Trop beau pour être vrai ce FNB?

Publié le 19/01/2018 à 09:53

Trop beau pour être vrai ce FNB?

Publié le 19/01/2018 à 09:53

123rf.com

Le FNB FIE est un bijou de marketing qui exploite bien les avantages de la diversification. Ce FNB combine quelques classes d’actifs différentes dans un secteur qui a bien performé au cours des dernières années. En fait, il ne détient actuellement que 2 FNB, CPD pour les actions privilégiées et XCB pour les obligations corporatives, ainsi que plusieurs titres du secteur financier. Ainsi les 6 banques canadiennes et ces 2 FNB représentent plus de 80% du portefeuille, le reste du portefeuille étant composé de moins de 20 titres. Bref, un portefeuille assez simple.


Comment se fait-il qu’un tel portefeuille comporte un ratio de frais de gestion de 0.94%, un des plus élevés de tous les FNB au Canada?


L’explication la plus probable est que ce FNB paraît bien. Les rendements passés sont attrayants, les distributions sont élevées et le niveau de risque semble limité. Pourquoi? Surtout parce que ce FNB s’expose à différentes classes d’actifs. Ainsi lorsque comparé à un FNB d’obligation, son rendement sera plus intéressant à long terme. Lorsque comparé à un FNB d’actions, son niveau de risque sera plus faible. Ce phénomène est tout à fait normal et reflète les avantages d’un portefeuille bien diversifié dans plusieurs classes d’actifs.


Ce FNB se distingue aussi par le fait qu’il utilise l'effet de levier pour environ 10% de son actif, c’est-à-dire qu’il emprunte afin d’exposer le portefeuille à plus de 100% de son actif en titres investis. C’est une stratégie qui peut être bénéfique lorsque les rendements sont bons comme au cours des dernières années, mais à l’inverse, expose le portefeuille à des pertes plus élevées en cas de correction. Le risque de ce portefeuille est donc possiblement plus élevé qu’il n’y paraît.


Enfin, le secteur financier qui est le principal secteur d’exposition de ce FNB et qui a bien performé au cours des dernières années semble rendre ce FNB encore plus attrayant comparativement à d’autres FNB.


À mon avis, un investisseur ne devrait pas payer des frais aussi élevés dans le but de profiter des avantages d’un portefeuille investi dans plusieurs classes d’actifs. À long terme, il sera généralement plus avantageux d’investir directement dans plusieurs classes d’actifs, de mieux diversifier le risque sectoriel et de réduire davantage les frais de gestion de son portefeuille.


Enfin, pour qu’il y ait plus de 500M$ dans ce FNB, plusieurs investisseurs institutionnels y ont probablement englouti quelques dizaines de millions de dollars. Avec des frais aussi élevés, il faut se demander si ce FNB est la meilleure façon pour un gestionnaire institutionnel d’investir dans ce secteur de l’économie canadienne.


N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi facebook.



À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Vos FNB vous réservent-ils une mauvaise surprise?

Édition du 10 Novembre 2018 | Hélène Gagné

EXPERTE-INVITÉE. Les fournisseurs d'indices S&P Dow Jones Indices et MSCI apportent cette année des modifications ...

Concevoir un portefeuille de FNB, un art

Édition de Novembre 2018 | Pierre Théroux

Comment démarrer de la base et apporter graduellement de la complexité à son portefeuille ?Un fonds négocié en ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.