Souveraineté: les deux pièces manquantes

Publié le 10/04/2014 à 09:55

Souveraineté: les deux pièces manquantes

Publié le 10/04/2014 à 09:55

La dernière élection vient-elle de tuer le mouvement souverainiste au Québec?


Le chef du PLQ, Philippe Couillard, a assez bien résumé la situation, mardi, en déclarant que la souveraineté est une idée, et qu'une idée ne meurt jamais.


"Il ne faut jamais dire jamais", dit un autre adage, mais, avec 30% de la population qui croit encore au projet, l'idée est assurément très loin du trépas.


Peut-elle être exécutée dans l'avenir?


Les partis souverainistes du Québec marchent dans le désordre, avec un discours quasi-exclusivement fondé sur la fibre nationale.


Il est temps pour eux de revenir à la base.


SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT


Deux choses sont nécessaires, lorsque l'on veut vendre un projet à quelqu'un.


La première: qu'il soit bien défini.


Que veut-on? Un Québec souverain avec les mêmes services et la même politique interventionniste (PQ)? Un Québec souverain avec plus de services et une politique plus interventionniste (QS)? Un Québec souverain avec moins de services et moins d'intervention?


À l'heure actuelle, deux projets existent. Celui du PQ et celui de Québec solidaire.


La pierre d'achoppement ici est que Québec Solidaire ne peut adhérer au projet du PQ dans le cadre d'une élection, et le PQ ne peut adhérer à celui de Québec Solidaire.


Il y a sur le premier élément nécessaire à la vente un problème majeur. Le projet est mal défini du fait qu'il y en a deux. Ce problème devra être réglé si un jour les souverainistes aspirent à faire l'indépendance. Faudrait-il que Québec Solidaire accepte de mettre en veilleuse, temporairement, ses aspirations de représentation (non pas son discours) en ne présentant des candidats que dans quelques comtés aux prochaines élections? La manœuvre permettrait de rallier tous les souverainistes sur le même projet (celui du PQ) et de tenter d'ouvrir une fenêtre décisionnelle sur l'option. Quel que soit le résultat, Québec solidaire pourrait ensuite revenir à ses aspirations de représentation pour les années suivantes.


Peut-être le PQ pourrait-il aussi de son côté lui garantir une couple de sièges en échange?


Des concessions seront nécessaires pour ne ramener pour un temps qu'un seul projet sur lequel démarrer la construction. Sans quoi, on bute déjà sur le premier critère de nécessité. Beaucoup parle de la grande réflexion nécessaire au PQ, elle apparaît encore plus nécessaire chez QS.


L'autre critère


À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

En direct: le débat des chefs

13/09/2018 | lesaffaires.com

LesAffaires.com vous présente, en direct, le débat des chefs des élections provinciales québécoises 2018.

Entrevue PQ: Lisée ciblerait PME, salaires des PDG et la Caisse

13/09/2018 | Stéphane Rolland

Jean-François Lisée, du PQ, est notre dernier chef de parti en entretien en vue du débat qui sera diffusé ce soir, 20h.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Bourse: Grincheux gâche le décompte de Noël

BLOGUE. Les pros n'ont pas l'humeur à la fête après six semaines de spasmes qui ont évaporé les gains de l'année.

Le risque d'investir dans un titre vedette (blue chip)

BLOGUE INVITÉ. Êtes-vous vraiment bien protégé avec un titre vedette (blue chip)?