«Nous voulons les meilleurs joueurs de la crypto»

Publié le 26/03/2018 à 06:00

«Nous voulons les meilleurs joueurs de la crypto»

Publié le 26/03/2018 à 06:00

Marc-Antoine Pouliot. (Hydro-Québec)

Hydro-Québec n’a pas déclaré forfait aux cryptomonnaies. Au contraire, l'énergéticien prépare avec l’aide du gouvernement une sélection de haut niveau, nous assure en entretien son conseiller principal, affaires publiques et médias.


«Ce n’est pas du tout une commande politique!». Dire que Couillard interdit désormais à Hydro-Québec de frayer avec les mineurs manque d'exactitude, affirme Marc-Antoine Pouliot, le porte-parole de la société d’État. Venant d’un ancien attaché politique, on lui accordera le bénéfice du doute.


Car, faute de savoir si cette industrie balbutiante l’embarque dans un sprint énergétique ou un marathon financier, Hydro-Québec a préféré fermer provisoirement les pistes à tout nouveau compétiteur. Afin de se préparer techniquement.


«Cette décision provient d’une analyse conjointe d'Hydro-Québec et du gouvernement. L’inquiétude est réelle quant à notre capacité totale de 40000 mégawatts (MW). Notre bilan énergétique est très serré. Nous voulons à tout prix éviter de devoir le combler en lançant des appels d’offre pour réapprovisionnement, ce qui ferait grimper les coûts», explique Marc-Antoine Pouliot.


La vision du producteur et distributeur d’électricité n’aurait d'ailleurs pas changé à propos du marché du minage popularisé par le bitcoin. Dès le départ, l'opportunité a été perçue, pour vendre les surplus, notamment. Mais son porte-parole invoque la prudence la plus élémentaire, en particulier à l’égard des pointes de consommation hivernales.


«Nous sommes conscients que dans les demandes de projets que nous recevons, il y a de tout. Des acteurs très sérieux comme d'autres disons moins connus, nombreux venant d'Asie», reconnaît-il.


Hydro-Québec ne souhaite pas bouder un secteur énergivore, et donc générateur de plantureux revenus. L'objectif consisterait justement à en maximiser les retombées économiques.


«Nous cherchons en réalité les meilleurs joueurs. Nous fixons actuellement les critères de sélection pour signer avec les plus sérieux, les plus durables et offrant le plus de retombées pour le Québec», soutient le conseiller principal aux médias.


Préférence pour les centres américains?


Quand on observe tous les efforts consentis par le fournisseur d'énergie québécois pour accueillir les centres de données de nos voisins du sud, se pose naturellement la question du parti pris, de la solution de facilité, à savoir faire confiance aux géants du web.


«La stratégie adoptée est différente. Nous distinguons centre de calculs, comme une mine à bitcoins, et centre de données. Car les créations d’emplois ressortent plus faibles, notamment. L’encadrement doit alors être distinctif», défend Marc-Antoine Pouliot.


Analyse que contredisent pourtant des intervenants de premier plan dans la province, prévoyant des centaines d’emplois rien que cette année. Bien sûr, étant donné les incertitudes inhérentes à tout énoncé prospectif, la réalité pourrait s’avérer moins propice.


«S’ils parviennent à démontrer ces critères de retombées, nous nous en réjouirons», épingle au passage le conseiller principal d’Hydro-Québec.


D’ici-là, les «cryptomines» ne bénéficient pas des réductions les plus avantageuses sur leur facture d'électricité, à l’instar du TDE, le tarif de développement économique accordé, entre autres, en fonction de la valeur ajoutée et des retombées économiques pour le Québec. Elles évoluent actuellement dans la catégorie LG, avec une puissance minimale à facturer d’au moins 5 MW.


«Avouons qu’à la différence du secteur des centres de données, qui est plus établi, plus mature, et dont on connaît l’avenir, les cryptomonnaies affichent un futur nettement moins clair. Nous préférons alors redoubler de précautions», tempère-t-il.


Surtout que sur le plan logistique, si un pic de consommation survient, il n’est pas aussi simple qu’il y paraît de profiter des fameux surplus .


«C’est une subtilité, si nous ne sommes plus en heures de surplus, nous devrions interrompre l’alimentation pour certains, ou d’importer. Car nous ne pouvons pas contraindre les clients à arrêter de consommer de l’électricité, aucun outil dans le cadre réglementaire actuel ne le permet», insiste Marc-Antoine Pouliot.


Mieux vaut prévenir...


