Que peut bien préparer Québecor?

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Février 2014

Que peut bien préparer Québecor?

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Février 2014

[Photo : Bloomberg]

Il y a quelques jours, dans un endroit public. Alors qu'on attend le début d'un événement, un membre de l'organisation de Québecor échange avec deux autres personnes. «Ça bouge. Vous allez voir, dans une couple de semaines, on devrait avoir des choses intéressantes à annoncer.»


Malheureusement, la discussion s'arrêtera là. Que prépare Québecor ?


Depuis quelques jours, des analystes spéculent qu'elle pourrait préparer une expansion hors Québec dans le sans-fil. Il est vrai que le paysage n'a probablement jamais été aussi favorable. L'encan en cours chez Industrie Canada réserve un spectre de fréquences de 700 MHz aux nouveaux entrants dans le sud de l'Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta. Or, compte tenu des difficultés financières de Mobilicity, et Wind qui n'a pas assez d'argent pour participer à cette enchère, il ne reste guère que Québecor comme acheteuse potentielle. C'est dire que ces blocs de fréquences pourraient lui être accordés au prix plancher de 96 M$ (total des trois marchés).


La rumeur va encore plus loin et laisse entendre que Québecor discute pour acheter à la fois Mobilicity et Wind. Telus a voulu acheter Mobilicity à deux reprises. À chaque occasion, Industrie Canada a dit non. Telus offrait 380 M$. Des analystes croient que, dans les circonstances, Québecor pourrait rafler la société pour 190 M$. Même situation pour Wind, que Rogers voulait acheter au soi-disant prix de 700 M$, et qui pourrait changer de main pour 400 M$.


Pas cher (600 M$) pour des sociétés qui, selon Canaccord Genuity, ont investi ces dernières années pour 3 G$ en spectres, construction de réseaux et pertes d'exploitation.


Serait-ce ce qui se prépare ?


Peu probable. Dvai Ghose, de Canaccord, calcule que pareille opération coûterait à Québecor au moins 1,6 G$, sans compter les pertes d'exploitation qui suivraient. En plus d'acheter Mobilicity et Wind, il lui faudrait en effet construire un réseau pour le nouveau spectre (les autorités exigent une couverture de 50 % de la population dans 10 ans). Et on ne compte pas non plus le spectre que Vidéotron doit aussi acheter au Québec, de même que les investissements qu'elle doit faire dans ses équipements de quatrième génération.


Au total, l'opération avoisinerait les 2 G$. C'est beaucoup pour une société dont le ratio dette/BAIIA est actuellement de 3,6, et dont la capitalisation boursière est de 3,1 G$.


On ne voit pas Vidéotron tenter un tel pari. Les nouveaux arrivants se sont cassé les dents dans le sans-fil, simplement parce qu'ils ne sont pas en mesure d'offrir des bouquets de services avec le câble, l'accès à Internet, la téléphonie traditionnelle et la télévision. Il viendra peut-être le jour où les consommateurs changeront de comportement mais, pour l'instant, la plupart préfèrent être abonnés à un seul fournisseur qui offre tous les services. Et ils n'hésitent pas à opposer les différents fournisseurs, question d'obtenir le meilleur prix d'ensemble.


Vidéotron n'aurait pas l'avantage d'offrir des bouquets au Canada. Elle aurait les reins plus solides que ceux qui l'ont précédée, mais l'aventure générerait tout de même des pertes.


À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Québecor a mieux fait au troisième trimestre

Québecor a annoncé jeudi que ses revenus se sont améliorés de 1,7 pour cent au troisième trimestre.

Vidéotron prête pour un nouveau cycle, soutient Manon Brouillette

05/11/2018 | Martin Jolicoeur

Pour la PDG sortante, Helix est ni plus ni moins que la pierre angulaire de la croissance future de Vidéotron.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?