La fin des FNB de catégorie «Conseiller»: un petit pas dans la bonne direction

Publié le 02/02/2018 à 09:52

La fin des FNB de catégorie «Conseiller»: un petit pas dans la bonne direction

Publié le 02/02/2018 à 09:52

Lors de mes prédictions FNB pour 2016, j’avais avancé que ce type de fonds négociés en bourse (FNB) n’aurait pas longue vie. C’est maintenant chose faite. Cette semaine BlackRock Canada, le gestionnaire des FNB iShares a annoncé qu’il convertira prochainement les FNB de catégorie conseiller en FNB ordinaire. BlackRock est de loin le gestionnaire qui utilisait le plus ce type de FNB. Cette annonce fait aussi suite à une annonce similaire de Horizons ETFs, un autre fournisseur de FNB canadien, au début de 2017.


Que sont les FNB de catégorie «Conseiller»?


Les FNB de catégorie conseiller offerts au Canada versent des commissions de suivi au conseiller qui les achète pour ses clients (leurs symboles comportent généralement un .A à la fin, ou parfois un .D ou .V). Au lieu de facturer des honoraires de gestion à son client, le conseiller se voit rémunéré directement par le gestionnaire du FNB, comme pour les fonds communs de placement qui versent des commissions.


Avec les nouvelles règles entourant une meilleure divulgation de la rémunération et incitant l’industrie à une plus grande transparence, il n’est pas surprenant que ces FNB soient de moins en moins utilisés. Ce n’est donc pas un changement très important, mais c’est un ménage qui était dû depuis déjà quelques années.


L’industrie des FNB se simplifie-t-elle vraiment?


La disparition de ce type de FNB permettra de simplifier un tant soit peu cette industrie qui, malheureusement, s’efforce à multiplier l’offre de produits dans le but de reproduire un modèle de distribution similaire à celui des fonds communs de placement. Soit un modèle où l’offre est tellement vaste, qu’un investisseur ne peut facilement déterminer quel produit lui convient réellement ou est dans son meilleur intérêt à long terme. Il devient alors dépendant des recommandations d’un conseiller qui n’est pas souvent gestionnaire de portefeuille et pour qui il est parfois difficile de comprendre toute les particularités d’une stratégie donnée. Le marketing des gestionnaires de fonds prend alors parfois le dessus sur le véritable intérêt du client qui se retrouve souvent à payer plus cher pour un produit, alors qu’une alternative plus économique et tout aussi performante à long terme existe.


Qu’en pensez-vous?


N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi facebook.



À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Vos FNB vous réservent-ils une mauvaise surprise?

Édition du 10 Novembre 2018 | Hélène Gagné

EXPERTE-INVITÉE. Les fournisseurs d'indices S&P Dow Jones Indices et MSCI apportent cette année des modifications ...

Concevoir un portefeuille de FNB, un art

Édition de Novembre 2018 | Pierre Théroux

Comment démarrer de la base et apporter graduellement de la complexité à son portefeuille ?Un fonds négocié en ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Serait-il temps de jouer Lowe's ?

Édition du 08 Décembre 2018 | François Pouliot

La fermeture de neuf magasins Rona au Québec a fait couler beaucoup d'encre dernièrement. Signal de faible intérêt ...

Bourse: Grincheux gâche le décompte de Noël

BLOGUE. Les pros n'ont pas l'humeur à la fête après six semaines de spasmes qui ont évaporé les gains de l'année.