Osez l’entrepreneuriat, pour créer votre propre sécurité d’emploi

Publié le 04/01/2012 à 00:00, mis à jour le 26/01/2012 à 08:50

Osez l’entrepreneuriat, pour créer votre propre sécurité d’emploi

Publié le 04/01/2012 à 00:00, mis à jour le 26/01/2012 à 08:50

Par Gaétan Frigon

BLOGUE. Durant ma jeunesse, dans mon village natal de Saint-Prosper de Champlain, en Mauricie, la presque totalité de la population d’environ mille habitants était composée d’entrepreneurs. Il y avait les agriculteurs (non syndiqués à l’époque), le marchand général (c’était mon père), le restaurateur, le laitier, le boulanger, le boucher, le cordonnier, le réparateur général, le médecin (avant l’assurance maladie), etc. Tous vivaient bien et gagnaient leur vie sans trop se poser de questions et à peu près sans intervention gouvernementale. Les quelques employés qui n’étaient pas propriétaires de quelque chose étaient considérés comme les pauvres de la place et souffraient la plupart du temps d’insécurité chronique. Et puis, lentement mais sûrement, tout a basculé. Être entrepreneur est devenu un symbole d’insécurité à cause des risques financiers encourus, alors que les simples employés se croyaient sécurisés grâce à des emplois urbains bien rémunérés.


Après les Bombardier, les Beaudoin, les Simard, les Dutil, les Lemaire, les Coutu, les Péladeau, les Marcoux et les Verreault de ce monde, le Québec a connu une période creuse, en manque de nouveaux entrepreneurs. Le goût du risque semblait fondre comme neige au soleil, chacun recherchant une sécurité d’emploi parfois illusoire et laissant souvent à d’autres ethnies les joies et les récompenses de l’entrepreneuriat. En 50 ans de carrière, j’ai travaillé 30 ans pour de grandes corporations et 20 ans à mon compte. Et rien au sein de grandes compagnies, sauf probablement la SAQ, ne m’a donné autant de satisfaction que de réaliser et réussir des exploits pour moi-même dans mes propres entre-prises. Car être entrepreneur, c’est créer sa propre sécurité d’emploi et cesser de dépendre des autres pour son succès.


Sur le même sujet

Le Founder Institute Montréal cherche à débusquer jusqu'à 50 nouveaux entrepreneurs

24/11/2014 | Julien Brault

Le chapitre montréalais du Founder Institute a commencé ce lundi à accepter les candidatures de ...

L'entreprise, socle de prospérité

Édition du 22 Novembre 2014 | Robert Dutton

CHRONIQUE. Un sondage CROP mené il y a environ un an dégage un portrait troublant du rapport des Québécois avec ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les prévisions d'Oppenheimer pour 2015

Mis à jour à 06:20 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. La firme prévoit un gain d’encore 11,6% du S&P 500 américain l'an prochain et une hausse de 8% des bénéfices.

Uber: le Bureau de la concurrence fait la morale aux villes

Il y a 32 minutes |

«Ces nouveaux modèles d'affaires ont le potentiel nécessaire pour offrir d'importants avantages aux consommateurs.»

Les vieux ratoureux qui profitent du système

25/11/2014 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi des riches arrivent à mettre la main sur une aide financière conçue pour les pauvres ?