Osez l’entrepreneuriat, pour créer votre propre sécurité d’emploi

Publié le 04/01/2012 à 00:00, mis à jour le 26/01/2012 à 08:50

Osez l’entrepreneuriat, pour créer votre propre sécurité d’emploi

Publié le 04/01/2012 à 00:00, mis à jour le 26/01/2012 à 08:50

Par Gaétan Frigon

BLOGUE. Durant ma jeunesse, dans mon village natal de Saint-Prosper de Champlain, en Mauricie, la presque totalité de la population d’environ mille habitants était composée d’entrepreneurs. Il y avait les agriculteurs (non syndiqués à l’époque), le marchand général (c’était mon père), le restaurateur, le laitier, le boulanger, le boucher, le cordonnier, le réparateur général, le médecin (avant l’assurance maladie), etc. Tous vivaient bien et gagnaient leur vie sans trop se poser de questions et à peu près sans intervention gouvernementale. Les quelques employés qui n’étaient pas propriétaires de quelque chose étaient considérés comme les pauvres de la place et souffraient la plupart du temps d’insécurité chronique. Et puis, lentement mais sûrement, tout a basculé. Être entrepreneur est devenu un symbole d’insécurité à cause des risques financiers encourus, alors que les simples employés se croyaient sécurisés grâce à des emplois urbains bien rémunérés.


Après les Bombardier, les Beaudoin, les Simard, les Dutil, les Lemaire, les Coutu, les Péladeau, les Marcoux et les Verreault de ce monde, le Québec a connu une période creuse, en manque de nouveaux entrepreneurs. Le goût du risque semblait fondre comme neige au soleil, chacun recherchant une sécurité d’emploi parfois illusoire et laissant souvent à d’autres ethnies les joies et les récompenses de l’entrepreneuriat. En 50 ans de carrière, j’ai travaillé 30 ans pour de grandes corporations et 20 ans à mon compte. Et rien au sein de grandes compagnies, sauf probablement la SAQ, ne m’a donné autant de satisfaction que de réaliser et réussir des exploits pour moi-même dans mes propres entre-prises. Car être entrepreneur, c’est créer sa propre sécurité d’emploi et cesser de dépendre des autres pour son succès.


Sur le même sujet

Salaire ou dividende : le choix n'est pas si évident

Édition de Novembre 2014 | Dany Provost

Pour les propriétaires d'entreprise, le dividende semble à première vue le mode de ...

Comment relancer les introductions en Bourse

30/10/2014 | Marc Gosselin

Dans le numéro du 1er novembre, Les Affaires s’intéresse à la faiblesse des insscriptions en Bourse au Québec.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Soprema: Drummondville défriche la Chine

Il y a 16 minutes | Suzanne Dansereau

La filiale québécoise de la société française Soprema a la mission de s'implanter en Chine.

Le co-fondateur d'Android quitte Google

Il y a 43 minutes | AFP

Andy Rubin avait intégré Google en 2005, quand le groupe internet avait racheté Android, alors une petite startup.

La correction évitée, comment terminerons-nous l'année?

10:49 | Jean Gagnon

À l’échelle mondiale, la correction boursière a été évitée de peu en octobre. Que nous réserve le reste de l'année?