Élections Québec 2012: une économie plurielle et au service du bien commun

Publié le 07/08/2012 à 09:03, mis à jour le 07/08/2012 à 12:45

Élections Québec 2012: une économie plurielle et au service du bien commun

Publié le 07/08/2012 à 09:03, mis à jour le 07/08/2012 à 12:45

Quand on pense à Québec solidaire, la justice sociale, l’égalité entre les hommes et les femmes, la protection de l’environnement nous viennent immédiatement en tête… pas les préoccupations économiques. Pourtant, Québec solidaire a une vision de l’économie et des propositions très concrètes à faire à ce sujet et, dans les deux cas, elles le différencient des autres partis politiques en lice aux élections du 4 septembre.


Notre parti propose que l’économie soit au service du bien commun. Il pense qu’il faut, à terme, dépasser le capitalisme pour aller vers une économie plurielle, reconnaissant la place de l’ensemble des acteurs dans la création de la richesse collective, à condition qu’ils respectent les droits des individus et des communautés, ainsi que l’équilibre écologique de la planète


Ainsi, Québec solidaire estime qu’il faut revaloriser le rôle de l’État. Il s’agit non seulement de renforcer les services publics malmenés au cours des dernières décennies, mais aussi de permettre à l’État de jouer un plus grand rôle direct dans les secteurs stratégiques de l’économie. Le domaine de l’extraction et de la transformation des ressources naturelles en est un bon exemple. Québec solidaire y propose diverses formes de propriété collective (société d’État, coopérative, propriété mixte avec majorité publique), permettant que les ressources profitent à toute la collectivité et soient adéquatement protégées. Cela pourrait, dans certains cas, impliquer la nationalisation de grandes compagnies.


Québec solidaire propose également de promouvoir et de développer l’économie sociale ou solidaire. Il s’agit essentiellement d’entreprises à finalité sociale et à but non lucratif mais aussi d’organismes communautaires, collectifs ou coopératifs dont le financement doit être augmenté et sécurisé.


Contrairement à la façon caricaturale dont Québec solidaire est parfois dépeint, il reconnaît aussi la place et l’importance de l’économie privée, particulièrement des petites et moyennes entreprises, si elle accepte de fonctionner dans le respect des règles collectives (sociales, environnementales, etc.) que la société québécoise se donne.


Enfin, notre parti propose de reconnaître socialement et de comptabiliser à sa juste valeur ce qu’on pourrait appeler l’économie domestique, c’est-à-dire les services rendus dans la famille, encore aujourd’hui surtout par des femmes, ceux accomplis par les proches aidants, de même que les innombrables travaux accomplis de manière gratuite et bénévole par tant d’individus à travers le Québec. Tout cet apport économique essentiel ne doit plus être passé sous silence.


Au cours des trois prochaines semaines, je reviendrai sur les propositions économiques de Québec solidaire pour la présente campagne électorale.


-------


Lesaffaires.com offre une tribune à chaque parti politique pour faire connaître leur vision économique. François Saillant représente Québec solidaire. Il est candidat dans Rosemont. Il agit depuis 33 ans comme coordonnateur et porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un regroupement de défense des droits des locataires et de promotion du logement social. Au cours des dernières années, il a aussi été un des porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

10 choses à savoir jeudi

07:56 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Les habitudes alimentaires «choquantes» de Buffett, Loblaw veut séduire les gourmands, le poids économique de l'Écosse.

Comment éviter l'épuisement professionnel?

BLOGUE. Il existe un moyen ultrasimple d'y parvenir. Vraiment.

Où se trouvent les citoyens les plus heureux?

17/09/2014 | Diane Bérard

Plus de la moitié des Canadiens se disent épanouis financièrement, mais un quart se disent épanouis physiquement.