Metro: on ne refera pas l'histoire avec un accent

Publié le 06/02/2012 à 09:28, mis à jour le 06/02/2012 à 09:28

Metro: on ne refera pas l'histoire avec un accent

Publié le 06/02/2012 à 09:28, mis à jour le 06/02/2012 à 09:28

Par Gaétan Frigon

BLOGUE. Quelle qu’en était la raison, un fait demeure : les fondateurs de Metro n’ont pas mis d’accent sur le nom Metro dès les tous débuts. Peut-être était-ce à cause de la mode du temps d’avoir des incorporations bilingues pour les épiceries comme ‘’Les Magasins Lasalle Stores’’ en 1947 ou encore ‘’Les Épiceries Lasalle Groceteria’’ en 1952. Toujours est-il que les noms Metro-Lasalle, Metro, Metro-Richelieu, MetroStar, etc., ont toujours été écrits sans accent lorsqu’ils étaient utilisés comme marques de commerce. Tout au plus, le nom Metro pouvait être utilisé avec un accent dans certains reportages ou dans certaines correspondances par des gens non en autorité, mais c’était par ignorance et jamais d’une façon officielle. On ne saura probablement jamais pourquoi il n’y a jamais eu d’accent, mais c’est une réalité. D’ailleurs, cette réalité s’est maintenue lorsque Monique Gaube faisait la publicité de Metro ou encore lorsque Lise Payette en était la porte-parole. Même chose lorsque Gaston L’Heureux et Marguerite Blais ont pris la relève.


À mon arrivée chez Metro-Richelieu en 1978, les bannières commerciales avaient été refaites quelques années auparavant. Plusieurs se souviendront de la bannière Metro du temps en forme de cravate avec une fleur-de-lys sur le haut. Il n’y avait pas d’accent. Plusieurs se souviendront aussi de la première vraie marque privée du groupe, laquelle portait le nom corporatif de Metro-Richelieu, sans accent. En ce qui me concerne, je me souviens très bien que c’est sous la présidence de Jean-René Halde au début des années 80 que le nom Metro a été officiellement enregistré pour la première fois comme marque de commerce. Et il n’y avait pas d’accent. Personne n’a soulevé de critiques à ce moment-là. Et, évidemment, l’entreprise a évolué depuis cette période. Aujourd’hui, la marque de commerce Metro est également utilisé comme identification corporative.


On devrait être fiers de voir ce qu’il est devenu du regroupement formé par 19 épiciers. D’ailleurs, je trouve curieux que, 60 ans plus tard, certains s’énervent parce qu’il n’y a pas d’accent sur le nom Metro. Les différents reportages laissent croire que les dirigeants actuels ont tout simplement décidé d’enlever l’accent sur le nom Metro parce ledit nom est maintenant utilisé partout au Canada. Si c’était le cas, il y aurait matière à critique. Mais ce n’est tout simplement pas le cas. Ce sont les fondateurs de Metro qui ont décidé de ne pas mettre d’accent.


Laissons-les reposer en paix en respectant leur décision et cessons de faire de la petite politique avec ça.


 

Sur le même sujet

Bourses: retour au vert, Metro, Couche-Tard et Jean Coutu Ă  un sommet historique

Mis à jour le 24/10/2014 | LesAffaires.com et AFP

Les titres de consommation de base brillent; Raymond James amorce le suivi du titre de Metro avec une cible de 75$.

La consommation, un refuge qui devient coûteux

Édition du 18 Octobre 2014 | Dominique Beauchamp

Avec un S&P/TSX, un baril de pétrole et un huard presque en chute libre, les investisseurs redécouvrent les ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

Des résultats qui supportent la reprise boursière

24/10/2014 | Jean Gagnon

La reprise des marchés boursiers après la volatilité du début du mois d’octobre a ...

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face Ă  leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-SĂ©lect.