Nantel: Mais que font donc tous ces riches de leur argent?

Publié le 25/10/2012 à 19:50, mis à jour le 29/10/2012 à 14:36

Nantel: Mais que font donc tous ces riches de leur argent?

Publié le 25/10/2012 à 19:50, mis à jour le 29/10/2012 à 14:36

BLOGUE. Les récentes semaines nous ont appris, que l’on vive au Québec ou en France, que la chasse aux riches est officiellement ouverte. La présente conjoncture économique, combinée à une dette et à des déficits qui ne cessent de croître, fait en sorte que les gouvernements se tournent de plus en plus vers les riches avec l’espoir que des politiques fiscales plus acérées puissent combler le manque à gagner.


Chose intéressante la définition de «ce qu’est un riche au Québec» semble, à tout le moins, se décliner à géométrie variable. Ainsi, dans son projet initial, celui qui comportait une clause de rétroactivité, le ministre Marceau définissait les riches comme étant les citoyens gagnant plus de 130,000$. 


Sans revenir sur les chiffres qui ont largement été diffusés, ces riches, au Québec, représentent à peine 5% de la population. Or, après avoir reculé sur sa promesse d’abolir la «taxe santé» le ministre Marceau se ravisait en déclarant qu’il y avait essentiellement trois catégories de revenus. Ceux gagnant moins de 20,000$, ceux gagnant entre 20 et 40,000$ et enfin ceux gagnant plus de 40,000$ ces derniers ayant été qualifiés par le ministre non pas de riches, mais de «plus fortunés».


En l’espace de quelques semaines on venait de passer d’un cheptel représentant 5% de la population à un cheptel en représentant près de la moitié. Le pâturage venait de s’agrandir. Bref on le voit bien on n’est avant tout riche que par rapport aux autres, notamment quand vient le temps de définir des politiques fiscales.


Je ne souhaite pas reprendre le débat de la richesse au Québec, d’autre le font bien mieux que je ne saurais le faire. Je me limiterai uniquement à redire que s’il y a une statistique sur cette question qui nous interpelle c’est bien celle montrant qu’il y a moins de riches au Québec, alors que ceux qui le sont moins que leurs congénères du reste du Canada.


Honte! dirons certains pour qui le fait d’avoir moins des riches équivaut à une perte pour notre société. Honte! dirons les autres pour qui le seul fait que des riches continuent à vivre au Québec est la preuve que la longue marche devant nous mener à l’équité sociale n’est par achevée.


Les «riches» ne dépensent pas nécessairement plus


À propos de ce blogue

Jacques Nantel enseigne à HEC Montréal depuis 1981. Au sein de HEC Montréal, il fut successivement directeur du service de l'enseignement du marketing, titulaire de la Chaire de commerce de détail Omer DeSerres et directeur des programmes. En 2002, il devient le premier titulaire et fondateur de la Chaire en Commerce Électronique RBC Groupe Financier. De 2007 à 2012 il a occupé les fonctions de Secrétaire général de cette institution. Jacques Nantel est membre ou a été membre de plusieurs conseils d'administration d’entreprises et d’organismes dont : Groupe Vidéotron, PLB international, Groupe Renaud-Bray, Groupe Pierre Belvédère, Hotels Germain, BMO Advisory Board on Retirement, de l’OACIQ ainsi que de Centraide du Grand Montréal.

Jacques Nantel

Sur le même sujet

Les gais aussi sont des consommateurs distincts

15/08/2014 | Dominique Froment

L'enquête Nielsen, exclusive à LesAffaires.com, prouve une fois de plus que la communauté LGBT consomme différemment.

Les dépenses des consommateurs américains ont augmenté de 0,4 % en juin

01/08/2014

Les dépenses des consommateurs américains ont augmenté à leur cadence la plus rapide en trois mois en juin.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Vous n'avez rien volé non plus, mais vous payez quand même

Édition du 23 Août 2014 | RenĂ© VĂ©zina

Ils auraient fort bien pu venir gronder eux aussi lors de la Commission parlementaire concernant le projet de loi 3 et ...

Après la ville intelligente, la ville "humainement intelligente"

19/08/2014 | Diane BĂ©rard

Le concept de ville intelligente Ă©volue pour inclure des espaces publics virtuels.

Comment vous prémunir de l'effet iPhone?

BLOGUE. Nous avons tous aujourd'hui un cellulaire à portée de main. Pour notre bien? Pas sûr...