Laval: des finances enviables

Publié le 13/12/2011 à 11:09, mis à jour le 13/12/2011 à 15:11

Laval: des finances enviables

Publié le 13/12/2011 à 11:09, mis à jour le 13/12/2011 à 15:11

Par Gaétan Frigon

[Photo : Tourisme Laval]

BLOGUE. D’entrée de jeu, j’admets ne presque jamais me rendre à Laval. Tout au plus, je traverse à l’occasion cette ville, mais toujours pour aller plus au Nord, dans les Laurentides. Donc, mon degré de connaissance de cette immense ile est pour ainsi dire nul. Je ne connaissais même pas la population de Laval, pas plus que j’en connaissais le budget d’opération. Ce que j’en savais, en fait, tient beaucoup plus des préjugés qui entourent l’histoire de cette ville fusionnée il y a plus de 45 ans : ville corrompue, contrats douteux, politiciens véreux, etc. J’avais conclu, qu’en conséquence, les finances de cette ville se devaient d’être dans un état piteux et lamentable, tout comme c’est habituellement le cas dans la plupart des villes à réputation douteuse. Aussi, lorsque j’ai reçu de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval une invitation pour assister à une conférence du maire Gilles Vaillancourt sur le budget 2012 de Laval, j’y ai vu une occasion en or de satisfaire ma curiosité en me renseignant un peu plus sur cette agglomération qui semble changer pour le mieux de jour en jour.


Vous voulez savoir? Ma surprise a été totale. Troisième ville en importance au Québec, la population de la Ville de Laval atteint 400,000 habitants. Sa cote de crédit de Standard & Poor’s, à AA positive, est la meilleure de toutes les municipalités du Québec. Elle est même supérieure à celle du Gouvernement du Québec et à celle d’Hydro-Québec. Les raisons? Une performance budgétaire inégalée, des liquidités solides, une croissance économique enviable et un taux de taxation compétitif. Il n’est pas rare d’ailleurs que Laval paie certaines immobilisations à même son budget courant plutôt que de les financer sur 20 ou 30 ans comme c’est le cas partout ailleurs. De plus, alors que la dette de la ville de Montréal et celle de la ville de Québec se situent à plus ou moins 3000$ per capita, celle de la ville de Laval est sensiblement plus basse et elle continue de baisser année après année.


Laval compte 21 districts, chacun avec seulement un conseiller, mais avec une direction centralisée. Il n’y a qu’une personne qui parle pour Laval et c’est le maire Vaillancourt. Et quand il parle, le gouvernement du Québec écoute, ce qui est loin d’être le cas pour Montréal, ville-centre qui semble n’avoir aucune influence sur sa propre destinée. Pourtant, presque chaque fois que l’on entend parler de Laval, c’est toujours pour des insinuations de collusion et jamais pour faire ressortir l’état et la gestion efficace de ses finances publiques. Il y a un proverbe qui dit : « Les chiens aboient, la caravane passe ». J’ai vraiment l’impression que ça s’applique à Laval. Les gens de l’extérieur crient souvent au loup alors que les résidents de Laval réélisent le maire Vaillancourt et son équipe presque sans opposition, à chaque élection. Ou bien ils sont satisfaits de leur administration municipale, ou bien ils sont masochistes. Personnellement, j’opte pour la première hypothèse.

Sur le même sujet

Taxes municipales: Pierre Moreau est près de l'abus de pouvoir

10/12/2014 |

BLOGUE. Pierre Moreau donne l'impression de raisonner avec simplicité et s'approche dangereusement de l'abus de pouvoir.

Taxes municipales: Pierre Moreau lance un ultimatum à Longueuil et Laval

Québec pourrait «couper les vivres» à Laval et Longueuil, affirme le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

20/12/2014 | Stéphane Rolland

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue à la roulette russe

20/12/2014 | François Normand

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...