Un honneur

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Août 2014

Un honneur

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Août 2014

C'était le 16 octobre 1945. Ce jour-là, il régnait toute une effervescence au centre-ville de Montréal. Plus de 300 représentants de l'industrie aérienne provenant d'une cinquantaine de pays convergeaient vers l'Hôtel Windsor pour assister à un événement hors du commun : la toute première assemblée générale de l'International Air Transport Association (IATA), une association créée pour représenter les intérêts des compagnies aériennes. Le rendez-vous qui se tenait au lendemain de la Seconde Guerre mondiale était historique. Le Windsor l'avait bien compris. La veille de l'événement, l'hôtel s'est offert une publicité pour saluer ses invités du bout du monde et souligner toute sa fierté de les recevoir à Montréal. «Dans les coulisses de Windsor s'écrit l'histoire aéronautique. On y pose les fondations de "la liberté des airs"«, pouvait-on lire dans l'encart publié le 15 octobre 1945 dans The Gazette.


Montréal pouvait être fière. À la tête de cette organisation internationale, siégeait au poste de président un Canadien du nom de Herbert J. Symington. Si ce nom ne vous dit rien aujourd'hui, sachez que M. Symington était loin d'être un illustre inconnu au siècle dernier. De 1937 à 1947, soit pendant 10 ans, cet homme a dirigé Trans-Canada Airlines, l'ancêtre d'Air Canada. Cet homme a également participé activement à la création en 1944 de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Aujourd'hui, l'IATA et l'OACI ont toutes deux leur siège social à Montréal. D'autres institutions sont venues se greffer par la suite, comme l'Airports Council International (ACI).


Malheureusement, l'impact économique de ces organismes passe souvent inaperçu. En fait, et c'est malheureux, il aura fallu une crise pour se rappeler de leurs poids. En 2013, Montréal a failli perdre le siège social de l'OACI au profit du Qatar qui était prêt à dérouler le tapis rouge à l'organisme onusien pour qu'il déménage ses pénates au Moyen-Orient. Après un branle-bas de combat diplomatique, Ottawa a réussi à conserver le fameux siège social à Montréal (jusqu'en 2036). Cette tentative de ravir le siège social de l'OACI s'inscrit dans la volonté du Moyen-Orient d'en mener plus large dans le ciel aérien, comme le raconte notre manchette. Financièrement, il ne sera peut-être pas toujours possible de concurrencer certaines villes ou certains pays. Mais, tout comme le Windsor le soulignait en 1945, faisons au moins honneur à ces organismes qui continuent de poser des jalons importants dans l'histoire aéronautique et attirent chez nous de nombreux délégués internationaux. Quand une réunion est callée, ça fait du monde en ville.


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Sur le même sujet

Immobilier: hausse des prix et des taux d'intérêt

14/09/2018 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires. L'accès à la propriété a continué de chuter en août au Québec.

La tournée des start-up et PME

11/09/2018 | lesaffaires.com

Petit tour dans le milieu des jeunes pousses et autres petites ou moyennes entreprises qui font tourner l'économie.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Hockey : ces titres peuvent-ils la mettre dedans ?

Édition du 22 Septembre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Les matchs hors concours sont lancés et la saison approche à grands pas. Alors que les pools ...

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.