«Le bitcoin m'empêche aussi de dormir la nuit»

Publié le 14/12/2017 à 13:11

«Le bitcoin m'empêche aussi de dormir la nuit»

Publié le 14/12/2017 à 13:11

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, n'a pas pu faire l'impasse sur la cryptomonnaie lors de son dernier discours de l'année à Toronto.


Stephen Poloz a profité du temps des Fêtes pour revenir sur les événements marquants de l’année 2017 devant le Club Canadian of Toronto, la tribune des décideurs depuis 1897.


À l’occasion, le gouverneur de la banque centrale a partagé avec l’assemblée trois causes principales de ses insomnies. Les cybermenaces, le niveau élevé des prix des logements et de la dette des ménages ainsi que la difficile insertion des jeunes sur le marché du travail.


Mais il y a un élément supplémentaire qui prive Stephen Poloz de sommeil : «c’est tout le battage qui entoure les cryptomonnaies, surtout le bitcoin».



L’économiste en lui n’apprécie déjà pas l’idée de monnaie qu’on confère à ces créations numériques.


«Pour qu’une chose puisse être qualifiée de monnaie, il faut qu’elle puisse faire office de réserve de valeur fiable, et vous devriez pouvoir la dépenser facilement», a-t-il exposé.


Les bitcoins et autres devises alternatives ne comportant aucune de ces caractéristiques selon lui, il convient de les considérer comme le fait l’Agence du revenu du Canada, à savoir comme des valeurs mobilières.


«Si vous investissez dans les cryptomonnaies et les revendez ensuite à profit, vous en tirez un revenu que vous devez déclarer au fisc», a-t-il insisté.


Bienvenue au casino


Le premier banquier du pays a alors ajouté sa voix à celles qui ne trouvent pas la moindre valeur dans le bitcoin.


«Les suppositions des uns valent autant que celles des autres. On peut peut-être tout au plus dire qu’acheter ces instruments, c’est acquérir des risques, ce qui revient à dire qu’investir dans ces instruments s’apparente davantage à un jeu d’argent», a jugé Stephen Poloz.


Il a toutefois pris soin de dire qu’il ne tenait pas là de recommandation financière mais se contentait d’avertir les investisseurs particuliers attirés par le rendement astronomique des cryptomonnaies.


«Lisez en détail les clauses du contrat et soyez certains de savoir dans quoi vous vous embarquez», a-t-il conseillé.


Le grand argentier du Canada a ensuite adressé la devinette qui fâche. Il a demandé rhétoriquement quel serait l’impact réel des cryptomonnaies sur les billets de banque voyageant dans nos poches, passant d’une main à une autre et couvrant tant de nos activités ?


En avoir pour son argent


Stephen Poloz rappelait ainsi l’un des mandats les plus importants de la banque centrale mais aussi une source essentielle de revenus (le seigneuriage) pour l’institution et le gouvernement : l’émission de billets.


«On oublie souvent que les billets sont le seul moyen de paiement véritablement sans risque. Ils permettent aux acheteurs et aux vendeurs d’avoir l’assurance que le paiement est définitif. Ils constituent un bien public indispensable que la banque centrale a toujours fourni», a-t-il souligné.


Et en cas de catastrophe naturelle nous privant d’électricité ou de cyberattaque majeure, a poursuivi le gouverneur de la banque centrale, qui ne serait pas content d’avoir de l’argent liquide sur lui jusqu’à ce que la situation revienne à la normale. 


Et Stephen Poloz de conclure que si les paiements électroniques continuaient de croître, tant en volume qu’en valeur, des arguments de poids pourraient militer en faveur de l’émission d’une cryptomonnaie par la banque centrale, «compte tenu de son obligation d’assumer la fonction de bien public».


Une hypothèse de travail qui (pré)occupe tous les banquiers centraux du monde en ce moment.


 

À propos de ce blogue

Une nouvelle ruée vers l’or, numérique cette fois? Une arnaque, un piège sans fonds? Le débat s'est intensifié fin 2017 alors que la valeur des «monnaies virtuelles» a rapidement passé le cap des 200 milliards de dollars. De la blockchain aux kitties, en passant par le bitcoin, qui ne voudrait pas exploiter ces filons technologiques? Mine de rien est un blogue qui cherche les pépites de l’info dans le monde de la crypto.

François Remy