On imagine dans ce cas que la politique interne a tremblé sur ses bases chez Hydro-Québec. Le contrôle des écarts entre engagements et moyens de production, la continuité du service de distribution, la qualité du transport, tout semblerait à revoir. Pourtant, aucun grand bouleversement n’a secoué la gestion intégrée des risques d’affaires.


«Nous étions déjà prémunis à ce niveau. Quand un investisseur veut profiter du réseau, il doit amener des garanties qui nous éviteront de perdre de l’argent en cas de délocalisation ou de faillite. Par exemple, si une entreprise stockant des données désire se connecter, des conditions s’appliquent, dont un versement préalable d’un million de dollars», expose le porte-parole.


Dans la communauté crypto, on se délecte du sensationnalisme, du politiquement incorrect, du contradictoire. On y préfère les rumeurs d’ingérence gouvernementale. Et si cette interprétation provenait plutôt d’une communication trop faiblarde d’Hydro-Québec? Pour le conseiller principal, il aurait probablement fallu détailler plus rapidement l’état de la situation.


«Nous profitions d’une vue d’ensemble sur les demandes, et je peux vous assurer encore une fois qu’elles posent problème avec notre bilan énergétique. Les acteurs de l’industrie des cryptommonaies n’accèdent pas au même panorama. Oui nous produisons trop d’énergie, mais pas en permanence ni en suffisance. Nous avons compris qu’il fallait mieux l’expliquer», concède Marc-Antoine Pouliot. D’où la lettre envoyée il y a quelques jours aux demandeurs de nouvelle alimentation.


Une tempête parfaite


En toute logique, ce tsunami de demandes de raccordement à des lignes industrielles doit submerger les employés d’Hydro-Québec. «Cela représente énormément de travail, énormément. Chaque projet est étudié au cas par cas. Nos équipes travaillent fort», confirme le relationniste. «Mais certainement pas au détriment d’autres activités principales».


En conséquence, le délai de traitement des «projets blockchain» ressort nettement plus long que la normale depuis le mois d'août dernier, moment durant lequel tout s’est accéléré. Une tendance facile à mettre en parallèle avec le bond progressif des volumes de transaction du bitcoin et l’envolée soutenue de son cours pour les mois qui suivirent.


«C’était la tempête parfaite», se souvient Marc-Antoine Pouliot. «Les autorités chinoises ont d’abord interdit les plateformes d’échanges sur son territoire, avant de s’attaquer aux mines. Cela a créé un sentiment d’urgence autour du fait de trouver de l’électricité».



« Nous n’avons rien fait pour attirer les promoteurs de cryptomonnaies »


Ça a alors été la rançon de la gloire pour Hydro-Québec. Et comme son site le vante si bien: «le temps, c’est de l’argent. Nous excellons dans l’art de gérer des projets depuis les années 1960. Notre grande expérience vous assure un raccordement rapide au réseau».


Sans compter que l’opération de séduction autour des centres de données menée à l’international (à laquelle ont facilement succombé les IBM et autres OVH de ce monde) prêtait à confusion.


«Nous n’avions rien élaboré pour attirer autant les producteurs de cryptomonnaies. De façon indirecte, on a pensé que les mines étaient aussi visées. Au départ c’était le fun mais nous sommes arrivés au point où trop, c'est comme pas assez», sourit le pote-parole.


Cela ne devrait dès lors pas prendre des mois avant dévoiler les nouvelles règles du casting. Mais Hydro-Québec ne dispose d’aucun échéancier.


En somme, si le groupe énergétique ne manque pas de problèmes techniques à résoudre en priorité, il garde à l’esprit les principaux aspects positifs: «plus de revenus potentiels! Une fois que tout sera bien calibré, ce sera bon pour nous, le gouvernement et le Québec tout entier», ponctue Marc-Antoine Pouliot.


On se tiendra… au courant.


 

À propos de ce blogue

Une nouvelle ruée vers l’or, numérique cette fois? Une arnaque, un piège sans fonds? Le débat s'est intensifié fin 2017 alors que la valeur des «monnaies virtuelles» a rapidement passé le cap des 200 milliards de dollars. De la blockchain aux kitties, en passant par le bitcoin, qui ne voudrait pas exploiter ces filons technologiques? Mine de rien est un blogue qui cherche les pépites de l’info dans le monde de la crypto.

François Remy

Sur le même sujet

Nouveau tour de vis des régulateurs américains sur les cryptos

11/09/2018 | AFP

Le gendarme de la Bourse a infligé des amendes à un gestionnaire du fonds spéculatif et à un « supermarché des ICO ».

Les brèves techno du lundi

13/08/2018 | lesaffaires.com

Voici une petite sélection d'actus technologiques à (re)découvrir.