La valeur des conseils en placement

Publié le 06/02/2013 à 08:46, mis à jour le 06/02/2013 à 12:44

La valeur des conseils en placement

Publié le 06/02/2013 à 08:46, mis à jour le 06/02/2013 à 12:44

BLOGUE. Les fonds négociés en bourse (FNB) sont de plus en plus perçus comme une alternative à faible coût aux fonds communs de placement. La moyenne des frais des FNB est de 0,38 % alors que celle des fonds communs de placements est de 1,93 %. Pourquoi une si grande différence?


Il y a plusieurs raisons. Je ne vais aborder ici que l’une d’entre elles qui concerne la valeur des conseils. Les fonds communs de placements sont généralement vendus par un représentant qui offre différents services (suivi de portefeuille, mise-à-jour du profil d’investisseur, planification financière,…) alors que les FNB sont généralement achetés sans conseils.


En tant qu’investisseur, si vous avez vendu vos actions à la fin de 2008, attendu la fin de 2010 pour réinvestir, maintenu une proportion importante de votre capital en liquidité à cause du précipice fiscal à la fin de 2012, vous avez possiblement besoin de conseils. En fait, la majorité des investisseurs ont besoin de conseils! Mais combien valent ces conseils et combien devriez-vous payer pour un portefeuille géré selon votre profil d’investisseur ou, pour les investisseurs autonomes, de recommandations personnalisées.


Personnellement, je crois que la meilleure approche, et celle qui minimise les conflits d’intérêts potentiels, est de séparer les frais relatifs aux « conseils financiers » de ceux liés à la gestion de portefeuille. La plupart des représentants ne sont pas des experts en gestion de portefeuilles. Ils offrent à leur client des produits gérés par d’autres professionnels (comme les fonds communs de placements) et pour lesquels une commission leur est versée pour l’ensemble des conseils financiers personnalisés qu’ils prodiguent à leur client.


Au Canada, les commissions versées aux représentants par les fonds communs de placements sont en moyenne de 0,96 % (ils font partie des frais de gestion de 1,93 % mentionné précédemment). Cette différence explique une bonne partie de l’écart de frais entre les deux produits financiers. Sur un portefeuille de 25 000 $, ces commissions représentent 240 $ par année. Sur un portefeuille de 100 000 $, c’est 960 $ par année. Sur un portefeuille de 250 000 $, c’est 2 400 $. C’est le montant payé pour les conseils de votre représentant (en excluant les frais de gestion de portefeuille).


Est-il raisonnable que ces frais de conseils augmentent proportionnellement à vos actifs? Possiblement dans certains cas, mais probablement pas pour la majorité des investisseurs. À vous de juger si, selon le travail effectué par votre représentant, vous en avez pour votre argent.


Le problème, c’est que la majorité des investisseurs ne savent pas à combien s’élève le montant des commissions versées. Le relevé de placement devrait mentionner clairement, en $, et de façon personnalisée, le montant des frais (et des commissions) payés par le client. C’est fondamental.


Pour aligner votre intérêt à celui de votre représentant, une meilleure approche consiste à établir un taux horaire, ou un montant forfaitaire selon le travail effectué par votre représentant. Quelques planificateurs financiers fonctionnent ainsi « à honoraires », en facturant un montant fixe selon le travail à exécuter.


Si vous voulez en savoir plus sur la valeur des conseils, je vous invite à lire le document « Les frais des organismes de placement collectif » des Autorités canadiennes en valeurs mobilières qui fait une analyse exhaustive de la situation au Canada.


Un dernier point. Une fois réglé le problème de la valeur des conseils, il reste à déterminer le coût de la gestion de portefeuille. Tel que discuté dans mon billet « FNB passif ou FNB à gestion active », je suis d’avis que la gestion active ajoute peu de valeur à long terme. Sachant qu’une approche systématique utilisant un choix réfléchi de FNB est probablement une des meilleures solutions, il n’est pas nécessaire de payer des frais élevés pour faire gérer son portefeuille. Le niveau des frais acceptable dépendra cependant de la taille de votre portefeuille et du type d’investisseur que vous êtes (autonome ou non). 


 


À propos de ce blogue


Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), une entreprise dynamique et innovatrice qui offre la première solution de conseils en placements en ligne indépendante, personnalisée et à faible coût. Une approche systématique à long terme combinée à l’utilisation de fonds négociés en bourse (FNB) permet d’offrir des portefeuilles adaptés tant pour les besoins des investisseurs autonomes que pour les investisseurs recherchant une gestion de portefeuille clés en main. « Les FNB démystifiés » est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada. Suivez-nous aussi sur Twitter.


 

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Baisse du taux directeur : comment protéger son portefeuille?

17/07/2015 | Ian Gascon

L'histoire se répète: les taux baissent. Comment adapter son portefeuille?

FNB : Bilan de mi-année des fonds négociés en bourse au Canada

04/07/2015 | Ian Gascon

Croissance des actifs, stabilité des frais de gestion, nouveaux fournisseurs et 25e anniversaire. Un bilan bien chargé!

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

La grande question Bombardier: à quand la rentabilité du CSeries?

BLOGUE. La question que l'on s'apprête à grandement discuter: quand le CSeries deviendra-t-il rentable?

Le faux-débat des multivotantes et de la gouvernance

BLOGUE. Les cas de Couche-Tard et de Bombardier donnent l'occasion de réfléchir aux pièges de la gouvernance.