Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

Publié le 21/09/2018 à 16:11

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

Publié le 21/09/2018 à 16:11

Au cours des dernières années, plusieurs investisseurs ont migré leur portefeuille vers des obligations à plus courte échéance en anticipation d’une hausse des taux. C’était et c’est encore le conseil de nombreux « spécialistes », qui répètent cette recommandation depuis 2011! Un jour, ils auront raison. Entre temps, le rendement des portefeuilles en souffre.


Les taux de 0 à 5 ans sont bien en hausse depuis environ 2 ans, mais les taux d’intérêt 30 ans sont demeurés relativement stables durant cette période. En fait, le taux d’intérêt 30 ans canadien est légèrement inférieur à celui d’il y a 1 an. En terme plus technique, on dit que la courbe de taux s’est aplatie, c’est-à-dire que l’écart entre les taux court terme et long terme s’est réduit.


Ainsi, dans la dernière année, les d’obligations du gouvernement canadien ayant offert le meilleur rendement sont les obligations liées à l’inflation, des obligations généralement à très longue échéance. Ces obligations ont profité de taux à long terme (30 ans) stable ainsi que d’une hausse des indicateurs inflationnistes.


Si vous détenez des fonds négociés en bourse (FNB), l’impact sur vos placements est que les FNB d'obligations à court terme ont moins bien performé que les FNB obligations à long terme au cours de cette période. Encore une fois, la modification d’un portefeuille découlant d’une anticipation dans les variations de variables macro-économiques aura diminué le rendement du portefeuille pour de nombreux investisseurs.


Comme je tente de l’expliquer depuis plusieurs années (lire ce billet de 2014 et ce billet de 2015), il est préférable d’avoir une vue à long terme de son portefeuille et de ne pas se laisser influencer par les nouvelles économiques au point de modifier substantiellement son portefeuille. Un portefeuille bien conçu ne devrait pas avoir à être modifié fréquemment pour s’ajuster au contexte économique. Faire des ajustements trop fréquents est justement un des facteurs qui nuit le plus au rendement des investisseurs à long terme.


N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

La Fed poursuivra sa hausse des taux

17/10/2018 | AFP

La Fed cite les turbulences financières de « quelques » pays émergents qui pourraient « poser des risques additionnels».

Le marché obligataire termine la semaine dans le calme

12/10/2018 | AFP

Les investisseurs restent prudents dans un environnement marqué par de multiples sujets d'inquiétudes.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

Miser sur le pétrole canadien est-il un bon pari?

BLOGUE. La chute dramatique du cours du pétrole canadien réveille le réflexe à contre-courant des financiers.