Valoriser l'échec

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

Valoriser l'échec

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

Mélanie Joly sera notamment à la conférence Femmes leaders Les Affaires et au FailCamp.

Ça commence par une erreur ou un mauvais concours de circonstances. Mais on ne s'en rend pas compte tout de suite. On persiste. À ce moment, impossible d'admettre qu'on s'est trompé. Persuadé qu'on avance dans la bonne direction, on s'acharne encore et encore. Cette étape peut durer longtemps... Puis, il y a un déclic. On comprend que ça ne marchera pas. Alors, on rebrousse chemin ou on décide d'abandonner.


Comment ce déclic survient-il ? C'est propre à chacun. Un ami, la famille ou un collègue nous dit quelque chose à un moment précis qui nous sort de notre bulle. On prend alors du recul. Et c'est là que l'on constate les dégâts.


Un exemple? Voici celui de Mélanie Joly. «C'est lorsque mes proches m'ont fait prendre conscience que je les tenais pour acquis, que j'accordais davantage d'importance à des quidams, potentiels électeurs, qu'à ceux que j'aimais le plus au monde. C'est à ce moment que je me suis dit que je devais profondément changer ma manière d'être», m'a confié celle dont le lancement de campagne pour la course à la mairie en 2013 a été un échec, selon ses propres mots.


Marquée par cet événement, Mélanie Joly a décidé d'en parler ouvertement. Elle sera notamment à la conférence Femmes leaders Les Affaires, qui se tiendra le 13 mai prochain à Mont-Tremblant, et au FailCamp, une journée de conférences consacrée à l'échec le 17 avril.


C'est aussi le thème de notre manchette cette semaine. Plusieurs entrepreneurs se sont mis à nu sur le sujet. L'exercice n'a pas été facile. Nous avons pris contact avec beaucoup de personnes, mais peu ont accepté de partager leur expérience. Comme quoi, parler de l'échec est tabou. Il y a probablement la peur d'être jugé, que cela nuise à une nouvelle carrière... Il y a aussi l'absence de débat autour de l'échec, notamment à l'école ou en famille. On éduque nos enfants pour qu'ils ne vivent surtout pas d'échecs, de peur que cela les traumatise. Impossible pourtant de se mettre à l'abri des échecs dans une vie.


Ironiquement, ce sont des jeunes qui, les premiers, m'ont parlé de l'importance de valoriser l'échec dans le cadre d'une table ronde en 2013. «Dans nos cours, jamais on ne nous brosse le portrait de quelqu'un qui a échoué», déplorait William Plamondon Huard, alors à HEC Montréal. «Notre génération n'a jamais connu l'échec, affirmait Arnaud Desbiens, de l'Université Laval. Dès que tu coules un cours, c'est la fin du monde !» Il faut vivre des échecs, assurait Christian Tanguay, de l'Université de Montréal. «Quand le jeune deviendra entrepreneur, il sera capable de se relever.»


Rien à ajouter. Tout est là.


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Sur le même sujet

Ce que m'a appris mon premier échec en affaires

13/04/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je dépensais beaucoup au resto d'un inconnu. Pourquoi pas faire venir des inconnus dépenser dans le mien?

Surmesur tisse sa toile aux États-Unis

13/04/2017 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Quand une entreprise de Québec habille le monde entier.

Blogues similaires

Le libre-échange, et autres défis pour les fromages et le boeuf d'ici

Édition du 22 Avril 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est un cas classique de «If you can't beat them, join them».L'industrie fromagère européenne ...

Snapchat: vendre à découvert?

Édition du 22 Avril 2017 | François Pouliot

CHRONIQUE. Voici pourquoi il est tentant de miser sur la baisse du titre du réseau social de l'heure...

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.