me laisse au mieux dubitatif. Ce mouvement s’en prend au fait que 1% de la population posséderait plus d’actifs que, selon le pays ou la province, 50% de la population. Tout le discours portant sur les «riches-qui-s’enrichissent-toujours-de-plus-en-plus» émerge de ce mouvement.


Je suis sensible au fait qu’il faille préserver une certaine prudence quant à l’écart qui existerait entre les plus riches d’une société, qui par définition seront toujours moins nombreux, et le reste de leurs concitoyens. Pour paraphraser la directrice sortante de Centraide, Michèle Thibodeau DeGuire, qui est une femme remarquable, c’est bien plus qu’une question d’équité, c’est une question de paix sociale.


Cependant, là où je décroche, c’est que peu importe la concentration de la richesse, on cherche à faire de ce 1% la cible d’une position trop facilement dogmatique. Ainsi au début d’octobre, l’IRIS (Institut de recherche et d’information socio-économique) publiait une étude sur la question (1) . Que nous enseigne cette étude sur ce 1% des citoyens du Québec qu’il faut garder à l’œil?


On y apprend que le seuil d’entrée dans ce club sélect se situe à 178 000$ et que ce club serait composé, selon l’un des auteurs, de 61 000 personnes (2). Dans l’entrevue qu’il donnait à l’émission «Pas de midi sans info», Simon Tremblay-Pepin admettait que, selon la donnée de Statistique Canada sur laquelle repose l’étude qu’il a cosignée, ce club sélect québécois est déjà moins riche et plus taxé que les clubs similaires des autres provinces ou autres états américains.


Ce qui n’était pas clair lors de l’entrevue et qui ne l’est certes pas à la lecture du rapport, c’est de savoir s’il faut se désoler ou se réjouir d’avoir moins de riches et des riches moins riches. Afin de faire avancer ce débat, je me permets de soulever ici 4 questions :


À propos de ce blogue

Jacques Nantel enseigne à HEC Montréal depuis 1981. Au sein de HEC Montréal, il fut successivement directeur du service de l'enseignement du marketing, titulaire de la Chaire de commerce de détail Omer DeSerres et directeur des programmes. En 2002, il devient le premier titulaire et fondateur de la Chaire en Commerce Électronique RBC Groupe Financier. De 2007 à 2012 il a occupé les fonctions de Secrétaire général de cette institution. Jacques Nantel est membre ou a été membre de plusieurs conseils d'administration d’entreprises et d’organismes dont : Groupe Vidéotron, PLB international, Groupe Renaud-Bray, Groupe Pierre Belvédère, Hotels Germain, BMO Advisory Board on Retirement, de l’OACIQ ainsi que de Centraide du Grand Montréal.

Jacques Nantel

Sur le même sujet

Richesse familiale : 42,2 millions de millionnaires dans le monde

Édition du 27 Octobre 2018 | Les Affaires

Êtes-vous du nombre ? Pas moins de 42,2 millions de personnes sont millionnaires dans le monde, soit ...

Ce qui freine vraiment la classe moyenne...d'ici

Mis à jour le 06/01/2018 | Les investigateurs financiers

BLOGUE INVITÉ. Les salaires de la classe moyenne ne progressent pas comme on le voudrait. Pourquoi?

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Republik ne veut que des clients générant un impact positif

BLOGUE. Certaines entreprises filtrent leurs fournisseurs. L'agence de communication Republik filtrera ses clients.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

13/11/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.