Pouliot - Universités: l'engagement flou et teinté de Pauline Marois

Publié le 15/02/2013 à 18:19

Pouliot - Universités: l'engagement flou et teinté de Pauline Marois

Publié le 15/02/2013 à 18:19

C'est avec l'esprit quelque peu confus que l'on est ressorti, ce vendredi, de l'allocution de la première ministre à une conférence organisée par Les Affaires.


« Je prends un engagement devant vous aujourd'hui: au cours des prochaines années, le gouvernement va réinvestir massivement dans nos universités (…) En 2018, les subventions du gouvernement aux universités seront plus élevées de 800 M$ par rapport à cette année. C'est 200 M$ de plus que ce qui était prévu par l'ancien gouvernement. Je le redis et je m'y engage: en 2018, nos universités disposeront de 800 M$ de plus par année. »


Ça y est, le trouble est vraiment sur le point de prendre fin. Le PQ va donner plus d'argent que les libéraux n'en donnait dans l'opération réinvestissement. Les universités n'ont plus lieu de chialer, vous dîtes-vous.


Il y a dans cette déclaration une petite subtilité de langage et une retenue d'explication.


SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT


On présumera que madame Marois fait référence à l'exercice fiscal 2018-2019, quand elle parle d'un réinvestissement de 200 M$ de plus que le gouvernement précédent. Il faut en effet que l'année de calendrier 2018 puisse se compléter.


Cette année-là, la hausse des frais de scolarité devaient amener 357 M$ de plus dans les coffres des universités, selon les chiffres du dernier budget. Or, comme on le sait, cette hausse a été annulée.


Vous voyez le calcul: 200 M$ de plus en subventions que les libéraux, mais 357 M$ de moins en frais de scolarité. Il manque 157 M$ aux universités par rapport au financement libéral.


On a dû beaucoup travailler vendredi pour y voir plus clair. Et la confusion était grande au gouvernement. Finalement, un attaché politique nous a expliqué que l'investissement du nouveau gouvernement allait être de 225 M$ de plus que les libéraux (et non 200 M$) et qu'il fallait retrancher aux frais de scolarité promis par les libéraux le tiers de la somme, ce tiers n'étant en fait pas destiné aux universités mais à l'aide aux étudiants.


Au final, en 2018, le gouvernement versera donc autant aux universités que ce qu'avait promis les libéraux. Ni plus, ni moins. Mêmes montants.


Constats


À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

François Pouliot
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Les promesses ratées de RER Hydro

17/08/2014 | René Vézina

Faute d’appuis, RER Hydro est donc tombée en défaut de paiement face à ses fournisseurs.

Anticosti: vaincre les peurs et l'idéologie par la transparence

Édition du 07 Juin 2014 | Jean-Paul Gagné

Après avoir accusé le gouvernement Marois de jouer à «Loto-pétrole» avec l'argent des Québécois, Philippe ...

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Le dirigeant de l'année est...

20/11/2014 | Bernard Mooney

BLOGUE. Canadian Business a nommé Louis Vachon, de la Nationale, PDG de l’année. Ce que l'investisseur doit en penser.

Empire Power: la machine à dividendes de retour en 2015

BLOGUE. La machine à dividendes qu'est l'Empire Power sera de retour en 2015, après une longue pause de six ans.

Certains épargnants contribueraient aux écarts de richesse

BLOGUE. Souvent sans le savoir, les épargnants favorisent l'enrichissement des mieux nantis.